Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
6 568.82 +1.35 % Temps réel Euronext Paris

CAC 40 : En apesanteur

vendredi 18 juin 2021 à 08h31

(BFM Bourse) - Malgré une ouverture dans le rouge au lendemain d'un durcissement tout relatif du ton de la Fed, l'indice phare parisien, le CAC 40, est parvenu à terminer la séance dans le vert en grappillant 0,20% à un diabolique 6 666 points, avant les "4 sorcières"...

Pour rappel, sans serrer la vis outre mesure, le Président de la Fed a dévoilé une partie de ses intentions mercredi, sans affoler les marchés obligataires. Les rendements des bons du Trésors américains à 10 ans n'ont pas explosé après la conférence de presse, mais ont rejoint, avant de se stabiliser rapidement, une zone proche des 1.56 (Treasuries à 10 ans).

"Selon les nouveaux Dot plots (nuage de points des membres de la Fed), la Fed table désormais sur une première hausse des taux d'intérêt en 2023, plus tôt qu'anticipé auparavant", éclaire John Plassard, Mirabaud Securities. "Ses nouvelles projections montrent qu'une majorité de ses 11 principaux responsables prévoient désormais au moins deux hausses de taux d'un quart de point de pourcentage en 2023. 7 membres cependant voient une première hausse en 2022. Ceci est donc plus hawkish que prévu par les investisseurs".

La Fed continue d’estimer que la hausse des prix est transitoire (liée à l'effet réouverture de l’économie) les prévisions pour 2022 et 2023 n’ont donc été que modestement revues. "Pour autant on sent un Jerome Powell moins catégorique", souligne Ronan Blanc, gérant analyste à La Financière Arbevel. "Si le scénario central reste celui d’une hausse transitoire des prix, il reconnait la difficulté qu’à l’institution à bien appréhender le contexte de reprise. Il se dit satisfait du niveau atteint par les anticipations d’inflation, mais s’attend à une dynamique forte de l’emploi cet été. Une telle perspective ouvrirait la voie à des annonces sur un calendrier précis de ralentissement des achats d’actifs dès la rentrée de septembre".

Satisfaits d'avoir été prévenus avec suffisamment de ménagement, les investisseurs ont donc pris acte sans s'alarmer outre-mesure.

Au chapitre statistique, les opérateurs ont pris connaissance des indices des prix à la consommation en Zone Euro pour le mois de mai, en données finales, qui viennent confirmer les 2% de hausse sur un an, pour l'assiette de produits la plus large, soit la "mire" de la Banque Centrale Européenne. De l'autre côté de l'Atlantique, l'indice manufacturier de la Fed de Philadelphie (indice Philly Fed) est ressorti ce mois-ci à 30.7, quasi parfaitement dans la cible. En revanche, les nouvelles inscriptions hebdomadaires aux allocations chômage pour la semaine passée, à 412 000, ont légèrement déçu.

Côté valeurs, victime d'une note de Bank of America qui adopte un avis négatif (sous-performance attendue et valeur estimée à 36 euros), Alstom a perdu 2,96%à 43,59 euros - avant l'annonce juste après la clôture de l'attribution d'un contrat de 2,6 milliards d'euros auprès des chemins de fer danois. Hors de l'indice phare, Metabolic Explorer a flambé de +14,54% à 5,08 euros, le groupe ayant commencé la livraison à ses clients de premiers lots commerciaux de PDO, un composé habituellement issu de la pétrochimie que Metex fabrique avec un bioprocédé à partir de ressources renouvelables.

De l'autre côté de l'Atlantique, les principaux indices sur actions ont terminé la séance en ordre dispersé jeudi, le Dow Jones se contractant de 0,62% à 33 823 points, et le Nasdaq Composite parvenant à gagner 0,87% à 14 161 points, soulagé par l'absence d'échauffement supplémentaires sur les rendements obligataires après le FOMC. Le S&P 500, baromètre de référence de l'appétit pour le risque aux yeux des gérants de fonds, a terminé sur une note de quasi stabilité (-0,04% à 4 221 points).

Un point sur les autres classes d'actifs à risque: vers 08h00 ce matin sur le marché des changes, la monnaie unique se traitait à un niveau proche des 1,1900$. Le baril de WTI, l'un des baromètres de l'appétit pour le risque sur les marchés financiers, s'échangeait autour de 70,60$.

A l'agenda statistique ce vendredi, aucun chiffre macroéconomique d'importance majeure n'est à signaler. Les prix producteurs allemands pour mai, publiés à 08h00, viennent de battre largement les attentes, en progressant en rythme mensuel de 1.5%.

ELEMENTS GRAPHIQUES CLES

La bougie en "pendu" tracé mercredi laisse entrevoir une phase de reflux, dont la forme, associée aux volumes, en dira davantage sur sa durabilité. Deux scénarios sont à ce stade sur la table: celui d'une courte correction tout d'abord, aubaine pour les investisseurs pressés de renforcer leurs positions, ou celui de l'engagement dans une phase de consolidation large et volatile. Avis négatif à l'échelle de la séance de ce vendredi, avec mise sous surveillance des volumes et du niveau de clôture en particulier.

PREVISION

Au regard des facteurs graphiques clés que nous avons mentionnées, notre avis est négatif sur l'indice CAC 40 à court terme.

Ce scénario baissier est valable tant que l'indice CAC 40 cote en dessous de la résistance à 6710.00 points.

Le conseilLogo TradingSat

CAC 40
Négatif
Résistance(s) :
6710.00 / 6944.00
Support(s) :
6576.00 / 6508.00 / 6445.00

Graphique en données horaires

CAC 40 : En apesanteur (©ProRealTime.com)

Graphique en données quotidiennes

CAC 40 : En apesanteur (©ProRealTime.com)
©2021 BFM Bourse
TradingSat
Portefeuille Trading
+318.80 % vs +32.14 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat