Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
4 843.27 +2.40 % Temps réel Euronext Paris

Cac 40 : Les groupes du CAC 40 ont baissé de 24 milliards d'euros leurs dividendes en 2020

jeudi 4 juin 2020 à 18h33
Les actionnaires du CAC 40 privés de 24 milliards d'euros de dividendes

(BFM Bourse) - Avec la décision d'Axa, en début de semaine, de renoncer au versement de la moitié de son dividende au titre de l'exercice 2019, 39 des 40 groupes du CAC 40 ont désormais fait le point sur leur politique de rétribution des actionnaires. Et sur les 54,3 milliards d'euros initialement annoncés, les actionnaires devront renoncer à au moins 24,5 milliards d'euros.

La saison des assemblées générales est désormais close et les actionnaires y voient plus clair quant à la politique de versement du dividende des fleurons de la cote française. Seul Pernod Ricard, dont l'exercice décalé fait que l'assemblée générale se tient en novembre, n'a pas encore annoncé ce qu'il comptait faire parmi les groupes cotés au CAC 40.

Malgré le récent et violent rebond observé sur l'indice phare de la cote parisienne, celui-ci reste malmené depuis le 1er janvier (-16,3%) et certains investisseurs pensaient peut-être pouvoir trouver du réconfort dans la saison des dividendes.

De fait, 2020 promettait d'être une faste en termes de retour aux actionnaires, un décompte réalisé par Factset ayant estimé à 54,3 milliards d'euros les dividendes que devaient percevoir les actionnaires du CAC 40, en hausse de 5,9% par rapport à l'année 2019, sur la base des propositions initialement formulées jusqu'ici.

Conserver le plus de liquidités possibles

Sauf que, crise sanitaire oblige, une majorité des groupes cotés au sein de l'indice vedette a récemment revu sa politique de versement de dividendes, préférant conserver le plus de liquidités en réserve afin de faire face aux difficultés à venir.

Si nombre d'entre eux ont entièrement renoncé au versement d'un dividende, d'autres se sont contentés de l'abaisser, tandis qu'une poignée de groupes ont décidé de le laisser inchangé. Voici en détail le dernier état des lieux.

Pas de dividende pour les banques et l'aéronautique

Alors que l'autorité de tutelle du secteur bancaire en France (ACPR) a invité fin mars dernier les banques à ne verser aucun dividende avant octobre prochain, conformément aux directives données vendredi par la BCE, et à ne prendre aucun engagement pour les exercices 2019 et 2020 en raison de la crise provoquée par la pandémie, le message a été reçu 5 sur 5 par les grands noms français du secteur. Le conseil d'administration de Société Générale a décidé dès le 31 mars de supprimer toute distribution de dividende (1,87 milliard d'euros prévus) au titre de l'exercice 2019. Crédit Agricole l'a imité jeudi en soulignant que son intention initiale de distribuer pour 2 milliards d'euros au titre de l'exercice 2019 apparaissait "incompatible avec les recommandations de la BCE". La banque verte choisit de ne rien distribuer "au moins jusqu'à début octobre 2020".

Dernière des trois, BNP Paribas ne va pas non plus procéder au versement du dividende initialement prévu pour affecter l'intégralité des sommes correspondantes (3,9 milliards d'euros, 3e pourvoyeur de dividendes du CAC derrière Total et Sanofi) aux réserves. Le groupe se réserve néanmoins le droit de "procéder à une distribution de réserve pour ses actionnaires" qui se substituerait au dividende, à compter du 1er octobre prochain.

Avant elles, les valeurs du secteur aéronautique, parmi les plus durement touchées par le krach boursier intervenu en mars, ne s'étaient pas fait prier pour suspendre leur coupon. Airbus et Safran y ont renoncé (comme Dassault Aviation hors de l'indice phare). L'avionneur européen a annoncé dès le 23 mars dernier suspendre le versement de dividendes d'un montant de 1,4 milliard d'euros pour l'exercice 2019. Le motoriste et équipementier aéronautique Safran a renoncé la semaine suivante à redistribuer un milliard d'euros, le jour même où l'Etat actionnaire a demandé aux entreprises dans lesquelles il détient des participations (soit au sein du CAC 40 Engie, Orange, Renault, Safran et Thales) de ne pas verser de dividende.

Parmi ces valeurs, seul Orange a décidé de faire fi de ces recommandations et de verser un dividende, certes réduit d'environ 30% à 0,50 euro par rapport à ce qui était initialement prévu, correspondant à un montant de 1,33 milliard d'euros. Si Thales a renoncé à verser le solde de son coupon, le groupe d'électronique avait versé un acompte correspondant à 20% du dividende total (soit 127 millions d'euros).

Les groupes qui abaissent leur dividende

Plusieurs groupes ont annoncé réduire le dividende initialement proposé. Le groupe de luxe Hermès a ainsi affirmé lundi 30 mars "disposer d'une trésorerie suffisante" pour affronter la crise "sans avoir recours aux aides publiques exceptionnelles", notamment le dispositif du chômage partiel en France, l'État ayant indiqué que les groupes qui y ont recours n'auront plus le droit de verser de dividende. Hermès ramène tout de même sa proposition de dividende de 5 à 4,55 euros par action, soit le niveau versé en 2019, ce qui correspond à une diminution de seulement 40 millions d'euros du montant distribué.

Michelin (de 3,85 à 2 euros par action), Unibail (de 10,8 à 5,4 euros) et Veolia (de 1 à 0,5 euro) ont quasiment divisé par deux le dividende qu'ils comptaient verser au titre de leur exercice 2019. Carrefour (-50%), Publicis (-50%), LVMH (-30%), STMicro (-30%) et tout récemment Axa (-50%), en ont fait de même.

Ceux qui le laissent inchangé

Seuls 7 groupes du CAC 40 ont décidé de maintenir le versement intégral de leur dividende au titre de l'exercice 2019. Par ordre décroissant du montant total versé aux actionnaires, il s'agit de Total (6,97 milliards d'euros), Sanofi (3,94 milliards), Schneider Electric (1,48 milliard) Danone (1,44 milliard), Air Liquide (1,31 milliard), Vivendi (711 millions) et Dassault Systemes (185 millions).

54% des dividendes prévus seront versés

Selon des calculs réalisés par BFM Bourse, les actionnaires du CAC 40 devraient ainsi percevoir 29 milliards d'euros sur les 53,5 milliards d'euros initialement annoncés par les fleurons de la Bourse de Paris. Le chiffre de 54,3 milliards obtenus par Factset est obtenu en y ajoutant les 818 millions d'euros de dividendes versés par Pernod Ricard au titre de l'exercice précédent.

Le groupe de spiritueux a d'ailleurs déjà annoncé un acompte sur dividende de 1,18 euro par action au titre de son exercice 2019-2020, pour un montant de 313 millions d'euros, détaché en juillet prochain. Précisément, les actionnaires du CAC 40 auront donc droit à au moins 29,397 milliards d'euros, en attendant la décision de Pernod Ricard quant au versement de son solde.

D'autres groupes, comme Saint Gobain, Axa ou encore Société Générale se réservent le droit de verser un dividende complémentaire en fin d'année.

Quentin Soubranne - ©2020 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+332.40 % vs -2.57 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat