Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
6 511.26 -0.70 % Temps réel Euronext Paris

Cac 40 : Au terme d'un semestre éprouvant, le CAC 40 entame juillet sur une hausse a minima

vendredi 1 juillet 2022 à 17h35

(BFM Bourse) - La Bourse de Paris a laborieusement regagné 0,14% vendredi, signant un repli hebdomadaire de 2,34% alors que les opérateurs craignent toujours que le contre-feu allumé par les banques centrales face à l'inflation ne provoque un sinistre économique.

Après avoir perdu 18% au cours des six premiers mois de l'année, l'une des plus mauvaises performances de son histoire pour cette période, la Bourse de Paris n'a que très timidement pris le chemin de la hausse à l'entame du second semestre, engrangeant laborieusement 0,14% à 5.931,06 points vendredi 1er juillet. La veille l'indice vedette parisien avait encaissé une chute de 1,80%, portant à -10% son repli sur le mois de juin, et donc -18% depuis janvier.

Aux Etats-Unis, où le S&P 500 vient d'afficher un recul de 20% sur le semestre, soit tout simplement le pire début d'année depuis 1970, les principaux indices s'affichaient en léger repli au moment où clôturaient les marchés américains.

Sans surprise, les investisseurs ont réagi aux chiffres de l'inflation américaine, qui s'est maintenue à un niveau élevé de 6,3% sur un an au mois de mai (selon l'indice PCE, l'inflation étant mesurée à 8,6% sur un an en mai selon l'indice CPI). Par ricochet, la croissance des dépenses des ménages américains a fortement ralenti le mois dernier, alimentant les craintes d'une récession de la première économie mondiale, dont la consommation est le principal moteur.

L'inflation épouvantail des marchés

L'inflation hante les esprits des investisseurs tant ses répercussions sur la santé de l'économie se matérialisent statistiques après statistiques. Vendredi matin, les marchés ont pris connaissance de l'inflation dans la zone euro. Elle a atteint un niveau record en juin à 8,6% sur un an. La guerre en Ukraine et la reprise de la demande post-Covid alimentent la flambée des prix de l'énergie et de l'alimentation. Autre statistique témoignant d'une dégradation du climat économique dans la zone euro, celle de la production manufacturière dans la zone euro qui a reculé en mai et ce, pour la première fois depuis le printemps 2020.

Malgré la morosité ambiante, sur le front des valeurs parisiennes quelques titres ont tiré leur épingle du jeu à l'image de Sodexo. Le groupe de restauration collective a bondi de plus de 4%, après un troisième trimestre meilleur que prévu et confirmé ses perspectives. Dans son sillage, Elior a gagné 3,5%.

Oncondesign, dont la cotation reprendra lundi, a présenté un projet de séparation de ses activités avec une OPA à la clé sur la branche services.

FDJ a flanché de 4,6%, alors que Citigroup a dégradé son conseil sur l'action en invoquant le risque d'une décision européenne entraînant une révision en (forte) hausse du montant que l'entreprise avait payé à l'Etat en contrepartie de l'obtention de l'exclusivité de 25 ans sur l'organisation de jeux de loterie en France.

Les tarifs pétroliers tentaient un rebond après avoir été pénalisés par les craintes d'un ralentissement économique. Le Brent reprenait en fin de journée 1,66% à 110,84 dollars (+1,97% sur le WTI à 107,84 dollars). Le bitcoin repartait en direction des 20.000 dollars à 19.312 dollars après avoir chuté de plus de 40% en juin. L'euro piquait à son tour du nez face au billet vert (-0,73% à 1,0408 dollar).

Guillaume Bayre - ©2022 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+314.10 % vs +30.98 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat