Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
6 569.16 -1.46 % Temps réel Euronext Paris

Cac 40 : Le CAC boucle sur une fausse note un troisième mois consécutif de hausse

vendredi 30 avril 2021 à 18h10
Le CAC termine mal un mois d'avril encore haussier

(BFM Bourse) - Comme la veille, le marché parisien a subi vendredi l'ouverture contrariée de Wall Street sur fond de prises de bénéfices au lendemain d'un nouveau record pour le S&P. Le CAC 40 termine la semaine sur un léger recul de 0,5%, mais progresse de 3,3% sur le mois.

Certes sans égaler le bond de 6,38% de mars, avril se solde par un confortable gain de 3,33% pour le CAC 40, en dépit d'une dernière séance bouclée sur un repli de 0,53% à 6.269,47 points, dans un volume d'échanges moyen de 3,6 milliards d'euros. Après avoir ouvert en hausse puis changé d'orientation plusieurs fois au cours de la séance, le baromètre du marché parisien a flanché à partir de 16h, dans le sillage d'une Bourse de New-York qui marquait le pas après maints records historiques. Peu avant 18h, le Dow rétrocédait 0,6%, le S&P -0,5% et le Nasdaq limitait son recul à -0,3%, aidé par la performance impressionnante d'Amazon, dont le titre a touché un pic historique en début de matinée.

La réaction à l'officialisation d'une contraction du PIB de la zone euro au premier trimestre (moins forte qu'attendu toutefois) est restée mesurée. A noter que la France a nettement surperformé l'Allemagne, avec une croissance de 0,4%, alors que l'économie outre-Rhin s'est contractée de 1,7% avec un confinement plus étendu.

Par ailleurs, les prix à la consommation dans les 19 pays ayant adopté l'euro ont augmenté de 1,6% sur un an, un chiffre conforme à la moyenne des projections des économistes, traduisant tout de même une accélération par rapport aux 1,3% de mars. Ce qui ne remet pas en soi la position de la BCE, laquelle avait déjà dit s'attendre à une accélération de la hausse des prix et s'autorise à dépasser ponctuellement son objectif d'un chiffre "inférieur à, mais proche de 2%" (barre atteinte ce mois-ci en Allemagne d'ailleurs, à +2,1%). Mais c'est tout de même une signal de tension sur l'inflation, alors que remontent à nouveau les rendements obligataires, aux Etats-Unis en tous cas.

De solides résultats trimestriels... fraîchement accueillis

Le lot des publications de ce vendredi a reçu un accueil un peu plus contrasté qu'au cours des derniers jours, BNP Paribas (qui a touché jeudi en séance un plus haut niveau depuis septembre 2018) subissant notamment quelques prises de bénéfices après une progression de 37% de son bénéfice au premier trimestre, grâce à une diminution du coût du risque. L'action a cédé 0,8%.

La réaction du marché était également négative pour Imerys (-1,4%), alors que le métallurgiste a enregistré des niveaux de marge supérieurs même à l'avant-crise, enregistrant au bout du compte une envolée de 63% de son bénéfice trimestriel. A une autre échelle, les résultats annuels hors norme d'Eurobio, dopé l'an dernier par la demande de tests du coronavirus, se sont là aussi traduits par un repli (-4,6%).

En revanche, le relèvement des objectif de Vallourec a permis 3,8% de revalorisation.

Safran a gagné 3% (meilleure performance de l'indice phare) alors que le groupe a livré un trimestre mitigé, avec un repli de son chiffre d'affaires de 38%. Saint-Gobain, qui a vu sa croissance organique s'accélérer jusqu'à +14,3% sur les trois premiers mois, a enregistré 1,2% de gains.

Enfin Euronext a pris 6,8% au lendemain du détachement des DPS en vue de son augmentation de capital, à laquelle il sera possible de souscrire la semaine prochaine. L'opérateur entend lever 1,8 milliard d'euros, complétant ainsi le package du financement du rachat de la Borsa Italiana pour un montant de 4,3 milliards d'euros au total.

Le pétrole reflue aussi

Venant d'atteindre un plus haut niveau depuis six semaines, les cours pétroliers subissaient également des prises de bénéfices, avec un retour des interrogations quant au timing d'une réelle reprise de la demande. Le Brent perd 2,07% à 66,68 dollars le baril et le WTI 2,34% à 63,48 dollars. Si les "supermajors" pétroliers américains Chevron et Exxon Mobil ont renoué avec les bénéfices au premier trimestre 2021, à l'instar de Total et des autres géants pétroliers, le ton prudent adopté par ces groupes quant au reste de l'année n'a visiblement pas rassuré les investisseurs quant à la durabilité de cette reprise.

Sur e marché des changes, l'euro corrigeait sévèrement face au billet vert, redonnant 0,74% à 1,2033 dollar, mais restait en piste pour signer un rebond de plus de 2,5% sur l'ensemble du mois d'avril.

Quentin Soubranne - ©2021 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+318.50 % vs +32.15 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat