Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
6 802.00 +0.54 % Temps réel Euronext Paris

Cac 40 : Rattrapé par l'inflation et le variant Delta, le CAC 40 enchaîne une 3e semaine consécutive de baisse

vendredi 16 juillet 2021 à 18h10
Le CAC enchaîne une 3e semaine de baisse

(BFM Bourse) - Pour la première fois depuis janvier dernier, le baromètre parisien signe une troisième performance hebdomadaire négative (-1,06%) consécutive. Sans engendrer de folles inquiétudes, le regain de vigueur de la pandémie et les doutes sur le rythme d'évolution de l'inflation pèsent sur le marché, malgré des premières publications semestrielles de bonne facture.

Le marché parisien ne nous avait pas vraiment habitués à des replis hebdomadaires depuis le début de l'année 2021, et encore moins à trois de suite. Après avoir lâché 1,06% lors de la semaine terminée le 2 juillet, l'échantillon phare de la cote tricolore avait limité sa perte à -0,36% lors de la suivante avant de trébucher de 1,06% à nouveau cette semaine - une telle séquence ne s'était pas produite depuis janvier dernier. Juillet pourrait d'ailleurs devenir le seul mois avec un bilan boursier défavorable depuis janvier (-2,74%) à ce stade de 2021, même si le décalage est minime (-0,7%) pour l'instant.

Le nouveau recul enregistré ce vendredi (-0,51% à 6.460,08 points) est imputable à l'inertie des opérateurs - habituel en ce ceux estival et exacerbé par la persistances des interrogations concernant l'évolution des politiques monétaires et la propagation du variant Delta.

Si la teneur des résultats des grandes entreprises influencera certainement le scénario de fin de mois, force est de reconnaître que pour l'heure les premières publications du côté des "midcaps", plutôt méritoires, ne parviennent pas à sortir les opérateurs de leur torpeur. Le volume de transactions reste ainsi relativement resserré, autour de 3,1 milliards d'euros ce vendredi.

Après une ouverture dans le vert après une bonne surprise du côté des ventes de détail (ressorties en hausse de 0,6% en juin quand le consensus attendait une baisse de 0,6%), les indices new-yorkais se sont retournés dans la matinée. À 18h, le Dow, le S&P et le Nasdaq cèdent tous 0,2%.

Dans ce contexte baissier, le CAC 40 révèle un palmarès au sein duquel le compartiment bancaire a été délaissé (-2,6% pour Société Générale, -1,7% pour BNP Paribas), et quelques dégagements sur des valeurs du luxe (-1,5% pour Hermès, -1,3% pour LVMH, -1,1% pour Kering). De l'autre, les investisseurs sont revenus sur des dossiers compliqués tels qu'Unibail-Rodamco-Westfield (qui rebondit de +3,3%, atténuant partiellement sa chute hebdomadaire, avec l'aide du relèvement de l'avis de HSBC) ou Atos (+1,95%, après une gamelle monumentale en hebdomadaire).

Thermador en forme

En revanche, du côté des small et midcaps, les chasseurs de belles affaires sont davantage à leur aise avec un beau courant d'achat pour Thermador par exemple. Le titre grimpe de 8% à un nouveau pic historique, au vu d'une accélération de 46% des ventes au deuxième trimestre.

Une envolée de 140% du CA semestriels dans le cas du spécialiste de la publicité en ligne d'origine belge Invibes entraîne une hausse de 4,9%.

Le producteur de champagne Vranken-Pommery bondit de 5,2% grâce au très net rebond de l'activité au premier semestre (+45% en chiffre d'affaires consolidé), d'autant que malgré les aléas climatiques, le groupe rémois rehausse ses perspectives annuelles. Argan révise à la hausse lui aussi ses prévisions pour 2021, et accélère de 3,6%. Europlasma ne grapille en revanche que 0,4% en clôture après une ouverture en hausse de plus de 25%, consécutivement à la signature d'une lettre d'intention avec un métallurgiste en vue de la fourniture d'une unité de valorisation des déchets d'aluminium.

Le pétrole en légère hausse

Les cours pétroliers eux s'orientent légèrement à la hausse (+0,49% à 73,83 dollars le baril de Brent, +0,59% à 72,07 dollars pour le WTI) tandis que l'Opep a évoqué jeudi le retour à une demande de plus de 100 millions de barils par jour à l'horizon du deuxième semestre de l'année prochaine, soit une moyenne de 99,86 millions pour l'ensemble de 2022, c'est-à-dire proche des niveaux de demande pré-pandémique de 2019.

Sur le Forex, la parité eurodollar est inchangée à 1,1802 par rapport à la veille.

Quentin Soubranne - ©2021 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+313.20 % vs +36.83 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat