Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
6 569.16 -1.46 % Temps réel Euronext Paris

Cac 40 : Le marché parisien retombe face à la poursuite de la purge à Wall Street

jeudi 13 mai 2021 à 11h43

(BFM Bourse) - Les principaux indices américains sont restés sous pression mercredi, enregistrant leur plus forte baisse en l'espace de trois séance depuis octobre 2020. La déprime gagne jeudi les marchés européens qui, à l'image du CAC 40, avaient su résister la veille.

Le CAC 40 a fait de la résistance mercredi (parvenant à engranger 0,19%), mais semble à son tour tomber dans l'escalier ce jeudi, affichant à 12h40 une baisse de 1,1% à 6.208,80 points. Le tout dans un volume élevé pour un jour férié (même si Euronext est ouvert, beaucoup d'opérateurs profitent de l'Ascension pour prendre l'air) proche de 1,1 milliard d'euros.

Depuis le début de la semaine, la crainte que le pic d'inflation annoncé soit en fait plus élevé et durable qu'escompté pèse sur la valorisation des actifs à risque, en particulier les actions qui bénéficient habituellement de multiples généreux comme le secteur du numérique aux Etats-Unis. Mercredi soir, les valeurs américains ont encore reculé (-2% sur le Dow, pratiquement -2,7% sur le Nasdaq) après une hausse sensiblement supérieure aux prévision de l'indice des prix à la consommation d'avril.

Il s'agissait de la troisième journée d'affilée dans le rouge pour le marché américain, qui accumule de la sorte sa plus forte baisse en l'espace de trois séances depuis octobre 2020. Richard Clarida, le vice-président de la banque centrale des Etats-Unis, a reconnu être un peu surpris par le taux d'inflation (+4,2% sur un an en avril, du jamais vu depuis treize ans) et n'exclut pas une accélération supplémentaire avant une modération par la suite. Bref, la volatilité des prix serait inhérente à la transition actuelle, entre la crise sanitaire et le retour à la normale de l'économie... Il a répété qu'une diminution progressive (ou tapering) des rachats d'actifs n'était pas d'actualité. La Fed se focalise d'abord sur l'emploi et au rythme actuel des créations , il faudrait attendre août 2022 pour que le marché du travail aux Etats-Unis renoue avec ses niveaux d'avant la crise sanitaire, a souligné M. Clarida.

Reste que les investisseurs n'apprécient guère de voir l'indice des prix s'éloigner autant de la trajectoire attendue, ce qui apporte des arguments au moulin de ceux qui comme Robert Kaplan (de la Fed de Dallas) proposent d'ouvrir dès à présent le débat sur ce fameux tapering.

Les cours pétroliers ne sont pas épargnés par le mouvement de repli du jour, avec une chute de 2,25% du prix du Brent à 67,767 dollars ou de 2,38% à 64,51 dollars s'agissant du WTI. Du côté des devises, la paire euro/dollar bouge peu à 1,2062 (-0,09% pour la monnaie unique). En revanche, le cours du bitcoin perd rapidement de l'altitude à 49.647 dollars, soit près de 9% de recul par rapport à la veille, après une nouvelle sortie d'Elon Musk.

En effet, on se rappelle que le patron de Tesla avait décidé en début d'année d'investir une partie de la trésorerie du constructeur californien (trésorerie apportée par l'essentiel par les actionnaires) dans la plus connue des crypto-monnaies. Avec une rapide plus-value à la clé, même si ce pari était un peu auto-réalisateur vu l'audience d'Elon Musk auprès d'une certaine frange d'investisseurs. Mais voilà que le dirigeant se déclare "un peu préoccupé" par le recours croissant aux énergies fossiles pour le minage du Bitcoin. S'il considère que les cryptos restent une idée intéressante sur de nombreux plans, finalement Tesla n'acceptera pas les transactions en Bitcoins, en attendant que le minage émette moins de CO2.

Quid des valeurs parisiennes dans tout ça ? L'actualité des sociétés est plutôt réduire en ce jour férié-mais-ouvert-en-Bourse. Les quelques publications du jour ne sont pas toujours couronnées de succès, CNP perdant plus de 5% malgré un rebond de l'épargne/retraite au premier trimestre, conduisant à une progression plus forte que prévu des primes émises sur la période. En revanche, le bénéfice du trimestre est un peu en dessous des attentes, en raison d'un effet de change négatif en Amérique Latine et d'un recul de la proportion des revenus en compte propre.

La biotech Genfit a aussi choisi ce jeudi pour dévoiler un repli de sa trésorerie au terme du premier trimestre, tandis que son chiffre d'affaires est tombé de 102.000 à 1000 euros sur la période. Le cours recule de 4,2%.

Les bons élèves du jour sont au contraire Pharmagest (+2,2%) et SII (+1,6%). Le premier, expert des solutions informatiques dédiées à la santé et majoritairement détenu par la coopérative Welcoop, a livré, comme souvent, un très beau trimestre en progression de 16,1% grâce à la fois à une solide croissance organique et l'effet des acquisitions. Quant à SII, le spécialiste des métiers de l'ingénieur a renoué avec la croissance au dernier trimestre de son exercice décalé 2020-2021.

Guillaume Bayre - ©2021 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+318.50 % vs +32.15 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat