Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
6 721.16 -0.81 % Temps réel Euronext Paris

CAC 40 : A un cheveu du seuil symbolique des 7 000 points

vendredi 5 novembre 2021 à 08h30

(BFM Bourse) - Depuis le dépassement d'une zone de résistance vers 6 750 points, le CAC a clôturé par 6 fois à des niveaux proches de ses points hauts de séance, dans une ambiance favorable à la prise de risque. Une psychologie de marché encore davantage encouragée par les derniers grands rendez-vous monétaires de part et d'autre de l'Atlantique, en particulier favorable aux actifs de croissance (luxe, technologies, spiritueux, cosmétiques).

La Fed achevait mercredi une réunion de son Comité de politique monétaire. En insistant sur le caractère transitoire de l'échauffement des prix, la Federal Reserve a certes confirmé son engagement dans une réduction de sa politique d'achats d'actifs, mais n'a aucunement montré de signes de précipitation quant à la remontée des taux proprement dite.

John Plassard (Mirabaud) apporte les éclairages suivants: "Étant donné que le tapering fait référence au ralentissement des achats d'obligations de la Fed plutôt qu'à la réduction de ses avoirs, le bilan de la Fed continue de croître, et la Fed fournit donc un stimulus monétaire à l'économie. Cela pourrait limiter toute pression à la hausse sur les taux à long terme résultant de la réduction des achats de la Fed. C'est ce que nous constatons depuis plusieurs mois notamment."

Le spécialiste en investissement synthétise :"À travers le nouvel outil de la Fed (la flexibilité) et la réaffirmation selon laquelle le tapering (réduction des rachats d'actifs) ne signifie pas forcément une hausse des taux d'intérêt, les investisseurs ont semblé rassurés. Cependant au regard de la modeste évolution des rendements des Treasuries, le consensus parie toujours sur une erreur de politique monétaire de la Fed."

Les probabilités de relèvement des taux fédéraux dès juillet 2022 pour un premier tour de vis se sont mécaniquement contractées.

La présidente de la BCE Christine Lagarde a pour sa part jugé "très peu probable" que l'institution européenne relève les siens (également à un niveau plancher) l'année prochaine en raison d'une inflation encore trop faible, a-t-elle déclaré mercredi à l'occasion du 175ème anniversaire de la Banque du Portugal.

Au chapitre statistique, deux indicateurs européen à décortiquer hier: l'indice PMI services (ISM) en données finales pour le mois d'octobre, sans écart significatif par rapport au consensus, mais surtout l'indice des prix à la production en Zone Euro, en septembre, à +2,7% en rythme non pas annualisé... mais mensuel ! C'est-à-dire comparé à août 2021. Si l'on compare maintenant par rapport à septembre 2020, les prix "producteurs" ont bondi de 16%, imputables en grande partie aux prix de l'énergie.

Outre Atlantique, les inscriptions hebdomadaires aux allocations chômage ont poursuivi, conformément aux attentes, leur décrue, avec moins de 270 000 nouvelles inscriptions la semaine passée. Par ailleurs, le déficit, il est vrai structurel de la balance commerciale américaine s'est accru en septembre, à près de 81 milliards de dollars, manquant les attentes.

Côté valeurs, Veolia a trôné au sommet du palmarès du CAC 40 jeudi (+4,2%, à un plus haut depuis septembre 2008) après avoir présenté des résultats records sur neuf mois avant le rachat de son concurrent Suez. Société Générale a également signé le meilleur trimestre de son histoire, dégageant un bénéfice net de 1,6 milliard d'euros entre juillet et septembre, ce qui s'est traduit par un gain de 1% en Bourse. Dassault Systèmes (+2,4%) et STMicro ont avancé aussi. La publication de Teleperformance a en revanche été sanctionnée (-1,5%) par des investisseurs pour le coup très exigeants, le géant des centres d'appels ayant fait état d'une croissance organique de plus de 20% sur le 3e trimestre, assortie d'un relèvement d'objectifs annuels.

De l'autre côté de l'Atlantique, si le Dow Jones a marqué une pause (-0,09% à 36 124 points), le Nasdaq Composite, à forte "coloration" technologique, a gagné 0,81% à 15 940 points. Le S&P 500, baromètre de référence de l'appétit pour le risque aux yeux des gérants de fonds, a grignoté 0,42% à 4 680 points.

Un point sur les autres classes d'actifs à risque: vers 08h00 ce matin sur le marché des changes, la monnaie unique se traitait à un niveau proche des 1,1560$. Le baril de WTI, l'un des baromètres de l'appétit pour le risque sur les marchés financiers, s'échangeait autour de 79,50$.

A suivre à l'agenda statistique ce vendredi, en priorité, le rapport Non Farm Payrolls (NFP), rapport fédéral mensuel sur l'emploi américain. Le consensus est optimiste: 455 000 créations de postes dans le secteur privé (hors agriculture).

ELEMENTS GRAPHIQUES CLES

L'indice CAC 40, baromètre de référence, aussi imparfait soit il, de la Bourse de Paris, est en cours d'inscription régulière de nouveaux sommets absolus. Après le gap haussier de lundi, c'est une puissante structure en "trois soldats blancs qui avancent" qui a été validée cette semaine formellement.

PREVISION

Au regard des facteurs graphiques clés que nous avons mentionnées, notre avis est positif sur l'indice CAC 40 à court terme.

Ce scénario haussier est valable tant que l'indice CAC 40 cote au dessus du support à 6960.00 points.

Le conseilLogo TradingSat

CAC 40
Positif
Résistance(s) :
7000.00
Support(s) :
6960.00 / 6748.00 / 6485.00

Graphique en données horaires

CAC 40 : A un cheveu du seuil symbolique des 7 000 points (©ProRealTime.com)

Graphique en données quotidiennes

CAC 40 : A un cheveu du seuil symbolique des 7 000 points (©ProRealTime.com)
©2021 BFM Bourse
TradingSat
Portefeuille Trading
+313.50 % vs +35.20 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat