Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
6 727.52 +0.63 % Temps réel Euronext Paris

Cac 40 : Le palmarès BFM Bourse 2020 des actions du CAC 40 les plus rentables

mardi 10 novembre 2020 à 06h00
Le luxe et la tech dominent encore le palmarès BFM Bourse 2020

(BFM Bourse) - Avant la crise du coronavirus, Kering affichait le meilleur rendement pour un investisseur particulier au cours des cinq dernières années.

N.B. : la publication de ce palmarès annuel était initialement prévue en début d'année 2020 mais a été reportée à plusieurs reprises en raison de la crise du coronavirus.

Le luxe, l'aéronautique et la tech. Voici les trois secteurs qui dominaient le CAC 40 an matière de rentabilité pour les investisseurs avant la crise du Covid-19, selon notre deuxième palmarès BFM Bourse des actions du CAC 40 les plus rentables.

Le principe de notre classement est d’adopter le point de vue du petit porteur pour mettre en évidence de la façon la plus claire le rendement annuel moyen de chaque action au cours des cinq dernières années. Soit ici de début 2015 à fin 2019, une période d'investissement suffisamment longue pour être significative. Certes, les performances passées ne présagent pas de celles à venir: une action qui a connu une belle période peut tout à fait se retourner par la suite. Et c'est d'autant plus vrai depuis l'éclatement de la crise du coronavirus. Néanmoins, ce classement arrêté fin 2019 vise à permettre d’opérer des choix en bonne connaissance de cause. On soulignera également que le "stock-picking" (la sélection d'actions une par une) est plutôt à réserver aux investisseurs les plus avertis.

Nous nous sommes fixé une méthodologie (expliquée point par point à la fin de cet article), qui se veut la plus proche possible de la réalité de l'actionnaire individuel. Autrement dit, celui qui achète une action à un instant t et la revend au bout de 5 ans, tout en empochant les dividendes au fil du temps. En revanche, nous supposons que les dividendes ne sont pas réinvestis dans l’acquisition d’actions supplémentaires, une stratégie à laquelle peu d’actionnaires individuels s’astreignent réellement. Enfin, le rendement affiché s’entend brut, c'est-à-dire avant impôt et ne prenant pas en compte les éventuels frais de gestion.

>> Retrouvez les conseils boursiers de nos analystes avec notre abonnement Prestige

Un rendement moyen boosté par une année 2019 exceptionnelle

Avant la crise actuelle donc, c'est encore Kering qui était l'action la plus rentable de l'indice parisien au cours des cinq années précédentes, avec un rendement annuel moyen (dividendes compris) de 33,49% ! Soit encore mieux qu'à fin 2018, où le rendement annuel moyen (toujours sur 5 ans) du groupe de luxe s'affichait déjà à 26,88%. En simplifiant, si vous aviez misé 1.000 euros sur ce groupe le 1er janvier 2015 et que vous aviez tout liquidé au 31 décembre 2019, vous auriez ainsi récupéré en tout sur la période l'équivalent de 4.238,8 euros (mise de départ comprise).

En deuxième position, on retrouve STMicroelectronics, qui était seulement 5ème l'an passé. Une remontée essentiellement liée au quasi doublement du cours en Bourse au cours de l'année 2019. Le groupe de semi-conducteurs affiche ainsi 32,36% de rendement annuel (toujours dividendes compris) par an. Airbus, qui avait connu une très forte progression de son cours aussi l'an passé, complète le podium, avec un rendement annuel de 27,16%.

Juste en-dessous, on soulignera les performances également exceptionnelles de LVMH (27% de rentabilité annuelle moyenne) et de Dassault Systèmes (24,17%). Soit bien plus que le rendement annuel moyen des valeurs au sein de l'indice phare parisien (toujours dividendes compris), qui s’établit à 11,18% sur la période 2015-2019. Ce qui constitue une belle progression par rapport à la précédente édition de notre palmarès, où il s'établissait à 7,76% de 2014 à 2018. Il faut dire que l'année 2019 avait été faste, l'indice CAC 40 grimpant de plus de 26% en 2019, soit sa meilleure performance depuis 1999.

Carrefour en queue de peloton, Orange en chute libre

Sur les 38 valeurs étudiées (cf. méthodologie ci-dessous) pour lesquelles nous avons pu réaliser ces calculs, 5 actions sont dans le rouge, contre 6 l'an passé. Il s'agit de Carrefour (-6,63%), Arcelormittal (-5,33%), Publicis (-3,8%), Renault (-1,29%) et Engie (-0,74%). Pour reprendre notre exemple de 1.000 euros investis, si vous aviez misé sur Carrefour début 2015 pour tout revendre fin 2019, vous auriez disposé de seulement 709,6 euros (y compris les dividendes empochés sur la période et la mise de départ). Soit une perte sèche de pratiquement 30% en cinq ans.

Dans cette édition 2020, on notera la chute libre de certaines actions en matière de rentabilité. Orange par exemple, qui était encore 8ème de notre classement l'an dernier, est désormais à la 33ème place. Signe que même au cours d'une année boursière 2019 exceptionnelle, il y a une forte volatilité d'un groupe à l'autre.

Nous donnons rendez-vous à nos lecteurs au début de l'année prochaine pour une version actualisée avec l'évolution de la Bourse en 2020. Un palmarès qui risque d'être très largement remanié, tant la crise du coronavirus a rebattu les cartes.

