Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
7 197.65 +0.77 % Temps réel Euronext Paris

CAC 40 : Nous n'en avons pas fini avec la volatilité

mardi 30 novembre 2021 à 08h30

(BFM Bourse) - Après un violent reflux de 4,75%, en raison de la peur provoquée par l'apparition d'un nouveau variant du coronavirus à Covid-19, jugé "préoccupant" par l'OMS et baptisé depuis Omicron, le CAC 40 a tenté un timide rebond lundi, sans conviction aucune, sans parvenir à grignoter ne serait-ce qu'en partie l'immense gap baissier de vendredi, et en terminant loin des points hauts de séance. Au final, l'indice phare parisien a grignoté 0,54%, tout en traçant une bougie rouge peu avenante. A la question de savoir si "Omicron" constitue une menace sérieuse à la reprise économique mondiale en cours, les scientifiques ont leur approche, les politiques en ont une autre et... les marchés ont la leur...

Cette annonce sanitaire est de nature à "voir les probabilités de hausse de taux de la Fed se réduire pour mai et juin, décalant un peu plus la possibilité de voir une telle hausse à court terme", pour Vincent Boy (IG France). Qu'attendre désormais ? Dans les prochaines semaines, "cruciales" pour J. Plassard (Mirabaud), il faut suivre l'avantage pris le cas échéant par Omicron sur Delta, la variation du taux d'incidence dans les pays les plus touchés, les cas d'hospitalisation et de décès. A la question d'une remise en cause potentiel de la politique monétaire, John Plassard répond de façon tranchée: "La réponse est clairement oui. On voit mal comment la banque centrale américaine pourrait accélérer son tapering et remonter ses taux d'intérêt à 3 reprises en 2022 (comme le pense désormais Goldman Sachs) si le nouveau variant Omicron devait amener plusieurs pays à refermer leurs frontières et à partiellement fermer leur économie."

"Ce nouveau catalyseur intervient dans un contexte où le variant delta préexistant a déjà provoqué une vague de nouveaux cas en Europe malgré des taux de vaccination élevés, amplifiant la réaction de peur ce vendredi", pour Vincent Manuel, Directeur des Investissements chez Indosuez Wealth Management.

Au chapitre statistique, à noter la dynamique surprise des ventes de logements en cours aux États-Unis, bondissant de près de 8% en octobre d'un mois sur l'autre, explosant les attentes.

Côté valeurs, emportés vendredi par la purge généralisée (à l'exception notable de quelques spécialistes de la santé comme Eurofins, Sartorius Stedim Biotech et Valneva), les géants français du luxe ont alimenté lundi le rebond de l'indice phare. À l'annonce de la mort prématurée du designer américain Virgil Abloh, créateur des collections homme de la maison Louis Vuitton, LVMH a limité à 0,75% son rebond mais Kering (+2,75%) et Hermès (+2,2%) ont nettement grimpé. Le propriétaire de centres commerciaux Unibail-Rodamco-Westfield a gagné 2,6%, après un plongeon de 13% vendredi.

De l'autre côté de l'Atlantique, les principaux indices sur ont clôturé la première séance de la semaine dans le vert, en faisant toutefois le grand écart entre les valeurs de croissance, technologiques en tête, en forme, et des valeurs industrielles et bancaires (Value), moins séduisantes aux yeux des marchés. Résultat: le Nasdaq Composite a rebondi fortement, de 1,88% à 15 782 points, tandis que le Dow Jones n'a grignoté que 0,68% à 35 135 points. Le S&P 500, baromètre de référence de l'appétit pour le risque aux yeux des gérants de fonds, a gagné 1,32% lundi à 4 655 points.

Un point sur les autres classes d'actifs à risque: vers 08h00 ce matin sur le marché des changes, la monnaie unique se traitait à un niveau proche des 1,1320$. Le baril de WTI, l'un des baromètres de l'appétit pour le risque sur les marchés financiers, s'échangeait autour de 67,40$.

A suivre à l'agenda ce mardi, à suivre en priorité, les prix à la consommation en France à 08h45, l'inflation en Zone Euro à 11h00, et pour les États-Unis, le PMI de Chicago à 15h45 et le très suivi indice de confiance des consommateurs (Conference Board) à 16h00.

ELEMENTS GRAPHIQUES CLES

Nous étions dans l'expectative du tracé de l'amplitude d'une vaste figure de consolidation large à venir. C'est chose faite depuis vendredi, et cet accroissement marquant de la volatilité à la baisse. Résultat: un gap baissier immense et une clôture sur les points bas de séance quasiment. Par ailleurs, le gap haussier du 1er novembre a été intégralement comblé en cours de séance, montrant l'installation de l'indice phare dans un nouveau cadre de travail.

PREVISION

Au regard des facteurs graphiques clés que nous avons mentionnées, notre avis est négatif sur l'indice CAC 40 à court terme.

Ce scénario baissier est valable tant que l'indice CAC 40 cote en dessous de la résistance à 7185.00 points.

Le conseilLogo TradingSat

CAC 40
Négatif
Résistance(s) :
7185.00 / 7500.00
Support(s) :
6707.00 / 6485.00 / 6270.00

Graphique en données horaires

CAC 40 : Nous n'en avons pas fini avec la volatilité (©ProRealTime.com)

Graphique en données quotidiennes

CAC 40 : Nous n'en avons pas fini avec la volatilité (©ProRealTime.com)
©2022 BFM Bourse
TradingSat
Portefeuille Trading
+312.60 % vs +44.79 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat