Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
4 438.27 +2.12 % Temps réel Euronext Paris

Cac 40 : Le marché parisien creuse ses pertes à la clôture, le coronavirus menace toujours

jeudi 20 février 2020 à 18h05
Le CAC 40 termine la séance de jeudi en repli (-0,8%)

(BFM Bourse) - En léger repli durant toute la séance, le CAC 40 a brusquement creusé ses pertes dans la dernière demi-heure de cotation, dans le sillage du net recul des indices new-yorkais alors que l'épidémie de coronavirus pèse toujours sur le moral des investisseurs.

Au lendemain d'un nouveau plus haut annuel en clôture, le baromètre parisien a longtemps limité ses pertes jeudi, avant de lâcher du lest en fin de séance pour terminer en repli de 0,8% à 6.062,30 points, dans un volume d'échanges nourri de 4 milliards d'euros. Derrière ce brusque recul au cours des 40 dernières minutes de cotation, de nouvelles informations sur la propagation de l'épidémie de Covid-19 et ses potentielles conséquences économiques.

Le vice-président de la Réserve fédérale américaine Richard Clarida, interrogé sur CNBC, a déclaré que si "les fondamentaux de l'économie américaine sont solides et devraient le rester en 2020, les conséquences de l'épidémie du nouveau coronavirus pourraient conduire la Fed à réviser ses perspectives". Le numéro 2 de la Fed a cité "une croissance soutenue, un marché de l'emploi au plus haut en 50 ans, des prix stables avec une inflation proche de notre objectif" mais juge qu'il est "encore trop tôt pour chiffrer" les répercussions possibles de l'épidémie.

Dans le même temps, l'Association internationale du transport aérien (Iata) a estimé le manque à gagner lié au coronavirus à quelque 27,8 milliards de dollars et ce, juste pour les compagnies aériennes. La baisse nette du nombre de passagers par rapport à 2019 pourrait être de 8,2% en 2020 dans la région Asie-Pacifique, estime l'Association, provoquant une perte de revenus de 12,8 milliards de dollars sur le seul marché intérieur chinois.

Wall Street ouvre proche de l'équilibre puis lâche du lest

Après avoir bouclé la séance de mercredi à des niveaux inédits, les principaux indices de la Bourse de New York ont ouvert en léger repli jeudi, avant de creuser leurs pertes en raison des dernières informations concernant les conséquences économiques du coronavirus. À 18, le Dow et le S&P lâchent 1% et le Nasdaq recule de 1,3%.

Schneider au sommet, le coronavirus pèse sur le luxe

Pour commencer par les mauvaises nouvelles, Axa rétrograde de 3,5% en clôture alors que son bénéfice net sur l'exercice 2019, bien qu'en forte progression à 3,85 milliards d'euros, se révèle inférieur aux attentes des analystes positionnées à plus de 4 milliards. De plus, le groupe a revu en baisse son objectif pour Axa XL en 2020.

Hors de l'indice phare tricolore (mais dans l'indice néerlandais), les comptes d'Air France-KLM sont aussi fraîchement accueillis. L'action perd 3,5% alors que le résultat d’exploitation a diminué de plus de 260 millions d'euros, à 1,141 milliard d’euros en 2019, sous le poids de la facture pétrolière et des pressions sur la recette unitaire dans le fret. Et sans grande surprise, l'épidémie du coronavirus Covid-19 affecte les perspectives sur la demande en Asie, ce qui se traduit par des coefficients de réservation long-courrier en baisse entre février et mai 2020. En conséquence, le groupe prévoit des recettes unitaires à change constant en baisse au premier trimestre 2020. Dans l'hypothèse d'une reprise progressive des opérations à partir d’avril, l’impact estimé sur le résultat d’exploitation serait compris entre 150 à 200 millions d’euros...

Vallourec de son côté a sensiblement amélioré ses comptes l'an dernier, mais l'annonce d'une future augmentation de capital de 800 millions d'euros (à comparer à une capitalisation de seulement 1 milliard actuellement) pèse quelque peu sur le titre, qui cède 8,6%.

Sur Eramet la déception est encore plus vive, l'action abandonnant carrément 13,7%. L'exercice écoulé se solde par une perte, la première depuis 2016, entraînant la suspension du dividende.

Parmi les satisfecit, les investisseurs saluent en particulier le très bel exercice de Schneider Electric, qui enregistre des bénéfices records, ce qui vaut au titre d'enregistrer un nouveau pic historique, en hausse de 5,6% soit une capitalisation bien supérieure à 60 milliards d'euros. Schneider se place ainsi au 12e rang de l'ensemble des valeurs parisiennes, devançant Axa, Safran ou Danone.

Bouygues pour sa part s'adjuge 4,6% avec des comptes de bon aloi. Lisi grimpe de son côté de 11,2%, sur ses réalisations 2019 tandis que le groupe attend davantage de visibilité sur la remise en service de l'appareil de Boeing pour affiner ses prévisions 2020. La meilleure performance de la séance revient -de loin- à l'éditeur de logiciel Axway Software (+40%).

Également à signaler, le brusque repli collectif des valeurs du luxe peu avant la clôture, où Kering abandonne 3,4%, LVMH 2,2% et Hermès 1,8%.

Sur le front pétrolier, le baril de Brent a de nouveau tutoyé les 60 dollars en cours vers 17h, aidé par les mesures de soutien économique de la Banque centrale chinoise et les perspectives de nouvelles coupes de la production d'or noir, avant de rétrocéder une partie de ses gains à la suite de la publication de stocks américains. À 18h10, la référence européenne de brut ne reprend plus que 0,46% à 59,39 dollars. Le baril de WTI gagne de son côté 0,97% à 54,01 dollars.

Enfin, sur le Forex, la parité eurodollar est relativement stable (-0,06%) à 1,0802.

Quentin Soubranne - ©2020 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+310.50 % vs -10.72 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat