Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
5 598.18 +0.56 % Temps réel Euronext Paris

Cac 40 : Rattrapé par la pandémie, le marché parisien subit quelques prises de bénéfices

jeudi 19 novembre 2020 à 13h30
Le CAC reflue légèrement jeudi midi

(BFM Bourse) - Au lendemain d'une nouvelle progression (la 12e sur les 14 dernières séances, un record), le CAC 40 revient à plus de prudence jeudi, alors que les craintes sanitaires repassent au premier plan.

Le retour des inquiétudes sur le front sanitaire, associé à des prises de bénéfices somme toute logiques au sortir d'un rallye historique, provoquent un léger reflux du marché parisien jeudi, le CAC rétrocédant 0,72% à 5.471,85 points peu après 13h. Dans le sillage du retournement des indices américains mercredi soir à l'annonce de la fermeture des établissements scolaires de New-York jusqu'à début décembre, pour tenter d'endiguer la deuxième vague, les indices européens dans leur ensemble sont orientés à la baisse.

"La progression rapide de l'épidémie prend de vitesse les progrès réalisés sur les vaccins" constate Tangi Le Liboux, analyste d'Aurel BGC, alors que Pfizer et BioNTech ont fait part mercredi de résultats complets de l'étude clinique de leur vaccin expérimental encore meilleurs que ceux annoncés initialement. La prolongation des restrictions augmente "le risque que les dégâts économiques deviennent permanents" pour certains secteurs, prévient Michael Hewson, analyste de CMC Markets.

Et alors que l'enthousiasme lié aux annonces vaccinales retombe, les investisseurs vont désormais être dans l'attente de nouveaux soutiens, qui pourraient intervenir sous la forme de mesures de relance. En Europe, un sommet entre les 27 pays de l'Union européenne aura pour but de faire face au veto au plan de relance opposé par la Hongrie et la Pologne. Mais "à ce stade, tout est bloqué" indique Tangi Le Liboux, faisant également référence aux négociations autour du Brexit qui animeront aussi la rencontre virtuelle.

La présidente de la Banque centrale européen Christine Lagarde a appelé jeudi matin à la mise en place opérationnelle "sans délai" de ce plan de relance lors d'une audition devant le Parlement européen, avant que les 27 ne se réunissent dans la journée.

"L'autre fait du jour concernera l'évolution du marché de l'emploi aux Etats-Unis", selon les analystes de la Saxo Banque. Ils préviennent que face à la dégradation sanitaire, et des mesures de restrictions prises dans une trentaine d'Etats, "de nouveaux licenciements sont à craindre, en masse, ce qui devrait contenir tout enthousiasme du marché" sur la publication du ombre d'inscriptions au chômage.

Prises de bénéfices sur les banques, les foncières et les pétrolières

Dans ce contexte de résurgence des craintes sanitaires, les opérateurs privilégient de nouveau les valeurs de croissance aux valeurs décotées, lesquelles reculent de nouveau après s'être offert un bon bol d'air au cours des trois dernières semaines. Le compartiment bancaire (-3,1% pour Société Générale, -1,8% pour BNP Paribas et -1,6% pour Crédit Agricole) affiche ainsi parmi les plus fortes baisses de l'indice phare, avec Total (-2,1%) ou encore Safran (-2%). De l'autre côté, Alstom reste bien orienté après avoir lancé son augmentation de capital lundi, et domine comme la veille le palmarès avec un gain de 3,4% à 13h30.

Le géant des centres commerciaux URW lâche en revanche 4,9% après l'annonce de la nomination d'un nouveau président à la tête de son directoire, scellant la victoire des opposants à la stratégie de la direction sortante. Leur refus d'avaliser le projet d'augmentation de capital avait notamment fait grimper le titre la semaine dernière. Bouygues évolue de son côté à l'équilibre en dépit du relèvement de ses prévisions pour 2020, malgré le reconfinement, grâce à "de très bons résultats" lors du troisième trimestre.

Au sein du SBF 120, Vallourec dévisse de près de 10% après avoir vu sa perte nette se creuser entre juillet et septembre, tandis que sa volonté de restructuration financière pourrait transférer le contrôle du groupe à ses créanciers. Parmi les autres baisses significatives, les foncières (-4,8% pour Klépierre, -3,4% pour Icade, -3% pour Mercialys) et parapétrolières (-4% pour CGG et Technip) occupent une place de choix.

Les cours pétroliers repartent également à la baisse, la poursuite de la deuxième vague de la pandémie et les nouvelles restrictions annoncées ces dernières heures l'emportant sur les espoirs d'une prolongation des mesures prises par l'Opep et ses alliés pour limiter leur production. Peu avant 13h40, le baril de Brent cède 0,32% à 44,40 dollars et celui de WTI 0,64% à 41,73 dollars.

Le regain d'aversion au risque se traduit par un renchérissement du dollar, la monnaie unique s'effritant de 0,16% à 1,1833 dollar.

Quentin Soubranne - ©2020 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+329.20 % vs +12.61 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat