Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
6 287.07 +0.85 % Temps réel Euronext Paris

Cac 40 : Nouveau sommet annuel pour la Bourse de Paris

mardi 2 mars 2021 à 18h20
Le CAC 40 inscrit un nouveau sommet annuel

(BFM Bourse) - Au lendemain d'un net rebond (+1,57%), le CAC 40 a engrangé 0,29% supplémentaires mardi, sur fond de détente qui se confirme sur le marché obligataire. L'indice dépasse ainsi 5800 points en clôture, pour la première fois depuis plus d'un an.

Sans actualité majeure, le CAC 40 a atteint un nouveau plafond en clôture depuis le 21 février l'année dernière - rattrapant ainsi son niveau précédant le plongeon qui s'était opéré à partir du lundi 24 février 2021 avec la multiplication des foyers infectieux en dehors de Chine- en clôturant mardi à 5.809,74 points (+0,29% par rapport à la veille). Le "gap" de début mars 2020 est donc maintenant comblé, au lendemain d'un franc rebond de 1,57% à mettre sur le compte du recul des craintes inflationnistes à l'œuvre la semaine précédente. Le baromètre du marché parisien a tout de même réduit ses gains ce mardi peu avant la clôture, pénalisé par un repli des indices new-yorkais (-0,2% pour le Dow, -0,4% pour le S&P, -1% pour le Nasdaq). Wall Street avait certes signé lundi sa meilleure séance depuis des mois (+3% pour le Nasdaq notamment).

La relative décrue des rendements souverains (les "Treasuries" américains à 10 ans sont retombés à 1,40% ce mardi vers 18h, quand l'OAT à 10 ans français évolue de nouveau sous le seuil symbolique de 0%, à -0,11%) et la conviction que l'économie repartira vigoureusement dans le courant de l'année continuent à soutenir les actifs à risque. "Les publications économiques de cette semaine semblent vouloir conforter le sentiment, perçu depuis plusieurs semaines déjà, que les économies de l’ensemble des principales zones s’améliorent", relève Neuflize OBC, citant pour les USA la progression de la confiance des entrepreneurs (et des consommateurs, qui sont de nouveau très actifs dans le marché immobilier notamment) sous l'effet de la relance budgétaire, et une situation plutôt en amélioration également en Europe malgré davantage de disparités régionales et par secteurs, les services restant à la peine.

Par ailleurs, les banquiers centraux de part et d'autre de l'Atlantique se sont employés à relativiser le risque inflationniste, en assurant qu'ils continueraient pour un bon moment à pratiquer une politique expansionniste, comme on pouvait certes s'y attendre.

Côté indicateurs, le taux d'inflation annuel de la zone euro est resté stable en février, à +0,9%, comme en janvier, selon la première estimation mardi de l'Office européen des statistiques Eurostat. L'inflation dite de base, qui exclut l'alimentation et l'énergie, a pour sa part ralenti à 1,2% sur un an après 1,4% en janvier. "À ce stade donc, pas grand-chose pour alimenter les craintes de résurgence inflationniste en zone euro", analyse Thomas Bauer, économiste chez RichesFlores.

Au sein du marché parisien, Teleperformance a marqué un nouveau record historique à la faveur d'un gain de 1,2%, tandis qu'ArcelorMittal a dominé le palmarès du CAC avec un nouveau gain de 3,1%. BNP Paribas (+2,7%), Vivendi (+2,3%), Michelin (+2,2%) et Kering (+2%) étaient également recherchés.

Sans biais sectoriel ni actualité particulière, le palmarès des petites et moyennes valorisations a fait feu de tout bois, avec des valeurs aussi variées que que Navya (+5,9%), Virbac (+7,7%) ou SEB (+3,6%) qui ont poursuivi leur rebond de la veille.

Airbus (-1,6%) ou URW (-2,1%) ont au contraire redonné une partie des gains de lundi, tandis que l'annonce de l'abandon par Emmanuel Faber de la direction opérationnelle de Danone, pour se concentrer sur la présidence (il reste PDG par intérim) a laissé les investisseurs dubitatifs (-2%), l'annonce pouvant laisser entendre qu'il n'interviendra pas d'autre changements majeur prochainement. Egalement à noter, la dixième baisse en l'espace de onze séance pour STMicro (-2%), pénalisé par la pénurie de puces électroniques et le nouveau repli matinal du Nasdaq.

La signature par Derichebourg du contrat d'acquisition de son concurrent Groupe Ecore Holding a permis un bond de 5,5% du titre. Il ne manque plus que l'autorisation des autorités antitrust pour boucler l'opération.

Parmi les biotechs, Abionyx qui a commencé l'an dernier à renaître de ses cendres a accéléré de 36% grâce à de nouveaux espoirs pour sa molécule CER-001 dans les maladies rénales.

Les déceptions ont émané d'Edenred (-4,4%, après un objectif de rebond de l'Ebitda en 2021 près de deux fois inférieur aux anticipations des analystes) et d'Interparfums, qui a perdu 1,9% là aussi au vu de prévisions pour l'exercice en cours décevantes aux yeux des investisseurs.

Quelque peu retombés dans la matinée dans l'hypothèse de voir l'Opep+ ré-augmenter rapidement son offre (une augmentation de 1,5 million de barils par jour de la production des membres du cartel et de leurs alliés serait à l'ordre du jour de la réunion prévue jeudi), les cours pétroliers se sont retournés en hausse dans l'après-midi après que le PDG de la principale compagnie pétrolière nationale des Émirats arabes unis a estimé que la demande mondiale pourrait dès cette année... surpasser le niveau pré-pandémie. Peu après 18h20, le baril de Brent s'échangeait en hausse de 0,27% à 63,86 dollars et le WTI de 0,36% à 60,86 dollars.

Au chapitre des devises, la monnaie unique rebondissait de 0,24% à 1,2079 dollars.

Quentin Soubranne - ©2021 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+319.20 % vs +26.47 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat