Bourse > Apprendre la bourse > Lexique Boursier

Lexique Boursier

Analyste financier

« Il devrait être aussi malaisé de se ruiner en Bourse que de s’empoisonner dans une pharmacie », déclarait le duc d’Ursel, pionnier de l’analyse financière en France au début du siècle dernier. A condition que les actions soient des produits aux caractéristiques aussi claires que les spécialités pharmaceutiques.

C’est pourquoi les analystes, maillons indispensables de l’information économique et financière sur les sociétés cotées, sont devenus des intermédiaires obligés entre les entreprises cotées et leurs actionnaires. Ils empêchent que la Bourse soit un marché exclusivement composé d’initiés ou n’obéisse qu’à des pulsions purement psychologiques.

En effet, leurs travaux s’adressent tant aux professionnels de la finance qu’au public à travers la presse (La VF leur donne la parole chaque semaine) et les réseaux bancaires.

L’analyse financière a pour objet d’établir des évaluations de sociétés industrielles, commerciales et financières, à partir d’une infinité de critères.

Lorsqu’il s’agit d’une affaire cotée en Bourse, le praticien se fonde sur la différence entre la valeur intrinsèque à laquelle il l’estime et sa valeur boursière. A partir de là, il juge si l’action de la société est sous-évaluée, surévaluée ou à son prix. Ce qui lui permettra de donner un conseil d’achat, de vente ou de conservation de l’action. Il doit aussi indiquer le caractère plus ou moins risqué du titre.

Souvent regroupés dans des bureaux d’études, ils produisent des diagnostics sur des sociétés cotées ou des groupes de sociétés opérant dans le même secteur économique, chaque analyste étant généralement spécialisé dans un ou plusieurs secteurs. Pour fonder sa conclusion, il étudie la géographie du capital de l’entreprise (qui sont les actionnaires), la qualité de son état-major, de ses outils de production, les marchés sur lesquels elle opère, ses concurrents, ses marges bénéficiaires, sa solvabilité, sa capacité d’investissement et, enfin, ses perspectives de croissance.

L’évaluation se fait le plus souvent par comparaison entre entreprises cotées, situées dans différents pays.