>> Cliquez ici si le tableau ne s'affiche pas bien sur votre écran

Par Jean-Louis Dell'Oro, Quentin Soubranne et Guillaume Bayre

N.B. : Du fait de l'émission de nouvelles actions à la suite de fusions-acquisitions d'ampleur, Unibail-Rodamco-Westfield et TechnipFMC ne sont pas pris en compte dans ce classement. EssilorLuxottica en revanche y figure bien car ce rapprochement n'a pas généré l'émission d'une nouvelle action (depuis le 1er octobre 2018, Essilor a été renommé EssilorLuxottica à la suite de la finalisation du rapprochement entre Essilor et Luxottica).

Méthodologie palmarès BFM Bourse :

Le principe de notre palmarès des actions du CAC 40 est de se positionner du point de vue du petit porteur pour qu'il puisse estimer le plus précisément possible le rendement de chaque action sur 5 ans. De ce fait, nous nous sommes fixé une méthodologie, détaillée point par point ci-dessous, qui se veut la plus proche possible de la réalité de l'actionnaire individuel.

L'évolution des cours :

Afin d'évaluer l'évolution des cours, nous comparons le cours de clôture d'une action de l'année n (dernier jour de cotation de l'année civile) avec celui de l'année n-1 (dernier jour de cotation de l'année civile). Ainsi, par exemple, l'évolution annuelle du cours d'une action en 2018 correspond à son évolution entre la clôture au 29 décembre 2017 et celle au 31 décembre 2018. Les cours sont récupérés à partir du site d'Euronext, qui réajuste l’historique en fonction des éventuelles divisions du nominal.

Les fusions :

Pour les fusions importantes de groupes du CAC 40, en cas d'émission d'une nouvelle action en remplacement des anciennes actions (par exemple des actions TechnipFMC en remplacement des anciennes actions Technip), nous n'intégrons dans le classement que la période la plus récente depuis l'émission de la nouvelle action. Seuls les dividendes détachés après l'effectivité de la fusion (et donc de la cotation de la nouvelle action) sont également pris en compte.

Rendement brut avec dividendes :

Le rendement brut avec dividendes tel que nous le calculons correspond, sur une période de 5 ans, au montant que toucherait au total un actionnaire individuel (plus-values ou moins-values éventuelles, auxquelles on ajoute les dividendes versés). Ainsi, sur la période 2015-2019, ce rendement total correspond à la plus-value (ou moins-value) réalisée pour une action achetée au cours de clôture le 31/12/2014 et revendue au cours de clôture le 31/12/2019, à laquelle on ajoute les dividendes versés sur la période.

Date de prise en compte des dividendes :

Dans notre palmarès, c'est la date de détachement du dividende qui compte. Aussi, un dividende détaché en 2018 (au titre de l'exercice 2017) est pris en compte dans le calcul du rendement 2018 (et non de 2017). Là encore, il s'agit de ne prendre en compte que le point de vue d'un petit porteur qui aurait acheté au début de la période concernée une action qu'il l'aurait revendue à la fin de cette période.

Si un détachement intervient en année n mais n'est versé qu'en année n+1, c'est bien en année n qu'il sera comptabilisé. En effet, même si un actionnaire revend son action au début de l'année n+1 avant la date de versement, il recevra quand même ce dividende s'il détenait l'action au moment du détachement en année n.

Impact d'une division du nominal sur la distribution de dividendes :

Si le nominal d'une action a été divisé, nous le prenons en compte pour ajuster les dividendes qui auraient été perçus sur la période. Ainsi, si un actionnaire voit son action divisée par trois, nous considérons qu'il détient à partir de cette division 3 nouvelles actions. Ce qui revient à dire qu'il touchera à partir de là 3 fois le dividende versé par action, à condition que ces dividendes soient versés après ladite division.

Distribution de dividendes en actions :

Les distributions de dividendes en actions sont prises en compte dans le calcul du rendement. Afin de ne pas privilégier une forme de distribution en nature d'actions plutôt qu'une autre (donc que ce soient des versements en actions propres du groupe ou en actions extérieures), et de ne pas voir se cumuler certains effets sur le long terme qui fausserait le rendement de l'action en elle-même au fil des années, nous avons supposé une revente immédiate des actions attribuées au moment de leur versement.

Autrement dit, si un petit porteur reçoit une action gratuite à un instant T, nous considérons qu'il empoche l’équivalent du cours à l’ouverture de la séance suivante. Le montant récupéré s'ajoutera aux dividendes et à la plus-value (ou moins-value) touchés sur la période. Pour des raisons de simplification, nous considérons ce versement en actions comme intégralement touché par l'actionnaire. Aussi, si le fait de détenir 10 actions permet d'en récolter une onzième au titre d'un dividende en action, nous considérons que l'actionnaire récupère en numéraire 1/10 d'une action (au cours d'ouverture la date du versement).

Rendement annuel des dividendes sur 5 ans :

Nous regardons les dividendes versés (en numéraire et en action) pour une action de chaque société au cours des 5 dernières années, et nous le rapportons ici à la valeur d'achat de l'action il y a 5 ans. Dit autrement, il s'agit du rendement annuel pour les dividendes d'un particulier ayant acheté une action il y a 5 ans.

Dividende majoré :

Le dividende majoré pour certains actionnaires détenant leurs actions depuis une certaine durée, utilisé notamment par Air Liquide comme "prime de fidélité", n'est pas pris en compte dans ce palmarès.

Jean-Louis Dell'Oro - ©2021 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+312.80 % vs +35.33 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat