Connexion

Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
5 153.19 +1.79 % Temps réel Euronext Paris

Cac 40 : La Bourse de Paris, craintive, entame la semaine dans le rouge

lundi 17 décembre 2018 à 12h53
Début de semaine dans le rouge pour la Bourse de Paris

(BFM Bourse) - Le CAC 40 cède 0,43% à 4.832 points lundi vers 12h15 dans un volume d'échanges très faible de l'ordre de 600 millions d'euros. Les investisseurs font toujours preuve de prudence dans un contexte d'incertitudes liées à l'économie mondiale ainsi qu'à des thématiques politiques.

La Bourse de Paris restait très timorée lundi matin en attendant les chiffres définitifs de l'inflation en zone euro pour novembre, sur fond d'interrogations toujours aussi nombreuses sur l'économie mondiale et de nombreuse thématiques politiques. Vers 12h15, l'indice vedette de la place parisienne s'affichait en repli de 0,43% à 4.832,67 points après avoir déjà bouclé la semaine dernière sur un recul de 0,88% vendredi.

Selon les données définitives publiées en fin de matinée par l'office statistique de l'Union européenne Eurostat, l'inflation dans la zone euro a ralenti plus fortement que ce qui était initialement estimé. Les prix dans les 19 pays partageant la monnaie unique ont en effet augmenté de 1,9% en novembre sur un an glissant, contre 2% en première estimation et 2,2% en octobre puis 2,1% en septembre.

Si cela constitue une bonne nouvelle pour la BCE dont l'objectif est de maintenir un taux d'inflation inférieur mais proche de 2% à moyen terme, l'attention des investisseurs va désormais se reporter sur d'autres thématiques qui agitent toujours les marchés comme la guerre commerciale sino-américaine, le Brexit ou le budget italien. Sur ce dernier front aussi, les dernières nouvelles étaient plutôt rassurantes. Le gouvernement italien a en effet proposé mercredi dernier de ramener son déficit public à 2,04% du PIB en 2019, au lieu de 2,4%, dans l'espoir de mettre fin au bras de fer sur son budget avec l'Union européenne et d'échapper à une procédure d'infraction. Le commissaire européen Pierre Moscovici a toutefois jugé cet effort insuffisant.

Brexit et "gilets jaunes"

Autre impasse, "le Brexit est encore au programme et le gouvernement semble divisé sur les possibles issues. L'accord de Theresa May est impopulaire, tout comme l'idée d'un "non-accord" ou d'un second référendum", note David Madden, analyste chez CMC Markets. Et dans le même temps, "en France, il est clair que les protestations ont des répercussions économiques négatives", souligne l'analyste. Le déficit budgétaire français devrait ainsi se creuser légèrement en 2019 et atteindre 3,2% du PIB en tenant compte des mesures prises face à la crise des gilets jaunes, a annoncé le Premier ministre Edouard Philippe.

Chine et États-Unis devant l'OMC

Les doutes persistent quant à la capacité des deux plus grandes puissances économiques à parvenir rapidement à un accord commercial après la trêve décrétée début décembre pour une période de 90 jours. Lundi, les États-Unis et la Chine ont porté leurs divergences commerciales devant l'Organisation mondiale du commerce (OMC), où les deux pays se sont mutuellement accusées de pratiques déloyales. Zhang Xiangchen, ambassadeur de Chine auprès de l'OMC a déclaré que les mesures commerciales prises par l'administration Trump étaient en train de "ressusciter le fantôme de l'unilatéralisme" tandis que l'ambassadeur américain Dennis Shea avait auparavant regretté les "pratiques concurrentielles déloyales" chinoises qui "portent préjudice aux entreprises et aux salariés étrangers en violation des règles de l'OMC".

Le secteur des ESN mal orienté

À la Bourse de Paris, plusieurs replis sont à relever et notamment ceux des groupes du secteur des services du numérique après une étude sectorielle publiée par Morgan Stanley. La société de conseil et de services informatiques Sopra Steria (-7% vers 12h30) et le groupe de paiement Worldline (-9,4%), filiale d'Atos, figurent parmi les plus fortes baisses de l'indice SBF 120 de la Bourse de Paris lundi, Morgan Stanley ayant abaissé sa recommandation de "pondération en ligne" à "sous-pondérer" sur les deux valeurs. Les analystes de la banque américaine ont même divisé par deux l'objectif de cours sur Sopra Steria, de 152 à 75 euros.

Parmi les autres mouvements d'ampleur à la Bourse de Paris, il faut noter le plongeon du groupe de prêt-à-porter SMCP (-7%) à la suite de l'avertissement sur ses résultats du géant britannique du secteur Asos. De son côté, le groupe spécialisé dans les services de paiement Ingenico recule de 7,5% après l'annonce de sa décision de ne pas donner suite aux avances de Natixis.

Dans l'autre sens, la biotech Nicox s'adjuge près de 14% après un accord de licence en Chine, ce qui permet au titre de la société franco-italienne de revenir à son plus haut depuis plus d'un mois. À noter également, la progression très importante d'autres sociétés biotechnologiques telles que Genkyotex (+33% vers 12h45) ou Gensight Biologics (+20%).

Le baril reprend un peu de hauteur

Sur le front pétrolier, le baril de Brent européen de mer du Nord pour livraison en février valait 60,9 dollars vers 12h45 (+1,1%) tandis que le baril de WTI texan s'échangeait sur le New York Mercantile Exchange à 51,61 dollars à la même heure, en hausse de 0,7%. Malgré ce léger rebond, le géant des infrastructures pour le secteur des hydrocarbures TechnipFMC signe la pire performance du CAC à la mi-séance lundi, en repli de 4,4%.

Enfin, la monnaie unique reprend 0,3% au billet vert après l'annonce d'une inflation maîtrisée en novembre, à 1,134 dollar.

Quentin Soubranne - ©2019 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+284.40 % vs +3.66 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat