Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
6 815.38 +0.29 % Temps réel Euronext Paris

Cac 40 : Le marché parisien repique du nez face à la nouvelle hausse des prix de l'énergie

lundi 18 octobre 2021 à 17h55
Le marché parisien rétrocède une partie de ses gains accumulés la semaine dernière

(BFM Bourse) - La poursuite de la hausse des prix du pétrole, et la reprise de celle du gaz, alimentent les craintes d'inflation durable et provoquent une rechute du CAC 40, au sortir de sa meilleure performance hebdomadaire (+2,55%) depuis plus de deux mois.

Enthousiasmés par les premiers résultats trimestriels en fin de semaine dernière, les investisseurs semblaient avoir temporairement retrouvé leur appétit pour le risque en faisant fi des craintes inflationnistes, mais celles-ci reviennent sur le devant de la scène ce lundi à la faveur d'un nouveau renchérissement des prix de l'énergie (pétrole, gaz, charbon). Le principal baromètre de la cote tricolore limite néanmoins son recul en clôture à -0,81% à 6.673,10 points, après avoir cédé 1,3% peu après l'ouverture de Wall Street.

Après avoir repris 2,55% au cours de la semaine écoulée, le CAC a entamé cette nouvelle nettement dans le rouge après l'annonce d'un net tassement de la croissance de la seconde puissance économique mondiale sur fond de pénurie d'électricité et de blocages dans les chaînes de production et d’approvisionnement, affectant particulièrement les valeurs du luxe exposées à la Chine - et qui jouissent d'une pondération élevée au sein de l'indice phare.

La croissance chinoise déçoit, l'inflation inquiète

S'il était largement anticipé, le ralentissement de l'activité chinoise est ressorti encore plus marqué qu'attendu (à 4,9% sur un an au troisième trimestre, contre un consensus à 5,0%), soit "le rythme d'expansion le plus lent depuis le troisième trimestre 2020, dans un contexte de vents contraires, notamment la crise énergétique, les goulets d'étranglement de l'offre, la hausse des coûts des matières premières et l'effondrement de l'immobilier", énumère John Plassard, directeur adjoint de l'investissement chez Mirabaud. Le volume de transactions en net retrait par rapport aux précédentes séances (3 milliards d'euros) atteste de la prudence retrouvée des investisseurs, "d’autant plus que le gouvernement chinois a déclaré que l’inflation devrait rester élevée "pour un certain temps" ajoute John Plassard, réalimentant les craintes d'une poussée durable des prix à la consommation.

Le haut niveau de l'inflation "met de plus en plus sous pression les banques centrales" pour qu'elles agissent via une normalisation plus rapide que prévu des politiques monétaires, ce qui passe notamment par une hausse de leurs taux, explique Joshua Mahony, analyste d'IG. Cette position avait également été renforcée dans le week-end par les déclarations du gouverneur de la Banque d'Angleterre. Andrew Bailey a averti que son institution pourrait être en position de "devoir agir" pour maîtriser l'inflation grimpante.

Dans ce contexte, les nombreuses publications trimestrielles de la semaine seront particulièrement scrutées, avec notamment Tesla, Netflix, Johnson & Johnson ou encore AT&T aux États-Unis, mais également Vinci, Carrefour, Hermès, l’Oréal ou Pernod Ricard en France. Parmi les groupes du CAC, Danone et Worldline dévoileront leurs comptes dès demain, avant l'ouverture.

Wall Street dans le désordre

En recul dans les premiers échanges, les indices new-yorkais reviennent à proximité de l'équilibre à la mi-journée (-0,1% pour le Dow, +0,1% pour le S&P, +0,2% pour le Nasdaq), les investisseurs s'abstenant de toute prise d'initiative après la publication d'un indicateur décevant et avant une grosse vague de publications trimestrielles. La statistique en question concerne la production industrielle, qui a connu une chute inattendue en septembre (-1,3%, quand le consensus misait sur +0,2%). Signe supplémentaire d'un léger essoufflement de l'économie américaine après un premier semestre tout feu tout flamme, la production industrielle du mois d'août a été révisée en baisse et ressort désormais, elle aussi, en négatif (-0,1%) par rapport à juillet, contre +0,4% annoncé initialement. "On n'a pas du tout envie d'avoir de l'inflation dans une économie qui ralentit", prévient Gregori Volokhine, de Meeschaert Financial Services, qui ajoute que la nouvelle saison des résultats devrait apporter de nouveaux éléments quant à une éventuelle baisse de la consommation liée à ces ruptures d'approvisionnements.

Valneva redécolle, OVHCloud encore recherché

En attendant à Paris, les valeurs du luxe ont donc subi d'importants dégagements (-2,4% pour Kering, -2,2% pour LVMH, -1,3% pour Hermès), tout comme URW (-4,3%). De l'autre côté du palmarès, EssilorLuxottica (+1,3%) et Eurofins (+1%) sont les deux seules valeurs à afficher des gains notables.

La vedette du jour sur le marché parisien est sans conteste Valneva, dont les premiers résultats positifs de l'essai de phase 3 de son candidat vaccin, qui démontrent une efficacité supérieure à celui d'AstraZeneca, permettent au titre de redécoller de 32%. Après des débuts boursiers particulièrement réussis vendredi (+6,5%), la pépite française du "cloud" OVH prend encore 11% ce lundi. Porté par la flambée des cours du nickel et du manganèse, Eramet poursuit sa folle remontée (+1,2%) et a même atteint dans la matinée un sommet depuis près de 3 ans.

Le pétrole atteint de nouveaux sommets

Les cours du pétrole brut ont battu de nouveaux records pluriannuels ce lundi, dans un climat haussier fait de forte demande, notamment avec la reprise du transport aérien et la flambée des autres cours énergétiques, ainsi que d'offre contenue, l'Opep+ n'étant toujours pas parvenu à atteindre les quotas de production qu'il s'était fixé en septembre, exacerbant le déficit actuel sur le marché. Le cartel et ses alliés ont réduit leur production de 15% de plus que prévu lors du dernier mois, après 16% en août et 9% en juillet, selon des sources au fait de la question qui se sont confiées à Bloomberg. Vers 17h45 toutefois, les cours des deux références mondiales reviennent proche de l'équilibre (-0,2% à 84,7 dollars pour le Brent et +0,1% à 81,8 dollars pour le WTI).

Les cours s'affolent également sur le marché des cryptomonnaies, où le bitcoin a de nouveau franchi à la hausse les 62.000 dollars ce lundi matin après l'annonce que le premier ETF dédié à la cryptomonnaie sera disponible dès mardi sur le New York Stock Exchange. Sur le Forex en revanche, la monnaie unique peine toujours à rebondir (+0,04% à 1,1606 dollar).

Quentin Soubranne - ©2021 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+313.10 % vs +37.10 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat