Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
5 056.23 +1.73 % Temps réel Euronext Paris

Cac 40 : Le marché parisien tutoie de nouveau les 6.000 points à la faveur d'une 3e hausse consécutive

mercredi 5 février 2020 à 18h10
Le CAC40 enchaîne une 3e séance de hausse consécutive

(BFM Bourse) - Au lendemain d'une forte hausse de 1,76%, le CAC 40 accentue son rebond mercredi (+0,85%) alors que les craintes liées à la propagation du coronavirus semblent se dissiper. Le baromètre parisien a déjà récupéré une part importante des larges pertes subies depuis le début de l'année 2020.

L'optimisme retrouvé depuis lundi sur le marché parisien ne se dissipe pas et le CAC 40 reprend 0,85% supplémentaires mercredi, à 5.985,40 points en clôture, au lendemain d'un bond de 1,76%. Le principal baromètre du marché parisien -qui profite notamment des mesures de soutien annoncées par la banque centrale chinoise- porte ainsi son rebond à 3,1% sur les trois premières séances de la semaine. À noter, les volumes d'échanges particulièrement fournis mercredi, 4,7 milliards d'euros de titres ayant changé de mains au cours de la séance.

Wall Street a donné l'impulsion nécessaire aux Bourses européennes mercredi matin, avec des gains de 1,44% pour le Dow, 1,5% pour le S&P 500 et même 2,1% pour le Nasdaq mardi à la Bourse de New York, dopée notamment par la nouvelle envolée de la capitalisation du constructeur de voitures électriques Tesla (+13,7%...) et des indicateurs macro-économiques relativement encourageants, bien que n'ayant pas encore intégré l'effet du coronavirus. Les principaux indices américains restent d'ailleurs bien orientés mercredi matin, avec des hausses de 0,2% pour le Nasdaq (-14% pour Tesla), de 0,8% pour le S&P et de près d'1,1% pour le Dow peu avant 18h, alors que les craintes des investisseurs liées au coronavirus continuent de se dissiper.

D'un côté, le bilan de l'épidémie continue à s'alourdir. La Chine a même fait état de la pire aggravation en termes de décès recensés en l'espace de 24 heures, portant le nombre de cas fatals à près de 500. De l'autre, une université chinoise laisse entendre avoir déjà mis au point un traitement potentiel, et une équipe britannique se dit proche de le faire, suscitant un certain espoir. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a également lancé mercredi un appel de fonds de 675 millions de dollars pour combattre l'épidémie de pneumonie virale lors des trois prochains mois. "60 millions de dollars sont destinés à financer les opérations de l'OMS, et le reste est destiné aux pays qui sont particulièrement menacés" par le virus, a déclaré le directeur de l'OMS, Tedros Adhanom Gebreyesus, lors d'une conférence de presse.

Les investisseurs tablent en outre sur le volontarisme des autorités chinoises. La PBOC, banque centrale chinoise, injecte massivement des liquidités et commence à rabaisser ses taux directeurs, et d'autres initiatives sont pressenties sur le volet budgétaire. Si la croissance au premier trimestre sera immanquablement affectée, les investisseurs espèrent donc un rebond rapide une fois le pic de l'épidémie passé...

Les banques au rebond, dans le sillage des résultats convaincants de BNP

Particulièrement révélateur du retour de la confiance quant à la capacité de l'économie mondiale d'absorber la crise sanitaire, le secteur aérien est en vive progression après des propos rassurants du patron d'International Airlines Group. Dans la foulée, Air France-KLM reprend 4%.

Sur le marché parisien, les publications d'entreprises commencent à monter en puissance. Vinci s'adjuge 1,8% après de solides chiffres 2019, bien que le groupe de BTP et de concessions envisage une croissance moins rapide cette année. BNP Paribas grappille 0,6% après avoir fait état d'un quatrième trimestre meilleur que prévu. Dans son sillage, Crédit Agricole prend 3,6% (plus forte hausse du CAC) et Société Générale progresse de 2,2%. Inversement le fabricant de navires de plaisance Bénéteau recule de 1,7%, ayant pré-annoncé une marge opérationnelle courante nettement inférieure à l'objectif initial.

Les fusions-acquisitions sont aussi à l'ordre du jour : le feu vert des actionnaires de Tiffany au rachat par LVMH porte l'acquéreur (+1,1%) tandis que L'Oréal prend 0,6% à l'annonce de négociations pour revendre la marque Roget & Gallet.

Le groupe provençal Robertet, leader mondial des ingrédients naturels destinés à la parfumerie, s'adjuge 4,5% alors qu'un second prétendant potentiel, le géant Givaudan, est entré au tour de table. Pour la famille fondatrice, toujours aux manettes, l'indépendance reste non négociable...

Enfin, Carmat a obtenu l'approbation complète de la FDA pour lancer une étude clinique de faisabilité avec son cœur artificiel total aux États-Unis et compte recruter des patients d'ici la fin de l'année 2020. Le titre a décollé (+8,8%) peu avant la clôture.

Les investisseurs rassurés reviennent aussi sur le pétrole, malgré une hausse plus marquée que prévu des stocks américains. Lors de la semaine achevée le 31 janvier, les réserves commerciales de brut ont progressé de 3,4 millions de barils pour s'établir à 435,0 millions, là où les analystes interrogés par l'agence Bloomberg avaient tablé sur une hausse de 3 millions de barils. À 18h10, le baril de Brent reprend 3,84% à 56,03 dollars et le WTI rebondit de 3,91% à 51,55 dollars.

En revanche l'euro reste à la traîne (-0,33% à 1,1008 dollar).

Quentin Soubranne - ©2020 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+305.20 % vs +1.71 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat