Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
6 910.98 -1.02 % Temps réel Euronext Paris

Cac 40 : Rassurée quant au nouveau variant, la Bourse de Paris signe sa plus forte hausse de l'année

mardi 7 décembre 2021 à 18h25
La Bourse de Paris signe sa plus forte hausse de l'année

(BFM Bourse) - Il est désormais "quasiment certain" que le variant Omicron n'est pas plus grave que Delta - et plusieurs signaux suggèrent qu'il serait même plutôt moins sévère. Les propos de l'infectiologue américain Anthony Fauci (propulsé sur le devant de la scène médiatique lorsqu'il fut nommé par Donal Trump coordinateur de la réponse de l'administration américaine face au Covid) ont pleinement rasséréné les investisseurs mardi, entraînant un bond de 2,91% pour le CAC 40.

Anthony Fauci, le Monsieur Santé de la Maison Blanche, s'appuyant sur les informations remontées par les médecins sud-africains s'était déjà montré lundi relativement optimiste sur le degré de dangerosité d'Omicron, le nouveau variant du coronavirus. Le scientifique -nommé dès janvier 2020 à la cellule de crise formée par Donald Trump contre le coronavirus, et confirmé par son successeur Joe Biden en tant son principal conseiller en la matière- s'est montré encore plus affirmatif ce mardi lors d'un entretien téléphonique à l'AFP. S'il faudra au moins deux semaines pour le déterminer avec précision, "il est quasiment certain" désormais qu'Omicron "n'est pas plus grave que Delta". Mieux, quelques signes suggèrent "qu'il se pourrait même qu'il soit encore moins sévère". Inversement, Anthony Fauci estime que le nouveau variant est "clairement hautement transmissible", sans doute davantage que Delta. Alors que l'identification de ce nouveau variant avait provoqué le 26 novembre une chute de 4,75% à la Bourse de Paris, la plus forte depuis le début de l'année, l'évaluation encourageante qui en est faite à présent a suscité ce mardi un rebond de 2,91% - cette fois la plus forte hausse de 2021.

Le mouvement haussier portait également les indices américains, avec un gain d'environ 1,5% du Dow Jones et un bond de 2,7% du Nasdaq Composite, l'indice technologique revenant ainsi à une encâblure (1% environ) de son dernier pic historique, remontant au 18 novembre...

Des chiffres meilleurs qu'attendu sur les importations chinoises avaient donné une bonne orientation matinale aux marchés asiatiques, encore accentuée par le rebond de production industrielle allemande en octobre après deux mois de baisse. Ce dernier n'est pas une surprise mais constitue "une lueur d'espoir" sans constituer pour autant "le début d'une reprise durable", résume Carsten Brzeski, macroéconomiste chez ING. Puis les gains n'ont fait que s'accroître au fil de la séance, qui a ainsi permis de combler totalement le "gap" laissé béant entre le 25 et le 26 novembre.

À Paris, le rebond a été tiré par les incontournables noms du luxe, Kering (+5,7%) en tête, avec 5% pour LVMH et 3,9% pour Hermès (+3,9%). Le compartiment technologique a également été recherché, en particulier STMicro (+5,7%) qui a plus qu'effacé sa lourde chute de vendredi en réaction à l'avertissement d'Apple à ses fournisseurs. Plusieurs valeurs cycliques, les plus sensibles à la conjoncture économique et celles qui avaient le plus souffert de la glissade de fin novembre ont également repris du poil de la bête. On peut notamment citer ArcelorMittal (+5,3%) et Stellantis (+3,7%) ou encore, hors du CAC, Rexel (+4,2%), Carmila (+3,9%), JCDecaux (+3,25%).

Seuls Danone (-0,5%) et Carrefour (-0,6%) sont restés en retrait parmi l'échantillon vedette.

Si l'actualité propre aux entreprises restaient rares, Wavestone a tout de même décollé de près de 10% en réaction à des comptes semestriels probants, le cabinet de conseils ayant vu sa marge opérationnelle courante s'établir à un niveau record entre avril et septembre.

Plusieurs valeurs Covido-compatibles ont été délaissées, à l'instar de Novacyt (-9%), UV Germi (-6,8%). En revanche, Sartorius Stedim Biotech a su rebondir de 5,3%.

Au chapitre pétrolier, les cours profitent également de l'apaisement des craintes liées au variant Omicron, et le baril de Brent s'échange de nouveau à plus de 76 dollars, en hausse de 4,13% par rapport à la veille. Le baril de West Texas Intermediate s'adjugeait pour sa part 4,75% à 72,79 dollars en fin de journée. Enfin, sur le Forex, la monnaie unique perdait encore 0,32% face au billet vert à 1,1249 dollar.

Guillaume Bayre - ©2022 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+313.60 % vs +39.02 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat