Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
6 544.67 +0.33 % Temps réel Euronext Paris

Cac 40 : En baisse de 18% sur 6 mois, la Bourse de Paris signe l'un des pires semestres de son histoire

jeudi 30 juin 2022 à 17h50
La Bourse de Paris signe l'un de ses pires semestres

(BFM Bourse) - Cette dernière séance de juin s'achève sur un repli de 1,8% et 10% sur le mois de juin pour la Bourse de Paris. Pire encore, le semestre se solde par une lourde chute de près de 18%. Un score peu reluisant, faisant de ce premier semestre 2022, l'un des moins flatteurs de l'histoire de la place parisienne. Les indices ploient sous les craintes d'une récession alors que les banquiers centraux s'attellent au chantier de réduire une inflation au plus haut depuis des décennies.

Pour la dernière séance de juin et du semestre, la Bourse de Paris clôture en baisse de 1,80%. Grâce à un dernier coup de collier, le CAC 40 a toutefois limité la casse et est parvenu à se hisser sur les 5.900 points à 5.922,86 points. L'indice vedette parisien avait perdu près de 3% vers 13h30, accélérant ses pertes avant la publication de statistiques majeures aux Etats-Unis dont les très attendus chiffres de l'inflation. Avec cette dernière séance, la baisse du CAC 40 atteint 10% sur le mois de juin et 18% depuis janvier, l'un des pires semestres de l'histoire de la place parisienne.

Aux Etats-Unis, l'ambiance est également pesante, certes moins qu'en Europe mais tout de même. Wall Street est bien parti lui aussi pour enregistrer l'un de ses pires semestres de l'année depuis 1970. Le Dow Jones cédait 1,1% tout comme le S&P 500 qui perd plus de 20% depuis le début de l'année à la clôture des places européennes. Sans surprise, les investisseurs réagissent aux chiffres de l'inflation américaine, qui s'est maintenue à un niveau élevé de 6,3% sur un an au mois de mai. Par ricochet, la croissance des dépenses des ménages américains a fortement ralenti le mois dernier, alimentant les craintes d'une récession de la première économie mondiale, dont la consommation est le principal moteur.

A ce propos, Jerome Powell, le président de la banque centrale des Etats-Unis, a reconnu mercredi qu'il existe un risque d'en faire trop en matière de durcissement monétaire, mais qu'il préfère courir ce risque plutôt que celui de laisser davantage filer l'envolée des prix. Aucune garantie que la Fed parvienne à éviter une récession dans la bataille...

Une inflation proche de 6% en France

L'inflation concentre en effet toutes les inquiétudes des investisseurs. En France, les prix à la consommation ont encore connu une accélération au mois de juin à 5,8% sur un an, après 5,2% le mois précédent selon une estimation provisoire de l'Insee publiée jeudi. En données harmonisées, la hausse des prix à la consommation atteint un sommet à 6,5% sur un an. De l'autre côté des Pyrénées, l'inflation a atteint 10,2% en juin sur un an, pour culminer à un plus haut de 37 ans, selon la première estimation de l'Institut national de la Statistique du pays. Jeudi matin, c'était au tour de la banque centrale de Suède de relever d'un demi point de pourcentage son taux directeur à 0,75%. A l'image des autres banques centrales, la Riksbank doit batailler avec la seule arme qu'elle a pour lutter contre une hausse des prix jugée incontrôlable.

Du côté du pétrole, l'Opep+ qui se réunissait jeudi, a convenu d'un ajustement à la hausse de la production d'août, de 648.000 barils supplémentaires par jour, comme en juillet, contre 432.000 barils fixés les mois précédents, a annoncé le cartel élargi. Les tarifs pétroliers accélèrent à la baisse, sous les craintes d'un ralentissement économique, renforcées par les dernières statistiques américaines avec un Brent en baisse de plus de 1% à 114,80 dollars et un WTI qui chute de 3,80% à 105,51 dollars.

Du côté des valeurs, parmi les rares rescapées du CAC 40 on peut citer Thalès ou Eurofins Scientifc (0,9%). De l'autre côté de la barrière, Alstom chutait de 8% suivi de Société Générale (-6,3%) ou Worldine (-4,7%).

Orpea cédait 4,6% alors que le groupe de maisons de retraite, dans la tourmente depuis la sortie d'un livre-enquête en début d'année, a publié les conclusions définitives d'un audit confirmant entre autres des dysfonctionnements dans les pratiques managériales.

Trigano termine en forte baisse de 7,9% après annoncé une chute de ses revenus de plus de 10% à périmètre et change constants au titre de son troisième trimestre malgré une demande soutenue pour ses camping-cars.

Le gadin du jour revient à Metex qui lâche plus de 42% jeudi soir après avoir averti sur ses résultats la veille après la clôture.

Sur le marché des changes, la parité euro/dollar se négocie à 1,0466 dollar. Le Bitcoin de son côté se négocie sous les 19.000 dollars.

Sabrina Sadgui - ©2022 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+313.30 % vs +31.65 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat