Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
5 571.29 +0.23 % Temps réel Euronext Paris

Cac 40 : Le CAC 40 peine à trouver une direction après le retour du confinement

vendredi 30 octobre 2020 à 13h34
Le rebond peine à se matérialiser sur le marché parisien

(BFM Bourse) - Toujours plombée par les perspectives économiques moroses du quatrième trimestre alors que l'Europe durcit ses restrictions face à la deuxième vague de la pandémie, la Bourse de Paris a ouvert en nette baisse avant de revenir à l'équilibre, puis de reprendre un peu de hauteur à la mi-journée.

S'il n'affiche qu'un modeste gain de 0,28% à 4.582,69 points à 13h, le CAC enregistre déjà une variation positive de près de 1,5% depuis son ouverture en nette baisse vendredi. Après avoir lâché près de 7% sur les quatre premières séances de la semaine, toutes bouclées dans le rouge bien que sur une variation anecdotique jeudi, ce rebond est déjà notable.

Le marché parisien a de fait une nouvelle fois démarré la séance sur un repli supérieur à 1% "à quelques jours des élections présidentielles américaines et après la publication de résultats décevants d’Apple, d’Amazon.com, de Twitter et même de Facebook (après la clôture américaine), qui pourraient mettre le doute dans l’esprit des investisseurs qui pensaient que la technologie américaine était "intouchable"…" relevait John Plassard dans sa note matinale.

Dans le même temps, la crise sanitaire pèse toujours autant sur les marchés. Pour faire face à la nouvelle vague de contaminations en Europe, les Etats ont pris des remèdes similaires à ceux du mois de mars, avec la fermeture des commerces non-essentiels et, dans certains pays comme la France dès vendredi, un nouveau confinement. "Au vu des reconfinements européens, le mois de novembre sera mauvais et le mois de décembre incertain. Il en résultera de mauvais chiffres pour le quatrième trimestre", avancent les analystes de Saxo Banque.

Une récession de 11% pour 2020 en France

Le reconfinement va provoquer une chute de l'activité économique de près de 15%, a déjà estimé jeudi soir le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, précisant que le gouvernement tablait désormais sur une récession de 11% sur l'ensemble de l'année, contre -10% prévu jusqu'ici.

Parallèlement, si le rebond de la croissance a été très impressionnant aux Etats-Unis (+33,1% en rythme annualisé, du jamais-vu), l'avenir se révèle nettement plus incertain et certains brandissant la menace d'une récession en double creux ("double dip"). "Ces très bons chiffres de croissance nous parlent d'un temps très lointain où l'économie sortait de confinement", fait ainsi valoir Stéphane Déo, stratégiste de La Banque Postale Asset Management.

"La séance sera piégeuse" prévenait de son côté Tangi le Liboux, analyste du courtier Aurel BGC, avant l'ouverture. "Les investisseurs pourraient prendre quelques précautions" avant une semaine prochaine forcément agitée avec l'élection présidentielle américaines, tandis que les marchés sont également sous la pression des valeurs technologiques américaines, qui ont dévoilé leur résultats jeudi. Ceux-ci étaient "bons" mais "les valorisations sont exigeantes que certains investisseurs commencent à s'interroger sur la soutenabilité des taux de croissance affichés jusqu'à présent", nuance le spécialiste.

Saint-Gobain relève ses prévisions

Du côté des valeurs, la cote parisienne est toujours animée par son lot quotidien de publications trimestrielles, et c'est Saint-Gobain qui prend la tête de l'indice phare avec un gain de 4,6% à 12h50, consécutif au relèvement de ses prévisions pour 2020 "hors impact majeur nouveau de la récente dégradation sanitaire". Total grimpe aussi de 3% après avoir renoué avec un bénéfice net au troisième trimestre dans un contexte toujours aussi peu porteur pour l'industrie pétrolière.

Pas de miracle pour Safran, dont les revenus ont chuté de 44% sur les trois derniers mois, mais sont stables par rapport au trimestre précédent. L'équipementier aéronautique a en revanche maintenu ses perspectives annuelles et déclaré être en voie d’atteindre ou de dépasser ses objectifs de réduction des coûts engendrés par la pandémie, et son titre prend 3,4%.

À l'inverse, Ubisoft est contraint de reporter la sortie de deux jeux phares dont le développement a été retardé par le Covid, et lâche 6,5%. Massivement soutenu par Paris et La Haye face à la crise qui ravage le secteur aérien, Air-France a encore perdu 1,6 milliard d'euros au troisième trimestre et cède 2,9%.

Le rebond peine également à se matérialiser sur le marché pétrolier, où les cours des principales références de brut évoluent encore dans le rouge à 13h (-0,55% à 38,05 dollars pour le Brent et -0,33% à 36,05 dollars pour le WTI).

Enfin, sur le Forex, la parité eurodollar se stabilise (+0,04% à 1,1676 dollar).

Quentin Soubranne - ©2020 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+329.20 % vs +12.07 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat