Bourse > Apprendre la bourse > Lexique Boursier

Lexique Boursier

Agence de notation

Comme leur nom l’indique, les agences de notation françaises ou étrangères (comme Fitch, Moody’s et Standard & Poor’s, pour ne citer que les plus importantes) ont pour mission de noter les émetteurs. La notation peut se définir comme l’appréciation du risque de défaut de paiement attaché à un emprunt ou à des titres de créance émis par une entreprise, une banque, ou une compagnie d’assurances, publique ou privée. Autrement dit, elles apprécient la capacité d’une société à payer les intérêts et à rembourser le principal de sa dette dans les délais impartis. Une information capitale à l’heure où les placements sont de plus en plus nombreux et les produits de plus en plus complexes. La méthodologie est différente selon que l’emprunteur est une banque, un établissement financier, une compagnie d’assurances, une entreprise industrielle et commerciale, une collectivité territoriale, une sicav ou un émetteur de produits dérivés. Mais, dans tous les cas, l’agence va rechercher les facteurs qui renforcent ou affaiblissent la capacité de remboursement de l’emprunteur. Pour les sociétés, une analyse sera menée à partir des bilans et comptes de résultats sur plusieurs années, de documents prévisionnels, des outils de contrôle internes, d’entretiens avec les dirigeants, permettant d’apprécier la stratégie et les perspectives de croissance, le positionnement concurrentiel, l’évolution du marché, la couverture des risques au regard des engagements contractés et, finalement, la pérennité des équilibres financiers. Une notation qui est abaissée ou relevée a une incidence directe sur le coût de refinancement de l’entreprise sur les marchés. Autant dire que les charges financières seront plus importantes et pèseront à due proportion sur le résultat net. Mais l’attribution d’une note ne constitue en aucun cas une recommandation d’achat ou de vente, le coût de refinancement n’étant qu’un élément parmi d’autres. Mais elle a un effet non négligeable en terme d’image. Il est donc fréquent de voir un titre baisser après l’annonce d’une mauvaise note ou d’une révision à la baisse (et vice versa). A l’inverse, et cela en limite l’impact, les agences réagissent souvent avec retard. Lorsqu’un changement intervient, les difficultés sont donc déjà prises en compte par le marché et intégrées dans les cours.