Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
6 267.28 0.00 % Temps réel Euronext Paris

Cac 40 : La nouvelle flambée de l'épidémie fait lourdement rechuter le CAC 40

lundi 21 septembre 2020 à 18h08

(BFM Bourse) - L'indice phare de la Bourse de Paris a lâché près de 4% lundi, sa plus forte chute depuis le 11 juin. Les marchés s'inquiètent face à l'accumulation des risques sanitaires et économiques.

Tous aux abris: la Bourse de Paris a vécu lundi une séance particulièrement sévère, s'enfonçant toujours plus fortement à partir d'une ouverture qui n'était encore qu'en légère baisse (-0,6%), pour terminer à 4.792,04 points, en baisse de 3,74%, dans un volume d'échanges de 4,2 milliards d'euros. Le CAC 40 n'avait plus connu pareille chute depuis la séance du 11 juin. Ce jour-là, l'indice avait perdu 4,71% sur fond de craintes (encore et déjà) d'une deuxième vague d'infections aux États-Unis. De fait, après une phase estivale relativement clémente, la cote d'alerte est à nouveau atteinte dans divers pays, mettant à risque la reprise économique.

La Bourse de Paris n'était pas seule en perdition ce lundi, le Dax 30 cédant carrément 4,57% à Francfort et le FTSE 100 à Londres 3,46%.

Outre-Atlantique, au moment de la clôture européenne, après déjà trois semaines de repli consécutives pour l'indice phare S&P 500, la semaine semblait débuter tout aussi négativement avec 3% de recul sur le Dow, -2,2% pour le S&P 500 et -1,64% s'agissant du Nasdaq. Certaines des grandes valeurs technologiques qui avaient contribué à amener les indices boursiers américains à de nouveaux records historiques cet été semblent maintenant les emporter par le bas - à l'image d'un Apple repassé en "bear market", c'est-à-dire qui a perdu plus de 20% de sa valeur depuis son dernier pic.

À noter que le fabriquant de vélos d'appartement connectés Peloton Interactive figurait parmi les rares titres de Wall Street à progresser, gagnant 6,6% à un nouveau plus haut historique (soit une capitalisation de 27 milliards de dollars). Un signal pas particulièrement encourageant, le titre apparaissant comme une "valeur confinement" par excellence...

Les marchés se tendent à l'approche des élections US

À moins d'un mois et demi du scrutin, l'approche de l'élection américaine et son lot inédit d'incertitudes ajoute à la nervosité ambiante. "Les investisseurs se tournent maintenant davantage vers les élections présidentielles aux Etats-Unis, prévues dans six semaines et le risque grandissant face à la hausse des restrictions en Europe, du fait d'une nouvelle hausse du nombre de cas et d'hospitalisations liées aux coronavirus", souligne Vincent Boy, analyste marchés chez IG France.

Aux Etats-Unis, alors que Républicains et Démocrates n'ont toujours pas trouvé de consensus sur la nouvelle enveloppe de soutien à l'économie américaine, les négociations se poursuivent au Congrès dans le but désormais de trouver un accord sur le budget et ainsi éviter un nouveau "shutdown", soit un risque d'arrêt du financement de l'État au 1er octobre. La probabilité de voir les deux camps s'accorder sur un stimulus s'amenuise à mesure que les élections approchent. Et pour couronner le tout, les tensions sino-américaines resurgissent, et cette fois les opérateurs redoutent de potentielles mesures de rétorsion de la part de Pékin.

La résurgence pandémique effraie les investisseurs

La situation semble également préoccupante dans plusieurs pays européens dont l'Espagne, la France et la Belgique. Le Royaume-Uni était également particulièrement surveillé avec le risque d'un second confinement à brève échéance, du moins pour une partie du pays.

Cette résurgence est venue aggraver le sentiment du marché, déjà "déçu" par l'absence d'annonces majeures de la Banque centrale européenne puis de la réserve fédérale américaine au cours des derniers jours, selon Milan Cutkovic, analyste chez AxiCorp.

La prolongation de la crise sanitaire "peut nous faire craindre une reprise économique plus longue qu'anticipé. Ceci devrait accentuer la pression pesant sur Christine Lagarde pour relancer l'activité", note pour sa part Christopher Dembik, responsable de la recherche économique chez Saxo Banque.

Les 40 valeurs du CAC finissent dans le rouge

Les opérateurs n'ont pas fait dans la dentelle sur le marché parisien, où la totalité des quarante valeurs de l'indice vedette ont terminé en territoire négatif. Le sidérurgiste ArcelorMittal a été le plus fortement sanctionné (-8,4%), avec Renault (-7,75%) et Société Générale (-7,7%). Accor a cédé 5,5% le jour de sa rétrogradation au sein du SBF 120, alors qu'Alstom qui fait le chemin inverse et limite son recul à 1,7%. Les autres groupes rétrogradés lors du dernier Conseil scientifique des indices (ceux quittant le SBF 120) ont souffert aussi, Faurecia reculant de 6,8% quand Akka et DBV technologies ont respectivement reflué de 7% et 6,6%.

Le secteur aéronautique était en berne lundi. Airbus a abandonné 6,6% -la présentation des concepts d'avions à hydrogène par le groupe faisant figure de perspective bien trop lointaine- et Safran cède 6,8%.

L'opérateur télécoms Iliad a reculé de 3% après avoir lancé une offre publique d'achat sur Play, opérateur de téléphonie mobile polonais pour environ 2,2 milliards d'euros (soit 3,5 milliards d'euros en valeur d'entreprise).

Résultats positifs pour OSE Immunotherapeutics

Parmi les rares hausses du jour, celle d'OSE Immunotherapeutics (+7,8%) est à souligner, la biotech nantaise ayant présentéles résultats positifs de l'étape 1 de la phase 3 de Tedopi dans le cancer du poumon non à petites cellules au congrès annuel de l'ESMO (European Society for Medical Oncology).

Les prix de l'or noir flanchent également avec la remontée du niveau de préoccupation sur la pandémie. Le contrat à terme sur le baril de Brent abandonne 4,40% à 41,25 dollars et celui sur le WTI 5,11% à 39,01 dollars.

L'o ne profite pas de ses vertus habituelles de valeur refuge, l'once perdant 3,24% à 1898,50 dollars - un signe que les investisseurs vendent tout ce qu'ils peuvent pour récupérer des liquidités afin de déboucler au plus vite des paris haussiers mis à mal par la chute des derniers jours.

Sur le marché des changes, l'euro se replie de 0,88% à 1,1738 dollar.

G. B. - ©2021 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+318.90 % vs +26.07 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat