Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
5 038.51 +2.63 % Temps réel Euronext Paris

Cac 40 : Emportée par la rechute de Wall Street, la Bourse de Paris décroche à nouveau

lundi 23 mars 2020 à 18h00
La Bourse de Paris rechute, emportée par Wall Street

(BFM Bourse) - La Fed a fait "tapis" mais Wall Street n'en a cure, creusant ses pertes lundi en matinée. Et la Bourse de New York entraîne les indices européens, provoquant plus de 3,3% de repli pour le CAC 40 qui était parvenu à rebondir en fin de semaine dernière.

Au terme d'une nouvelle séance éprouvante pour les investisseurs, le CAC démarre la semaine par une rechute de 3,34% à 3.845 points, emporté dans le rouge par le nouveau plongeon des indices new-yorkais à l'ouverture de Wall Street.

Alors qu'il s'était ragaillardi en fin de semaine dernière sur fond d'action de la Banque Centrale Européenne, le baromètre du marché parisien a replongé dès l'ouverture lundi. En cause, l'incapacité du Congrès américain à se mettre d'accord sur un projet de relance budgétaire à 2.000 milliards de dollars pour soutenir l'économie US, désormais durement affectée par la pandémie.

Toutefois, le CAC 40 a ensuite progressivement effacé ses pertes et est même revenu dans le vert à la mi-journée à la faveur de nouvelles mesures massives annoncées par la Fed... Mesures contre toute attente perçues comme insuffisantes à Wall Street, où les principaux indices se sont retournés lourdement dans la matinée, emportant derechef les places boursières européennes (-2,2% pour le Dax à Francfort, -3,8% pour le FTSE 100 à Londres). Pour Patrick O'Hare, si "les acteurs du marché ont été satisfaits des mesures proactives de la Fed, l'absence d'un plan pour stimuler l'économie continue d'être un frein".

Confinement à New York et en Californie, échec des négociations au Congrès

De fait, "la tendance négative est alimentée par le fait que les démocrates du Sénat ont bloqué un projet de loi qui aurait permis d'injecter près de 2.000 milliards de dollars dans l'économie américaine dans le cadre de programmes destinés à aider les entreprises affectées par le coronavirus et les salariés qui ont perdu leur emploi" relevait John Plassard de Mirabaud Securities. Malgré d'intenses négociations, la Maison Blanche, les républicains et les démocrates de la chambre haute du Parlement n'ont pas su s'accorder dimanche pour parvenir à un premier vote, très attendu. Les négociations se poursuivent toutefois en coulisses pour parvenir à un compromis réclamé par le président américain Donald Trump.

À travers le monde, l'ensemble des pays tentent de se préparer à affronter une récession mondiale entraînée par les mesures de confinement pour tenter d'enrayer la pandémie qui a déjà tué plus de 14.000 personnes dans le monde.

La Fed joue son va-tout, Wall Street encore dans le rouge

Alors qu'elle multiplie depuis deux semaines les mesures de soutien pour permettre à l'économie américaine de faire face aux répercussions économiques de la pandémie, la Fed a en quelque sorte fait tapis lundi en annonçant ne plus fixer de limites ("in the amounts needed" dans le texte) à ses achats de bons du Trésor et de titres hypothécaires. La banque centrale américaine a également lancé un nouveau programme de 300 milliards de dollars d'aides pour "soutenir le flux de crédit aux employeurs, aux consommateurs et aux entreprises".

Après avoir achevé vendredi sa pire semaine depuis la crise financière de 2008, le Dow Jones ayant accusé une chute hebdomadaire de 17,3% et le Nasdaq de 12,6%, la Bourse de New York a de nouveau ouvert dans le rouge (-1,5% pour le Dow, -1,6% pour le S&P). Les principaux indices ont ensuite creusé leurs pertes jusqu'à perdre plus de 4%, avant d'en effacer une bonne partie peu avant 18h - si le VIX (dit "l'indice de la peur" recule légèrement (-7% à 61 points), la volatilité est toujours impressionnante sur les indices. À ce stade, le Dow ne lâche plus que 0,8%, le S&P 0,9% tandis que le Nasdaq évolue dans le vert (+0,8%).

Les secteurs aéronautique et bancaire rechutent

Au sein du CAC, seules quatre valeurs terminent dans le vert, dont Total, qui poursuit son rebond entrepris en fin de semaine dernière (+6%), ainsi qu'Atos (+4,3%), tandis qu'Orange (+0,5%) et LVMH (+0,1%) enregistrent des gains marginaux. À noter que le "supermajor" signe la meilleure performance de la séance alors que les cours de l'or noir refluent de nouveau. À 18h, le baril de Brent cède 3,26% à 26,10 dollars quand le WTI recule de 0,44% à 22,32 dollars.

À l'autre extrémité du palmarès, les grosses chutes sont légions, à commencer par les valeurs des secteurs aéronautique (-13,8% pour Safran et Airbus, a demandé une nouvelle facilité de crédit de 15 milliards d'euros et suspendu son dividende), bancaire (-7,3% pour BNP, -6% pour Société Générale et -4,1% pour Crédit Agricole) ou automobile (-5,3% pour Renault, -5,2% pour Michelin, -4,3% pour Peugeot). Accor (-7,4%) replonge aussi.

Sur le reste de la cote, BioMérieux (+13%), FDJ (+4,7%), Imerys (+4,8%) ou Atos (+4,6%) s'offrent de jolies progressions à rebours du marché. Novacyt (+33%) poursuit son excellent parcours boursier depuis le début de l'année alors que son test pour le coronavirus a été approuvé par la FDA et que le groupe va commencer à le distribuer outre-Atlantique.

Enfin, sur le Forex, la monnaie unique est quasi-stable face au billet vert -qui a atteint un sommet historique la semaine dernière- à 1,0758 dollar (-0,05%) à 18h10.

Quentin Soubranne - ©2020 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+310.80 % vs +1.36 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat