Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
4 843.27 +2.40 % Temps réel Euronext Paris

Cac 40 : Sur ses gardes mais aidée par le pétrole, la Bourse de Paris repart timidement de l'avant

jeudi 2 avril 2020 à 12h20
Aidé par le pétrole, le CAC tente de se frayer un chemin dans le vert

(BFM Bourse) - Après avoir flanché la veille (-4,3%), le marché parisien se fraye laborieusement un chemin dans le vert jeudi matin (+0,3% à 12h), porté par le rebond des cours du pétrole, mais attend fébrilement les nouveaux chiffres hebdomadaires des demandeurs d'emploi aux États-Unis.

"Trop tard pour vendre et trop tôt pour acheter" résume Kasper Elmgreen, responsable de la plateforme de gestion actions chez Amundi (le plus grand gestionnaire d'actifs européen). L'heure est donc à la prudence sur les marchés, comme en témoigne le volume d'échanges en nette baisse sur le marché parisien (820 millions d'euros à 12h). Dans ce contexte, le CAC 40 grappille 0,27% à 4.220 points à la mi-journée. Le baromètre du marché parisien est soutenu par le net rebond des cours de l'or noir jeudi matin dans l'espoir d'une médiation des Etats-Unis dans la guerre des prix à laquelle se livrent l'Arabie Saoudite et la Russie.

Au lendemain d'une lourde rechute (-4,3%) face à la progression incontrôlée du virus aux États-Unis (qui comptent désormais près de deux fois plus de personnes contaminées que le deuxième pays le plus touché, l'Italie), le marché tente donc "une stabilisation technique" selon John Plassard, spécialiste de l'investissement chez Mirabaud Securities. "Le rebond des cours du pétrole pourrait apporter un soutien temporaire aux Bourses ce jeudi", estime pour sa part Tangi Le Liboux, un stratégiste du courtier Aurel BGC.

Face à la pandémie qui a déjà fauché plus de 46.000 vies et dont le nombre de personnes infectées tutoie désormais dangereusement le million à travers le monde, les investisseurs, comme le reste de la planète, restent néanmoins désemparés. Et dans ce contexte, les nouveaux chiffres de l'emploi attendus aux Etats-Unis seront à nouveau très scrutés. "On s'attend à une forte hausse des inscriptions au chômage aux Etats-Unis pour la semaine allant jusqu'au 28 mars, potentiellement plus importante que la semaine précédente", note Christopher Dembik, responsable de la recherche économique chez Saxo Banque. Pour rappel, le nombre de demandeurs d'emploi s'était littéralement envolé à 3,3 millions quand le précédent record était inférieur à 700.000.

De fait, poursuit Christopher Dembik, "sous l'effet d'une forte demande, beaucoup d'Américains n'avaient pas pu s'enregistrer en raison de la saturation des sites web et des lignes téléphoniques, ce qui explique qu'une partie des nouvelles inscriptions ont vraisemblablement été reportées sur la semaine allant au 28 mars". Toujours en matière d'indicateurs, la balance commerciale des États-Unis pour le mois de février figure aussi à l'agenda.

À noter que les principaux indices américains ont fini en nette baisse hier soir (-4,4% pour le Dow et le S&P) dans le sillage des informations de Reuters selon lesquelles la Chine aurait à nouveau mis une partie de la population (notamment dans la province de Henan) en confinement à cause d’une résurgence des cas de coronavirus, relève John Plassard. Pour ce dernier, "la décision du gouverneur de Floride d’appeler ses habitants à rester confiné chez eux a aussi ajouté une dose de nervosité au marché".

À Paris, le secteur pétrolier rebondit

Dans le sillage du net rebond -quoique limité en termes de variation de prix compte tenu du niveau des cours actuels- des références mondiales de brut (+10,67% à 27,38 dollars pour le Brent et 10,19% à 22,38% pour le WTI à 12h10), les valeurs pétrolières et parapétrolières dominent le palmarès de la cote parisienne jeudi midi. La major tricolore Total s'adjuge ainsi 4,8% (deuxième meilleure performance du CAC derrière Publicis (+5,2%) à la mi-séance). Récemment évincée du CAC 40 au profit de Worldline, Technip reprend 11,1%. CGG (+8%), Schlumberger (+9,6%), Maurel et Prom (+6,9%) et Vallourec (+7,6%) en profitent aussi.

Les groupes de la cote parisienne continuent en outre à abandonner les uns après les autres toute velléité de faire des prévisions pour cette année, avec des effets très disparates. Engie lâche 2,1% après avoir annoncé le retrait de sa "guidance" pour 2020 et l'annulation de son dividende compte-tenu de la pandémie. Également en réaction à la suspension de ses prévisions pour 2020, Veolia cède 2,7% alors que le groupe prévoit par ailleurs de diviser par deux son dividende au titre de 2019. Dassault Aviation renonce totalement au versement de son dividende et reprend 0,7%. Le poids lourd de la gestion d'actifs Amundi suspend également son dividende pour l'affecter l'intégralité du résultat de son exercice 2019 en réserves et gagne 3%.

Le secteur aéronautique rebondit timidement (+4,7% pour Airbus, +3,2% pour Safran), comme Renault (+3,5%), qui est parvenu à trouver un accord avec trois syndicats pour garantir 100% de leur rémunération aux salariés en chômage partiel à cause du coronavirus.

Enfin, sur le marché des devises, la monnaie unique poursuit son repli entamé en début de semaine face au billet vert (-0,33% à 1,0924 dollar).

Quentin Soubranne - ©2020 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+332.40 % vs -2.57 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat