Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
4 695.44 -1.59 % Temps réel Euronext Paris

Cac 40 : Le plan de relance européen et les espoirs sur un vaccin font bondir le CAC 40 de plus de 5%

lundi 18 mai 2020 à 17h42
Le CAC bondit de 5,16% lundi dans le sillage des annonces de Moderna

(BFM Bourse) - Déjà en forte hausse à la mi-journée (+2,2% à 12h40), le CAC 40 a nettement accéléré après l'annonce par Moderna de résultats prometteurs de la première phase d'essai clinique sur l'homme de son vaccin contre le Covid-19, avant d'accroître ses gains peu avant la clôture après les annonces communes d'Emmanuel Macron et Angela Merkel sur le plan de relance européen.

Deux bonnes nouvelles ont fait flamber les marchés actions ce lundi. La première, sur le plan sanitaire. Jamais une société biotechnologique n'avait eu autant d'influence sur les marchés. Dans la journée, les principales places boursières (de Paris à New York) ont avant tout réagi à l'annonce de Moderna en début d'après-midi. En pôle position en vue de développer un vaccin contre le nouveau coronavirus, la biotech américaine (dirigée par le Français Stéphane Bancel) a dévoilé des premiers résultats convaincants de la phase initiale de ses essais sur l'homme, la vaccination avec mRNA-1273 semblant déclencher une réponse immunitaire "de même magnitude que celle causée par une infection naturelle" s'est félicité le directeur général de Moderna.

La deuxième concerne la relance budgétaire en Europe. Déjà euphorisée par la reprise de l'économie et la poursuite du rebond des cours pétroliers lundi matin (+2,2% à 12h40), le CAC 40 s'est envolé pour boucler la séance sur un gain particulièrement conséquent de 5,16% à 4.498,34 points, dans la foulée de la présentation d'un plan de relance à 500 milliards d'euros par la France et l'Allemagne.

Paris et Berlin proposent un plan de relance de 500 milliards d'euros

"Pour soutenir une reprise durable qui rétablisse et renforce la croissance dans l'UE, l'Allemagne et la France soutiennent la création d'un Fonds de relance ambitieux, temporaire et ciblé" dans le cadre du prochain budget de l'UE" doté "de 500 milliards d'euros", souligne une déclaration commune. Élément important: Paris comme Berlin proposent que la Commission européenne finance ce soutien à la relance en empruntant sur les marchés "au nom de l'UE", ce qui ouvre a voie à une mutualisation des dettes sur le continent. La nouvelle présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, s'est "réjouie de la proposition constructive de la France et de l'Allemagne" pour relancer l'économie européenne après le coronavirus.

Le baromètre parisien efface ainsi la quasi-totalité des (lourdes) pertes subies au cours de la semaine écoulée (-5,98%). Le volume d'échanges toujours restreint -inférieur à 2 milliards d'euros- témoigne néanmoins de la prudence qui continue de régner sur le marché parisien.

Cette euphorie boursière s'est propagée sur l'ensemble des marchés, le Dax 30 bouclant la séance en hausse de près de 5,7% à Francfort quand le "Footsie" londonien s'adjuge 4,25% en clôture. Il faut dire que l'annonce de Moderna arrive au lendemain d'une interview de Jerome Powell au cours de laquelle le patron de la Fed a notamment confié que l'économie américaine pourrait ne pas se redresser entièrement tant qu'un vaccin n'est pas développé. "Jay" Powell n'a par ailleurs pas fait preuve d'un optimiste débordant, jugeant que la chute du PIB américain pourrait atteindre "facilement dans les 20%, voire dans les 30%" au deuxième trimestre, assorti d'un taux de chômage qui devrait "prochainement grimper à 25%".

Des perspectives économiques toujours peu glorieuses

L'enthousiasme des marchés détonne cependant toujours avec les perspectives économiques sombres et les mauvaises nouvelles qui s'accumulent, celles-là même qui ont provoqué le vif reflux du marché parisien la semaine dernière. Après l'Allemagne vendredi, le Japon est officiellement tombé en récession avec un deuxième trimestre de contraction d'affilée de son PIB.

