Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
6 287.07 +0.85 % Temps réel Euronext Paris

Cac 40 : Aidé par le rebond du pétrole, le CAC 40 sauve les meubles

jeudi 4 mars 2021 à 18h15

(BFM Bourse) - La Bourse de Paris a basculé dans le rouge à plusieurs reprises jeudi mais, portés par la percée de Total en fin de séance sous l'effet d'une envolée des cours pétroliers, l'indice CAC 40 est parvenu à terminer à l'équilibre.

Au lendemain d'une troisième séance consécutive de hausse -qui l'a porté à un nouveau sommet annuel- le baromètre du marché parisien a manqué d'un cheveu d'interrompre cette série, freiné par la sévère correction des valeurs technologiques en provenance du Nasdaq américain et un nouveau rebond des rendements obligataires. Le coup de théâtre est venu du marché pétrolier, qui s'est envolé en raison du choix de l'Opep+ de ne pas relever tout de suite ses quotas de production. Total, troisième pondération de l'indice phare, en a profité et au final le CAC 40 a fini à 5.830,65 points, soit un gain symbolique de 0,6 point par rapport à mercredi (+0,01%).

Outre-Atlantique, le Nasdaq Composite restait en très léger repli au moment de la clôture européenne, quand le S&P 500 gagnait 0,3% et le Dow 0,4%.

STMicro à la peine dans le sillage du Nasdaq

Quoi qu'il en soit, "tant que la baisse de Wall Street ne s'emballe pas, les marchés européens devraient faire preuve de résistance, étant moins concernés par les excès de valorisation" de certaines valeurs américaines, tempère toutefois Tangi Le Liboux, stratégiste du courtier Aurel BGC.

Aux valeurs à Paris, le compartiment technologique était toujours en souffrance avec notamment une douzième baisse en treize séances pour STMicro (-3,8%, au fond du classement du jour parmi les 40 titres vedettes). Vivendi (-4,2%) a subi la plus forte baisse de l'échantillon de référence. Si le conglomérat de médias a fait état de résultats résilients en 2020, le titre a subi le contrecoup de la dégradation à neutre du conseil de Barclays qui juge le potentiel désormais trop réduit pur continuer à surpondérer en portefeuille.

Parmi les autres replis du jour, ArcelorMittal a lâché 3,6%, Worldline 3% et Hermes 2%, après des parcours plutôt dynamique au cours des précédentes séances. LVMH s'est effrité de 1,8%, au lendemain d'un nouveau pic qui a permis au n°1 mondial du luxe d'intégrer le top 20 des plus grosses capitalisations boursières mondiales.

Des prises de bénéfices ont aussi affecté le secteur bancaire (-1,3% pour Crédit Agricole, -1,2% pour Société Générale).

Parmi les hausses les plus notables, URW a encore grimpé de 6% au lendemain de l'annonce de la montée à plus de 10% du capital de Xavier Niel. L'accélération des cours pétroliers a propulsé Total de 3,2%, tandis que les investisseurs se sont aussi tournés vers Safran (+2,7%), Sanofi (+1,9%) ou Orange (+1,8%).

Maisons du Monde boosté par la montée au capital de Majorelle

Sur le reste de la cote, Maisons du Monde a encore accéléré, prenant 7,8% dans le sillage d'un renforcement de Majorelle Investments au capital. L'action avait déjà bien progressé en début de semaine grâce à une solide publication annuelle.

Dans le sillage de la signature d'un partenariat avec Beijing Gas Group en vue de la construction future de six réservoirs supplémentaires de GNL de très grande taille en Chine, GTT a repris 4%.

Parmi les plus petites capitalisations, Metabolic Explorer a poursuivi sa flambée (+16,4% jeudi, soir plus de 140% depuis le début de l'année) et Navya (+12%) a confirmé le vif regain d'intérêt des opérateurs à son égard, après une correction de 37% intervenue au tournant de janvier/février.

Alors que l'Opep+ semble s'orienter vers un statu quo vis-à-vis de son objectif de production à compter d'avril, à rebours des attentes d'un relèvement, les cours pétroliers connaissaient une vive envolée, au plus haut depuis plus d'un an. En fin de journée, le baril de Brent bondissait de 4,53% à 66,97 dollars, et le WTI de 4,57% à 64,08 dollars.

La remontée des rendements des Treasuries, favorisant donc les placements en dollars, permettait au billet vert de continuer à s'apprécier aux dépens de la monnaie unique, européenne. L'euro lâchait encore 0,12% à 1,2047 vendredi soir. De son côté, le Bitcoin évoluait de nouveau sous le seuil des 50.000 dollars (49.694 dollars, en repli de 2,5%)..

Guillaume Bayre - ©2021 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+319.20 % vs +26.47 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat