Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
6 570.19 -0.79 % Temps réel Euronext Paris

CAC 40 : Powell va devoir mesurer l'impact du moindre de ses mots

mercredi 14 juillet 2021 à 08h30

(BFM Bourse) - Ce mercredi 14 juillet (Fête Nationale), la Bourse de Paris restera ouverte, dans des conditions habituelles d'horaires et de cotation. Hier son indice phare, le CAC 40, achevait symboliquement la séance dans le rouge (-0,01% à 6 558 points) après avoir tracé une étoile doji symbole d'indécision non dénuée de nervosité, les investisseurs devant composer avec une accélération de la hausse des prix aux États-Unis, et la surveillance d'une situation sanitaire complexe.

Concernant l'inflation américaine, en données corrigées de l'alimentation et de l'énergie (éléments volatils), les prix à la consommation ont progressé en rythme mensuel en juin de 0,9%, très largement au-delà de la cible (+0,4%), confirmant le mouvement de hausse de mai (+0,7%). Un coup d’œil immédiat sur les Treasuries à 10 ans s'impose, et ces rendements... restent de marbre, sous les 1.35. L'hypothèse de travail d'un ou deux relèvements des taux directeurs fédéraux sur l'année 2023 ne s'en trouve ni infirmée, ni confirmée. Si l'on ajoute à cette publication le mutisme de l'OPEP+ sur les quotas de production d'août, l'inflation est clairement en train de resurgir dans les principaux drivers de marché pour les mois à venir. Pour compléter le tableau, ce mercredi sera publié l'indice des prix à la production ainsi que celui des anticipations d'inflation de la Fed d'Atlanta - tandis que Jerome Powell aura à nouveau l'occasion de s'exprimer auprès des parlementaires américains. Les investisseurs veulent clairement, dans l'immédiat, en savoir davantage sur le sentiment des décideurs sur cette accélération de la hausse des prix.

Du côté de la BCE, Christine Lagarde a annoncé lundi que la banque centrale de la zone euro actualiserait sa communication concernant l'orientation future de ses taux d'intérêt et de ses programmes de rachat d'actif ("forward guidance") en accord avec le nouvelle objectif d'inflation "symétrique" de 2% à l'issue de la revue stratégique. "Ne dévoilant pas, ou très peu de détails, sur la teneur de ces nouvelles "guidances", le gouverneur central européen a tout de même indiqué que le programme quantitatif d'urgence déployé pendant la pandémie dont l'enveloppe totale s'élève à 1875 milliards d'euros sera maintenu "au moins" jusqu'à son échéance de mars 2022 et qu'après un dispositif de transition pourrait être élaboré afin d'accompagner la reprise. Pour résumer, la BCE n'a pas l'intention de stopper de manière trop prématurée sa politique de soutien et devrait ainsi conserver une approche accommodante pendant une période étendue de temps", note l'analyste de Western Union Business Solutions, Guillaume Dejean.

Côté valeurs, l'immobilier était délaissé, à l'image de Foncière Lyonnaise (-1,75% à 89,8 euros), Carmila (-2,16% à 11,76 euros), Klepierre (-2,38% à 21,73 euros), ou encore Altarea (-3,03% à 185,80 euros).

De l'autre côté de l'Atlantique, les principaux indices sur actions ont terminé dans le rouge mardi, après avoir fait pourtant preuve d'une excellente résistance face aux chiffre de l'inflation pendant une bonne partie de la séance. Au final, le Dow Jones s'est déprécié de 0,31% à 34 888 points et le Nasdaq Composite de 0,38% à 14 677 points. Le S&P 500, baromètre de référence de l'appétit pour le risque aux yeux des gérants de fonds, s'est contracté de 0,35% à 4 369 points. Les rendements des obligations d’État LT (Treasuries à 10 ans) renouaient avec les écarts journaliers importants, à 1.398.

Un point sur les autres classes d'actifs à risque: vers 08h00 ce matin sur le marché des changes, la monnaie unique se traitait à un niveau proche des 1,1790$. Le baril de WTI, l'un des baromètres de l'appétit pour le risque sur les marchés financiers, s'échangeait autour de 75,00$. Un reflux considérable, par rapport à la semaine passée, à mettre en rapport avec le mutisme d'un OPEP écartelé, dans l'incapacité de s'accorder sur les quotas de production du mois d'août.

A l'agenda statistique ce mercredi, à suivre en priorité l'indice des prix à la production aux États-Unis à 14h30, chiffres qui vont venir nourrir davantage, en complément de l'indice des prix à la consommation hier, la réflexion sur l'inflation. A suivre également à 16h30 les stocks de brut outre Atlantique, et à partir de 18h00, l'audition semestrielle de J. Powell devant une Commission de parlementaires.

ELEMENTS GRAPHIQUES CLES

En huit séances entre le 18 et le 29 juin, l'indice phare de la Bourse parisienne, le CAC 40, aura clôturé à quatre reprises sur les points bas de séance, preuve comme nous le mentionnions plus haut, d'un regain de nervosité. La mobilisation du camp vendeur, certes pour l'instant ponctuelle, s'est répétée les 18 juin, 23 juin, et 28 juin, avec des tests de plus en plus pressants de la moyenne mobile à 25 jours.

A la création aisée de nouveaux points hauts du 19 mai au 17 juin (un mois sans interruption) vient succéder un épisode de reflux légitime, pas encore amplifié par un sentiment de peur. L'écart entre les points bas et les points hauts hebdomadaires a accentué la matérialisation graphique de cette nervosité: la psychologie de marché est moins binaire, et l'entrée dans une phase d'interrogation empreinte de nervosité se confirme.

La décroissance des points hauts successif (18 juin, 25 juin, 1er juillet) est parlante. Dans l'immédiat, le doji ample doublé d'une structure en harami le 07 juillet rappelle la combinaison des 30 juin et 1er juillet, lorsque l'indice phare parisien venait de rompre sa moyenne mobile courte. Elle a été suivie d'un reflux assez net, avant une reprise dans des volumes inférieurs, en toute fin de semaine dernière.

Cette poursuite de la décroissance des volumes (divergence cours volumes très nette) est parlante.

PREVISION

Au regard des facteurs graphiques clés que nous avons mentionnées, notre avis est négatif sur l'indice CAC 40 à court terme.

Ce scénario baissier est valable tant que l'indice CAC 40 cote en dessous de la résistance à 6646.00 points.

Le conseilLogo TradingSat

CAC 40
Négatif
Résistance(s) :
6646.00 / 6710.00 / 6944.00
Support(s) :
6345.00 / 6220.00 / 6000.00

Graphique en données horaires

CAC 40 : Powell va devoir mesurer l'impact du moindre de ses mots (©ProRealTime.com)

Graphique en données quotidiennes

CAC 40 : Powell va devoir mesurer l'impact du moindre de ses mots (©ProRealTime.com)
©2021 BFM Bourse
TradingSat
Portefeuille Trading
+318.20 % vs +32.17 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat