Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
5 581.64 0.00 % Temps réel Euronext Paris

Cac 40 : La Bourse de Paris plonge face à un probable reconfinement

mercredi 28 octobre 2020 à 17h13
Le CAC dévisse mercredi

(BFM Bourse) - Le marché parisien -et les autres principales places boursières- poursuivent leur chute et creusent nettement leurs pertes mercredi, redoutant la puissance de la deuxième vague de Covid-19 et ses répercussions économiques.

Même s'il a évité le pire en fin de séance, le CAC 40 accumule les lourdes pertes en ce début de semaine. Après avoir lâché 1,9% lundi, puis 1,77% mardi, l'échantillon principal de la cote parisienne s'enfonce et perd 3,37% supplémentaires mercredi -après avoir néanmoins cédé jusqu'à 4,4% une heure avant la clôture- à .4.571,12 points, au plus bas depuis fin mai dernier.

Le président Emmanuel Macron pourrait annoncer mercredi soir un reconfinement généralisé en France pour tenter de freiner la deuxième vague du Covid-19, alors que plus de 500.000 nouveaux cas ont été recensés à travers le monde mardi, ce qui constitue un record. Même situation outre-Rhin, où l'État fédéral allemand et les Länder se sont mis d'accord mercredi sur l'instauration d'un reconfinement partiel du 2 au 30 novembre qui passera notamment par la fermeture des bars et des restaurants, selon des sources proches des discussions. Ces nouvelles restrictions pèsent sur le moral des investisseurs et menace grandement une reprise économique déjà fragile.

Plus que Paris et Francfort (-3,9% pour Dax), c'est l'ensemble des grandes places boursières mondiales qui craignent désormais l'ampleur et la violence de la deuxième vague de Covid. À Wall Street, les indices ont plongé dès l'ouverture et lâchent entre 2,6% (Dow et S&P) et 2,8% (Nasdaq) à 17h35, tandis que le "Footsie" a également cédé 2,8% à Londres. À noter qu'outre-Atlantique, l'incertitude liée aux élections présidentielles et l'absence de plan de relance s'ajoutent aux craintes sur le plan de la pandémie et n'offrent aucun soutien aux opérateurs.

Alors que la situation sanitaire continue de se dégrader à vitesse grand V, les investisseurs craignaient déjà ces derniers jours que les gouvernements, notamment européens, opèrent un nouveau tour de vis, et les marchés n'ont fait qu'accélérer leurs pertes, déjà conséquentes, des deux premières séances de la semaine. L'indice phare de la cote parisienne a ainsi accusé sa pire séance depuis celle du 21 septembre dernier (-3,7%, déjà sous l'effet de craintes sanitaires), et porte ses pertes à 6,9% depuis la clôture de vendredi dernier.

La peur d'un nouveau confinement fait également chavirer les cours pétroliers, qui rechutent à un plus bas depuis début novembre. Le prix du baril de Brent repasse sous les 40 dollars, à 39,45 dollars (-5,19% par rapport à la veille) quand celui de "light sweet crude" texan lâche 6,01% à 37,19 dollars.

Peu de valeurs surnagent au sein de la cote parisienne mercredi matin. Au sein de l'indice phare, seul Teleperformance termine la séance dans le vert, sur un maigre gain de 0,5% dans le sillage de l'annonce d'un accord conclu "en vue de l'acquisition" de Health Advocate, une société américaine de services spécialisées dans la santé, pour 690 millions de dollars. Et parmi les 120 valeurs de l'indice élargi, SES (+0,4%), bioMérieux (+0,3%) et Neoen (+0,1%) sont les seules à boucler la séance en territoire positif, ce qui en dit long sur la purge opérée. Même les très bonnes publications comme celle de Maisons du Monde (-1,3%) n'ont pas trouvé grâce aux yeux des opérateurs.

Quelques actualités à signaler tout de même concernant les valeurs de l'échantillon principal. LVMH serait proche d'un accord avec Tiffany et LVMH (-4%) sur la diminution du prix que payerait le géant français du luxe pour mettre la main sur le joaillier américain et le ramener à 131,50 dollars par action, contre 135 dollars dans l'offre initiale, selon des sources proches du dossier. Le constructeur automobile français PSA (-4,5%) a résisté à la chute du marché automobile au troisième trimestre, avec un chiffre d'affaires en repli de 0,8% à 15,5 milliards d'euros, et a annoncé mercredi maintenir ses objectifs pour l'exercice 2020. Enfin, Carrefour a fait état de sa meilleure performance trimestrielle depuis au moins 20 ans, tirée par son redressement en France et en Espagne ainsi que par une activité très dynamique au Brésil. avec des revenus en hausse de 8,4% quand le consensus misait sur une progression de 5,3%. Le titre du distributeur finit proche de l'équilibre (-0,1%).

De l'autre côté du palmarès, les mouvements sont beaucoup plus violents, comme en témoigne la chute de Sopra Steria (-12,9%) quia dévoilé une contraction plus marquée que prévu de ses revenus au troisième trimestre. Dans l'échantillon principal, les plus fortes baisses sont pour Renault (-8%), Atos (-7,6%), URW (-6,5%), BNP Paribas (-5,2%), Société Générale (-4,7%) ou encore Danone, Capgemini, EssilorLuxxotica, STMicro et Publicis (-4,5% chacun). Sur le SBF 120, Fnac Darty (-12,9%), Alten (-9,4%) et Eramet (_8,8%) accusent de lourdes pertes.

Enfin, sur le Forex, le dollar profite encore de son statut de valeur refuge et la monnaie unique cède 0,25% à 1,1750 dollar vers 18h20.

Quentin Soubranne - ©2020 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+328.20 % vs +12.28 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat