Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Pétrole Brent

BRN - MP0000000BRN
- -

Pétrole brent : Les craintes sur la demande font replonger les cours du pétrole à leur niveau de juin

jeudi 29 octobre 2020 à 16h06
Le déséquilibre se creuse sur le marché pétrolier

(BFM Bourse) - Une correction des prix est à l'œuvre au sein d'un marché pétrolier. Les investisseurs s'inquiètent des conséquences sur la demande des nouvelles mesures de restriction imposées dans plusieurs pays européens, à commencer par la France et l'Allemagne.

Les deux références mondiales de pétrole brut que sont le Brent de mer du Nord et le WTI texan sont désormais en zone de correction, avec des replis respectifs de 10,5% et 12,1% depuis la clôture de jeudi de la semaine dernière, à 38 dollars (-3,9% ce jour) et 35,70 dollars (-4,2%) vers 15h20. Le baril de Brent a même touché un creux depuis fin mai dernier en début d'après-midi à 37,44 dollars, quand celui de "light sweet crude" est descendu à 35,05 dollars, avant que le rebond des indices américains à l'ouverture de Wall Street ne se répercute sur les autres classes d'actifs.

Les deux contrats de référence évoluent ainsi à des niveaux plus explorés depuis mi-juin dernier. "Une correction des prix était attendue, elle est là", a réagi Bjornar Tonhaugen, analyste de Rystad.

"Des contaminations records frappent chaque jour l'Europe et les États-Unis, et de nombreux pays qui consomment beaucoup de pétrole comme l'Italie, l'Allemagne et la France se retrouvent à nouveau en situation de confinement", a-t-il complété.

Une demande en berne avec les confinements

Le marché des hydrocarbures, comme les marchés actions mercredi, "price" les nouvelles mesures drastiques annoncées mercredi soir en France et en Allemagne pour contrer la propagation du Covid-19. Ces confinements nouveaux affectant grandement la demande d'or noir alors que l'offre augmente, notamment à cause du retour sur le marché de la production libyenne.

Cet écart qui se creuse entre offre et demande entraîne une situation de surplus et, mécaniquement, une hausse des stocks de brut. C'est le cas aux Etats-Unis, où ceux-ci ont augmenté de 4,3 millions de barils la semaine passée selon les chiffres hebdomadaires de l'Agence américaine d'information sur l'Energie (EIA) publiés mercredi, alors que les analystes s'attendaient à une augmentation trois fois moindre. Pour rappel, c'était déjà un profond déséquilibre du marché et une arrivée des capacités de stockage à saturation qui avaient fait plonger les prix des barils de référence en territoire négatif pour la première fois de leur histoire fin mars dernier.

Face à ces facteurs baissiers, les perturbations de la production dans le Golfe du Mexique du fait du passage de l'ouragan Zeta sur une zone concentrant raffineries et plateformes pétrolières pèsent peu. Rétrogradé jeudi matin en tempête tropicale, Zeta a touché terre mercredi après-midi près de La Nouvelle-Orléans, dans l'Etat américain de Louisiane, avec des vents allant jusqu'à 130 km/h, après avoir légèrement perdu en puissance, selon le Centre national des ouragans (NHC).

Quentin Soubranne - ©2020 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+329.30 % vs +10.48 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat