Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
6 727.52 +0.63 % Temps réel Euronext Paris

Cac 40 : Malgré Evergrande, la Bourse de Paris rejoint le cap des 6700 points

jeudi 23 septembre 2021 à 18h20

(BFM Bourse) - Au lendemain de la réunion de la Réserve fédérale américaine, le marché parisien a prolongé jeudi son rebond. L'indice CAC 40 a gagné 0,98%, signant sa troisième séance de hausse d'affilée.

Malgré les soubresauts liés à la situation délicate du promoteur immobilier chinois Evergrande, dont on ne voit pas comment il échapperait à une sévère restructuration, le décrochage (contenu à -1,74%) du CAC 40 lundi a vite été effacé. Le principal baromètre du marché parisien est même revenu sur la barre de 6700 points en clôture, ce qui n'était plus le cas depuis le 7 septembre, en s'adjugeant encore 0,98% de gains jeudi à à 6.701,98 points - sa troisième séance de hausse d'affilée.

Malgré la publication d'indices d'activité PMI en Europe suggérant une progression moins forte qu'attendu du secteur privé en septembre, selon IHS Markit, l'optimisme est resté de mise parmi les investisseurs pariant sur une démolition contrôlée de l'édifice branlant Evergrande, sans (trop) de dégâts collatéraux sur l'économie. Le titre du promoteur immobilier chinois a d'ailleurs repris 17,6% (une toute petite fraction de sa monumentale glissade) à Hong-Kong.

Les investisseurs ont par ailleurs digéré sans broncher le dernier message de la banque centrale des États-Unis. Pour l'essentiel, la Fed a opéré "l'annonce d'une annonce", comme le résume Frédéric Rollin, conseiller en stratégie d’investissement chez Pictet AM. C'est-à-dire que les membres de la Federal Reserve n'ont pas entériné la date de déclenchement du tapering, la phase de réduction progressive de son soutien, mais l'institution a confirmé qu'une annonce était proche. Le scénario attendu de tous est que soit officialisé en novembre la décision de commencer à réduire ce soutien en 2022.

Mais Frédéric Rollin repère dans ce tableau un peu téléphoné "quelques touches un peu plus sévères qu’attendu". Les membres du FOMC anticipant une hausse des taux en 2022 sont plus nombreux qu'auparavant et les anticipations pour 2023 et 2024 ont significativement grimpé observe-t-il. "Ceci n’a pas ému outre mesure les investisseurs, qui restent sur l'idée que la Fed considère que le risque de resserrer trop tôt la politique monétaire est plus grand que celui de laisser l’inflation filer. À cet égard, les variations d’anticipations de hausse des taux sont interprétées comme un ajustement aux données économiques plus que la matérialisation d’une inquiétude concernant les hausses de prix". De son côté, Alexandre Baradez souligne pour BFM Bourse que Jerome Powell a non seulement confirmé l'approche du début du tapering, mais que le président de l'institution a même suggéré que le processus pourrait être achevé vers la mi-2022, c'est-à-dire que le soutien exceptionnel pourrait être totalement détricoté à cette échéance.

À Paris, dans un marché plutôt calme (un volume banal de 3,2 milliards d'euros), l'actualité des entreprises a çà et là repris de l'importance, à l'image d'un bond de 9,8% de Trigano, le numéro 2 européen des camping-cars ayant fait état d'une hausse de 4,9% de son chiffre d'affaires sur le dernier trimestre de son exercice 2020-2021, malgré une base de comparaison exigeante. Valneva, qui a débuté le recrutement d'une phase d'extension aux sujets adolescents pour son vaccin contre la Covid-19 VLA2001, a repris 5,7% (les principaux résultats chez l'adulte sont toujours prévus au début du quatrième trimestre, octobre a priori).

Le groupe de travail temporaire Synergie a décollé de 6,7% grâce à l'annonce d'une forte progression des bénéfices sur l'exercice écoulé, et Guerbet a bondi de 8,3% au vu d'une accélération de la croissance au second trimestre et, là aussi, une amélioration des résultats.

L'automobile toujours à l'honneur

Renault a poursuivi son rebond de la veille, avançant encore de 2,8%. Parmi les équipementiers, Valeo s'est adjugé 8,4% et Faurecia 6,7%, malgré la révision en baisse de ses objectifs annuels du fait de la pénurie des semi-conducteurs: l'avertissement a le mérite de préciser les perspectives du groupe, qui pense en outre pouvoir maintenir un niveau de free cash-flow important (environ 500 millions d'euros).

Le groupe de prêt-à-porter SMCP a bénéficié d'une vague d'intérêt spéculatif alors que son actionnaire majoritaire, European TopSoho (lui-même une filiale du groupe chinois Shandong Ruyi), a fait défaut sur une obligation remboursable en actions SMCP, portant sur l'équivalent de 37% du capital du groupe. Un changement de propriétaire pourrait amener une opération sur le capital dans la foulée. La défaillance de son principal actionnaire ne remet pas en cause les propres financements ou l'activité de SMCP, a expliqué le groupe.

En baisse en début de séance, après un rebond de 45% depuis le début de l'année, le groupe d'ingénierie externalisée et conseil en R&D Alten finalement terminé un peu au-dessus de l'équilibre (+0,15%) à l'annonce des résultats semestriels nettement plus solides qu'attendu en début d'année.

La biotech azuréenne Nicox a rétrogradé de 5,7%, tandis qu'une étude de phase 2 n'a pas permis de démontrer l'efficacité d'un traitement expérimental de la blépharite (une inflammation du bord des paupières) par rapport à un simple placebo.

Du côté de l'énergie, le contrat à terme sur le pétrole Brent repartait en nette hausse en fin de journée (+1,37% à 76,42 dollars, plus très loin du plus haut de l'année). Au chapitre des devises, l'euro remontait de 0,39% à 1,1734 dollar, après un petit accès de faiblesse hier soir avec les annonces de la Fed.

Guillaume Bayre - ©2021 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+312.80 % vs +35.33 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat