Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
7 172.98 +0.55 % Temps réel Euronext Paris

Cac 40 : La Bourse de Paris renoue avec un franc rebond, gagnant 2,4%

mercredi 1 décembre 2021 à 17h47

(BFM Bourse) - Après la chute provoquée par le variant Omicron la semaine dernière, la Bourse de Paris n'avait connu qu'un rebond anémique lundi, pour retomber dans le rouge dès hier. Ce mercredi, le rebond s'est révélé enfin beaucoup plus consistant, le CAC 40 rattrapant d'un coup 160 points soit 2,39%.

De l'intérêt d'entendre différents sons de cloche. Si le directeur général de Moderna Stéphane Bancel avait plutôt inquiété les marchés mardi matin, son homologue chez BioNTech, Uğur Şahin, s'est montré plutôt rassurant. Avec le reste des places européennes, le marché parisien en a profité, accentuant ses gains tout au long de la séance pour clôturer à 6.881,87 points, soit +2,39 %.

S'il reste à vérifier dans quelle mesure les anticorps produits grâce aux vaccins actuels (fondés sur la souche originelle du coronavirus) permettent d'éviter l'infection par le nouveau variant, les lymphocytes T -qui constituent une forme différente de défense immunitaire en attaquant les cellules une fois infectées- devraient une fois entraînés par le vaccin garder leur capacité à freiner la réplication du virus dans l'organisme et donc empêcher les formes graves, a estimé le fondateur de BioNTech, à l'origine du vaccin Comirnaty produit par Pfizer.

En outre, l'arsenal thérapeutique se complète en particulier avec l'arrivée des antiviraux sous forme de pilule à l'image du Lagevrio (molnupiravir) de Merck (issu d'une collaboration avec la biotech Ridgeback), recommandé mardi par un panel d'experts indépendants réunis par l'autorité de santé américaine, un avis généralement suivi par une approbation. Ce traitement a déjà été homologué par la Grande-Bretagne, et devrait être disponible de façon imminente en France après l'autorisation d'urgence accordée par l'autorité européenne. Une molécule comparable de la part de Pfizer, le Paxlovid, est d'ailleurs également dans les starting-blocks.

Si la tendance redevient pour l'heure favorable, la volatilité devrait probablement rester de mise en décembre, anticipe Jeffrey Halley, analyste de marché senior pour Oanda. Les marchés tendent à se précipiter à la vente à la suite d'un gros titre négatif sur Omicron, puis rachètent à la moindre indication que le nouveau variant n'est pas aussi grave. "Demain est un autre jour, et je ne doute pas qu'un prochain gros titre fera à nouveau dévier ce troupeau écervelé que nous appelons les marchés financiers"...

En attendant, les valeurs cycliques les plus dépendantes du degré de contraintes sanitaires sont revenues ce mercredi au premier plan, à l'image d'Elis (+3,8%), Air France-KLM (+3,3%) ou Elior (+3,3% aussi), tandis que rebondissait également l'automobile (Stellantis +5,9%, Valeo +4,5%, Michelin +4,2%) et la banque (+3,3% pour Société Générale).

Les cours pétroliers ont aussi enregistré un rebond substantiel, soit +2,86% pour le Brent à 71,20 dollars, ce qui a permis à TechnipFMC de prendre 3,7% et TotalEnergies 3,2%.

Même Rubis, pour une fois, a suivi le mouvement avec un redressement de 2,7% pour le spécialiste du stockage de produits pétroliers, dont le cours avait touché la veille un plus bas depuis le 12 janvier 2015.

Schneider Electric a ajouté 4,2% aux 3,3% pris la veille à l'annonce de ses ambitions 2024. Pratiquement stable en matinée malgré la publication de résultats semestriels en forte progression, dont un quasi-triplement du bénéfice net, Soitec a fini par décoller de 4,2% en clôture. De même Sanofi a accentué une hausse modeste en matinée, terminant à près de +2,4% alors que le laboratoire organisait une rencontre investisseurs dédiée à son pôle vaccins, qui a pour objectif de plus que doubler ses ventes d'ici à la fin de la décennie.

Parmi les plus petites valeurs, 2CRSI a profité d'un bond de 5,2% grâce à la publication de ses résultats à fin août, marqués par une vive progression de la marge opérationnelle et la confiance en l'atteinte des objectifs annuels malgré les pénuries de composants. Le fabriquant de serveurs indique avoir constitué les stocks nécessaires pour y faire face. Le spécialiste du tir de loisirs Cybergun s'est détaché de plus de 28%, alors que l'entreprise a indiqué que son capital était débarrassé des instruments dilutifs (OCABSA) qui ont longtemps plombé le cours.

Guillaume Bayre - ©2022 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+312.10 % vs +44.29 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat