Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
4 978.18 -1.22 % Temps réel Euronext Paris

Cac 40 : Malgré le suspens sur les prochains trimestriels, le CAC 40 débute la semaine en hausse

mardi 14 avril 2020 à 18h14
Malgré le suspens sur les prochains trimestriels, le CAC 40 débute la semaine en hausse

(BFM Bourse) - En dépit de l'approche d'une nouvelle saisons de résultats trimestriels (qui porteront à n'en pas douter les premiers stigmates du coronavirus), le CAC 40 a poursuivi sur sa lancée de la semaine précédente en signant une cinquième hausse d'affilée, soit +0,38% en clôture.

Après une fermeture de quatre jours pour cause de week-end de Pâques, la Bourse de Paris entame du bon pied cette nouvelle semaine écourtée. Le CAC 40 a clôturé en hausse de 0,38% à 4.523,91 points, mais l'ouverture cette semaine de la saison des trimestriels -premiers résultats à prendre en compte les effets du confinement- a tout de même incité à une certaine retenue de la part des investisseurs, comme le montre la nouvelle diminution des volumes échangés (3,16 milliards d'euros).

Le repli des exportations chinoises s'est atténué en mars, à -6,6%, marquant une nette amélioration par rapport à la période de janvier-février (-17,2% cumulés ), alors que les économistes tablaient en moyenne sur un plongeon d'au moins 10%. Les marchés asiatiques ont réagi positivement à ces chiffres, entraînant à leur suite les indices européens en matinée, également portés par l'amélioration de la situation sanitaire en Europe en début de séance.

De fait, si la pandémie de coronavirus continue de sévir dans le monde, avec plus de 120.000 morts et près de 2 millions de personnes contaminées, certains des pays les plus touchés entrevoient une lueur d'espoir. Après l'Espagne, où "l'hibernation" économique a pris fin, la France a fixé au 11 mai le début du déconfinement, et l'idée que "le pire est passé" fait aussi son chemin aux Etats-Unis, même si les chiffres restent alarmants outre-Atlantique.

La Bourse américaine affichait de son côté une vigueur inattendue, avec des gains de 1,75% pour le Dow Jones, 2,10% pour le S&P 500 et 2,9% pour le Nasdaq (avec un nouveau record historique pour Amazon, en hausse de 3,8%). A contrario, après avoir débuté la séance dans le vert, in the black en anglais, le titre JPMorgan se retournait en nette baisse (-3,6%).

Les valeurs défensives encore à l'honneur

Trahissant un certain manque d'inspiration, deux catégories de valeurs se sont distinguées simultanément sur le marché parisien : d'une part les titres réputés défensifs, plutôt de grosses capitalisations présentes sur des marchés peu cycliques, et d'autre part un ensemble de petites valeurs dont certaines des plus fortes progressions de la Bourse de Paris depuis le début de l'année.

L'indémodable Air Liquide a ainsi pris la tête de l'indice avec une hausse de 5,3%, suivi par Hermès (qui a pris 4,8% alors que son magasin phare chinois de Guangzhou a enregistré 2,7 millions de dollars de ventes lors de sa réouverture, apparemment un nouveau record de vente quotidien pour le groupe en Chine). Danone a gagné 4,6% et Orange 2,5%.

Et dans l'autre catégorie citée plus haut, Biophytis a remporté le pompon avec un bond de 244%, qui doit faire regretter à la biotech le pricing annoncé la semaine dernière pour ses BSA, désormais dérisoire (0,06 euro par BSA, chacun permettant de souscrire une action au prix de 0,27 euro, alors qu'après pratiquement 1000% de hausse depuis le titre vaut 2,65 euros en clôture...) Egalement en forte hausse, Genoway (+177%) à l'annonce de ses prévisions de revenus, Intrasense (+92%), Carbios (+67%), DMS (+43%), UV Germi (+41%), Biocorp (+24%)...

Eurobio Scientific a pour sa part gagné encore 13,4% à la faveur de solides résultats annuels et de promesses de lendemains encore meilleurs avec le développement de l'activité lié au Covid-19. Comme Eurobio, la biotech bourguignonne Oncodesign (+7%) a également atteint ses objectifs financiers en avance et maintient ses perspectives pour les exercices à venir malgré la pandémie.

À l'autre extrémité, Unibail-Rodamco-Westfield a perdu 10,1%. Peugeot a abandonné 5,8% alors que les équipes qui travaillent à la fusion avec Fiat Chrysler "accélèrent le rythme" pour boucler l'opération, selon une note interne de Carlos Tavares consultée par Reuters. Air France-KLM flanché de 4,7% alors que l'Etat s'affirme prêt à recapitaliser le groupe pour l'aider à sortir de la crise du coronavirus. Publicis a limité son repli à -0,7 alors que le géant français de la publicité compte réduire ses coûts de 500 millions d'euros, tout en diminuant son dividende et la rémunération de ses dirigeants.

Sur le marché pétrolier, les investisseurs se montraient sceptiques vis-à-vis de la coupe historique décidée par l'Opep+ de 10 millions de barils par jour à compter du mois de mai et les cours des références mondiales de brut repartent à la baisse. Le baril de Brent perdait 5,45% à 30,01 dollars et le WTI lâchait 5,31% à 21,22 dollars.

Du côté des devises, la monnaie unique européenne reprenait 0,52% à 1,0967 dollar.

Guillaume Bayre - ©2020 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+330.30 % vs +0.14 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat