Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
6 111.24 +0.90 % Temps réel Euronext Paris

Cac 40 : Malgré une petite pause vendredi, la Bourse de Paris a poursuivi son rebond cette semaine

vendredi 14 février 2020 à 18h11
Le marché parisien signe une légère progression hebdomadaire (+0,66%)

(BFM Bourse) - Affichant une certaine prudence face à l'épidémie de pneumonie virale, la Bourse de Paris clôt la semaine sur un léger repli de 0,39% mais poursuit sa marche en avant (+0,66%) sur un rythme hebdomadaire. Le CAC a même renoué ponctuellement avec ses sommets annuels en milieu de semaine.

La prudence était de nouveau de rigueur sur le marché parisien vendredi, alors que les derniers bilans sur l'évolution de la propagation du coronavirus sont difficiles à interpréter. À la clôture, le baromètre de la Bourse de Paris lâche 0,39% à 6.069,35 points, dans un volume d'échanges modéré de 3,5 milliards d'euros. La veille, le CAC était parvenu à limiter ses pertes en clôture (-0,19%) après une annonce jugée rassurante de l'OMS sur l'évolution de la situation sanitaire. Sur l'ensemble de la semaine, l'indice phare de la cote parisienne reprend tout de même 0,66%, après avoir signé son plus fort rebond hebdomadaire (+3,85%) lors de la semaine précédente.

Les autorités sanitaires du Hubei, dans le centre du pays, ont annoncé jeudi à la surprise générale un élargissement de leur définition des personnes atteintes de pneumonie virale Covid-19. Alors qu'un test de dépistage à l'acide nucléique était jusqu'à présent indispensable pour déclarer un cas "confirmé", les patients "diagnostiqués cliniquement", notamment avec une simple radio pulmonaire, seront aussi comptabilisés dorénavant. Dans son bulletin quotidien, les autorités sanitaires chinoises avaient ainsi dénombré sur la journée de mercredi 242 morts et 14.840 nouveaux contaminés. Pékin a annoncé que 121 décès supplémentaires liés au coronavirus avaient été enregistrés en Chine continentale jeudi, portant à 1.380 le nombre de cas mortels dans le pays depuis le début de l'épidémie. Le nombre de cas de contamination ayant augmenté de 5.090 pour s'élever à 63.851.

"Les données récentes de Pékin montrent une diminution du nombre de nouveaux cas quotidiens, mais toujours plus qu'avant la mise en œuvre de la nouvelle méthode de test, ce qui donne aux investisseurs une image floue de la situation", juge Pierre Veyret, analyste chez ActivTrades.

Il y a certes "une approche peut-être un peu plus prudente" sur les marchés en raison de l'épidémie de Covid-19 "mais malgré tout, ceux-ci résistent bien à toutes les mauvaises nouvelles", a pour sa part souligné auprès de l'AFP Andrea Tuéni, un analyste de Saxo Banque. "Il y a beaucoup de sérénité et de distance dans les marchés, qui n'ont jamais cédé à la panique" ni connu "de mouvements violents à la baisse" depuis le démarrage de cette crise, a-t-il insisté. Par ailleurs, "les résultats d'entreprises sont globalement positifs" et "tout ce qui est macroéconomie et microéconomie", quoique "relégué au second plan", sert "de support au marché".

Côté indicateurs, l'économie allemande a fini l'année 2019 en stagnation, son produit intérieur brut étant étal au quatrième trimestre par rapport au trimestre précédant, toujours affecté par l'industrie, selon des données publiées vendredi par Destatis.

EDF brille, Renault dévisse puis rebondit

Actualité chargée sur le front des valeurs, les opérateurs faisant le tri entre les publications décevantes et convaincantes. En repli de près de 4% peu après l'ouverture des échanges en raison de sa première perte nette annuelle depuis 2009, Renault a ensuite rebondi à l'annonce que le constructeur automobile français pourrait supprimer des usines dans le cadre d'un vaste plan d'économies. À la clôture, le titre Renault lâche finalement 0,9%.

EDF fait un bond faisait un bond de 9,7%, porté par un bénéfice net multiplié par plus de quatre en 2019, gonflé comptablement par des résultats financiers liés à la bonne performance des marchés financiers.

Crédit Agricole cède 1,2%, malgré un bénéfice net en hausse de 10% à plus de 5 milliards d'euros l'an dernier, gonflé par une reprise de provision de plus d'un milliard et une bonne performance générale sur le dernier trimestre. Le géant français des médias Vivendi grappille 0,3% après avoir publié un bénéfice net annuel de 1,6 milliard d'euros, multiplié par 12,5 par rapport au résultat de 2018, qui avait certes été marqué par une importante dépréciation d'actifs. Toujours dans les médias, TF1 prend 6% grâce à une nette amélioration de sa rentabilité opérationnelle. Enfin, Tarkett signe la meilleure performance de la cote parisienne à la mi-journée (+11,2%) alors que le spécialiste français de revêtements de sol a vu son bénéfice net fondre de 20% en 2019, à 39,6 millions d'euros, pénalisé par une année difficile en Amérique du Nord. Le chiffre d'affaires ressort tout de même au-dessus du consensus Bloomberg notamment grâce à la performance record enregistrée par le segment Sport.

Les prix du pétrole sont en hausse vendredi en dépit des incertitudes qui pèsent sur la demande mondiale et le flou qui demeure sur la réponse conjointe des membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et leurs alliés quant à une éventuelle coupe supplémentaire de leur production. À 18h30, le baril de Brent prend 0,76% à 56,77 dollars et celui de WTI gagne 0,47% à 51,66 dollars.

Sur le Forex, la monnaie unique recule encore légèrement (-0,05%) face au billet vert, à 1,0835 dollar.

Quentin Soubranne - ©2020 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+296.80 % vs +22.94 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat