Bourse > Apprendre la bourse > Lexique Boursier

Lexique Boursier

Fonds monétaires

Placement sécuritaire par excellence, un OPCVM monétaire est une sicav ou un FCP dont l’objectif est de réaliser une performance en liaison avec le taux directeur de la Banque centrale européenne. L’indice de référence, pour la plupart des fonds monétaires, est l’Eonia (Euro Overnight Index Average), qui représente la moyenne des taux pratiqués entre les banques de la zone euro, sur vingt-quatre heures. Pour obtenir ce niveau de rémunération, les gérants investissent dans les bons du Trésor (émis par l’Etat français), les certificats de dépôt (émis par les banques) et les billets de trésorerie (émis par les entreprises). Ils peuvent compléter leur portefeuille avec des obligations. On peut séparer les OPCVM monétaires en deux groupes : les réguliers et les dynamiques. Les monétaires réguliers jouent la sécurité et la visibilité. Ils n’investissent que dans des titres dont l’échéance est proche (un mois et demi en moyenne) et qui servent le taux de l’Eonia. Le rendement est donc connu d’avance et la performance est régulière. Un produit monétaire régulier progresse chaque jour de l’Eonia moins les frais de gestion, divisé par 360. L’investisseur sait à quoi s’en tenir et la durée du placement peut se limiter à une journée. Dans le cas d’un investissement de plus de six mois, l’investisseur peut se laisser tenter par un monétaire dynamique. Ici, le gérant profite d’une durée d’investissement plus longue pour tenter de battre son indice de référence, en spéculant sur l’évolution des taux directeurs. L’objectif est de dépasser de 100 points de base l’indice, ce qui, lorsque le marché est à 3 %, donne une performance de 4 %. Le gérant a la liberté d’acquérir des titres d’une durée supérieure à trois mois. Ces produits sont mieux rémunérés que des titres à court terme, à condition d’être dans le bon sens et d’avoir anticipé le mouvement des taux d’intérêt. Le risque en capital est faible, l’objectif de ce type de placement étant de garantir une préservation du capital. C’est d’ailleurs ici que s’établit la différence entre une sicav monétaire dynamique et une sicav obligataire, cette dernière étant investie dans des obligations d’une durée plus longue, avec un risque de perte en capital si la conjoncture se révèle mauvaise. Cela dit, les OPCVM monétaires sont également soumis à un risque de signature, lié à la solvabilité des émetteurs des titres de créance détenus en portefeuille. Si l’emprunteur ne peut rembourser sa dette, l’actif du fonds enregistrera, de fait, une perte. Un risque certes minime, les gérants évitant les entreprises en difficulté. L’objectif des sicav monétaires est de dégager une performance proche du taux directeur de la BCE. La différence de rendement provient surtout de l’importance des frais. Soyez donc très vigilant au moment de la souscription.