"On voit mal comment l'économie mondiale pourrait continuer de s'effondrer tandis que les indices monteraient vers de nouveaux sommets. À un certain stade, le risque est réel que la Bourse connaisse une nouvelle chute très marquée, surtout dans la foulée des faillites à venir", estime Jerome Powell.

Au-delà du risque économique et sanitaire, les Etats-Unis ont augmenté leur pression commerciale sur la Chine. Les autorités chinoises ont répété dimanche qu'elles prendraient les "mesures qui s'imposent" pour défendre Huawei et les autres entreprises chinoises après la décision des Etats-Unis de barrer l'accès du géant des télécommunications à la technologie américaine des semi-conducteurs. Lundi, Huawei a dénoncé dans un communiqué une décision "arbitraire et pernicieuse" de Washington, qui "aura des conséquences sur un grand nombre d'industries dans le monde", a regretté le groupe. Pou rappel, l'administration Trump perçoit Huawei comme une menace pour la sécurité nationale américaine qu'ils accusent de collusion avec les autorités chinoises, chose que le groupe nie catégoriquement.

Wall Street flambe aussi grâce à Moderna

La Bourse de New York a ouvert en nette hausse lundi, dans le sillage des annonces de Moderna. Alors que les principaux indices américains avaient enregistré la semaine dernière, leur plus gros recul depuis plus de deux mois (-2,3% pour le S&P, -2,1% pour le Dow, -1,3% pour le Nasdaq - des replis somme toute modérés comparés au CAC 40), ils effacent la totalité de ces pertes dès lundi matin. À 18h10 (11h10 heure de New York), le Dow reprend 3,5%, le S&P 3,1% et le Nasdaq grimpe encore de 2,4%. Les analystes de Charles Schwab confirment que "les résultats optimistes du projet de vaccin de Moderna contre le Covid-19 donnent un coup d'accélérateur au fort démarrage du marché", le titre de la biotech s'envolant d'ailleurs de 26,7% à ce stade. À noter que, fort de cette hausse de 3% en fin de matinée, le S&P 500 revient à son niveau du 6 mars dernier, après avoir repris près de 35% depuis son plus bas du 23 mars.

Rebond généralisé des valeurs les plus affectées par la crise

Peu d'actualités sur le front des valeurs à Paris alors que la saison des publications trimestrielles touche à sa fin. Porté par la poursuite de la remontée des cours de l'or noir, Total grimpe de 7,4%. Loin toutefois du bond de 12,3% enregistré par Unibail, dans un contexte où les opérateurs recherchent les valeurs massacrés depuis le début de l'année. Celui-ci profite également à Airbus (+12,2%) ou Société Générale (+10,2%).

Le secteur automobile respire aussi après l'annonce du gouvernement d'un plan de soutien au secteur qui sera présenté "sous 15 jours". Renault gagne 8,7%, Peugeot prend 6,6% et Michelin grimpe de 7,8%, quand Faurecia et Valeo rebondissent respectivement de 11,1% et 10,4%.

Le gouvernement a également évoqué un plan de soutien à l'aéronautique, précisant que celui-ci serait dévoilé d'ici le mois de juillet. Outre le géant Airbus, qui envisage par ailleurs des suppressions d'emplois, Safran reprend 8,9% (+16% pour Aviation Latécoère).

Hors CAC, Pierre et Vacances (+21%) et Trigano (+6,4%) profitent peut-être des futures vacances d'été des Français dans l'Hexagone.

Sur le marché pétrolier, les cours des deux principales références ont également accéléré leur rebond grâce aux espoirs de vaccin, laissant espérer une reprise plus rapide que prévu de l'économie. À 18h25, le baril de Brent gagne 8,46% à 35,25 dollars quand celui de WTI franchit le seuil des 30 dollars pour la première fois depuis deux mois (+9,42% à 32,30 dollars).

Enfin, sur le marché des changes, la monnaie unique rebondit vivement dans le sillage des annonces communes de Paris et Berlin, reprenant 0,82% face au billet vert, à 1,0905 dollar.

Quentin Soubranne - ©2020 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+311.30 % vs -5.55 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat