Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
4 836.50 -0.14 % Temps réel Euronext Paris

Cac 40 : L'espoir d'un rebond s'envole déjà, le CAC 40 de nouveau à la peine

mardi 17 mars 2020 à 10h55
Le marché parisien se retourne et repart dans le rouge mardi matin

(BFM Bourse) - Rien n'y fait. Après avoir tenté un rebond technique à l'ouverture des échanges mardi dans le sillage de la pire séance à Wall Street depuis 1987, la Bourse de Paris évolue de nouveau en territoire négatif dès 10h. Face à la panique qui engendre des flux vendeurs trop importants, les mesures annoncées par les différents gouvernements semblent insuffisantes.

Fort d'un rebond de plus de 4% à l'ouverture, le CAC 40 a de nouveau brièvement franchi à la hausse le seuil des 4.000 points (très loin de son sommet annuel à 6.111 points -qui semble si loin- le 19 février dernier) dans les premiers échanges. Un répit de courte durée pour les investisseurs, puisque le baromètre du marché parisien n'est pas parvenu à tenir ce rebond plus d'une heure, au lendemain d'une nouvelle chute de 5,75% (après avoir lâché plus de 11% vers la mi-journée). Pire, l'indice vedette évolue de nouveau dans le rouge à 10h25, cédant encore 1,65% à 3.817,30 points. Au plus bas depuis juillet 2013, le CAC a désormais effacé six ans et demi de hausse en moins d'un mois...

"Les indices européens devraient ouvrir en hausse ce matin dans le sillage d’un rebond technique après que le Dow Jones ait connu sa plus mauvaise séance depuis 1987 et que les gains de 2019 soient effacés pour le S&P 500 "anticipaient pourtant à raison les experts de Mirbaud Securities, qui accompagnaient cet espoir d'une mise en garde fort a propos : "La séance devrait cependant être volatile après que le président Donald Trump ait affirmé que le pire (pic ?) de la crise sanitaire (mais aussi économique ?) pourrait être atteint en … août prochain".

Regarder un peu plus loin

Il s'agit donc désormais de voir plus loin. Plus loin que le choc que, reconnaissons-le, nous sommes tous en train d'encaisser, plus loin que les prochains jours, les prochaines semaines, soumises à un confinement pénible et à l'inévitable augmentation du décompte des victimes (puisque à cause du délai d'incubation, il faudra près d'une quinzaine de jours pour que l'effet des mesures commence à se répercuter dans le nombre de cas déclaré). Plus loin que la chute de l'activité économique pour cause d'arrêt des déplacements non essentiels. "Il faut aussi, et peut-être surtout, tenter de regarder devant", avance Hervé Goulletquer, stratégiste de La Banque Postale Asset Management.

"L’incertitude reste épaisse. Les marchés vont-ils accepter de voir un peu loin, prendre en considération le retour sur expérience de la Chine [qui n'a enregistré lundi qu'un seul nouveau cas dans la province du Hubei NDLR] et vont-ils considérer que la réponse de politique économique est bien en train de monter en puissance?"

En même temps que les marchés européens effaçaient leurs gains matinaux (-1,1% pour le Dax, -1,6% pour le "Footsie" britannique et -0,6% pour le FTSE MIB à Milan vers 10h30), les contrats à terme sur les indices US en font de même. Après avoir frôlé le "limit up" (hausse supérieure à 5%) dans le sillage d'un nouveau "Lundi noir" (le Dow Jones a signé la deuxième plus forte chute de son histoire (-12,92%), le S&P 500 a cédé 11,98% de son côté, et le Nasdaq Composite 12,32%), les principaux indices US ne prévoient plus que des rebonds marginaux à 4h de l'ouverture de Wall Street (+0,5% pour le Dow, +0,6% pour le S&P, +1% pour le Nasdaq).

Airbus, Technip ou encore Safran plongent encore

À Paris, l'AMF a publié mardi matin une liste de 92 valeurs (ayant chuté de plus de 10% lundi) désormais interdites de vente à découvert pour 24h, Bruno Le Maire ayant indiqué que cette interdiction pourrait potentiellement s'étendre à une durée d'un mois, selon l'évolution de la situation.

Si la manœuvre peut expliquer une partie du rebond matinal, via les rachats de position "short", les titres massacrés depuis un mois continuent à l'être ce matin. Au sein du CAC, on peut notamment citer TechnipFMC (-11,1%), Unibail (-10,4%), Safran (-7,7%), Airbus (-6,3%) ou encore Peugeot (-6,8%). Sur le reste de la cote, on relève les plongeons de Covivio (-17,6%), Elis (-13,8%), Europacorp (-13%) ou encore Icade (-10,5%) et Ingenico (-9,6%). Alors que DBV Technologies (-51,6%) semble en mauvaise posture alors que a FDA a identifié des interrogations concernant l'efficacité de Viaskin Peanut, la molécule phare de la biotech tricolore.

Dans l'autre sens, Accor (+4,7%), Renault (+1,2%), Hermès (0,5%) et LVMH (+0,4%) s'offrent de timides rebonds sur le CAC. Sur le SBF 120, ceux d'Iliad (+15,8%), Biomérieux (+7,9%) ou Aviation Latécoère (+7,9%) sont plus prononcés, vers 10h45.

Le baril de Brent sous les 30 dollars

Sur leur lancée de leur grosse chute de lundi, les cours des barils de pétrole brut restent mal orientés mardi matin, le baril de Brent européen chutant même sous le seuil des 30 dollars, à 29,91 dollars (-0,47%) peu avant 11h. Celui de WTI texan s'échange lui à 29,36 dollars à New York, en hausse de 1,2% par rapport à la clôture de lundi.

Enfin, sur le Forex, la monnaie unique recule de nouveau face au billet vert (-0,68% à 1,1095 dollar).

Quentin Soubranne - ©2020 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+332.40 % vs -2.71 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat