Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
6 111.24 +0.90 % Temps réel Euronext Paris

Cac 40 : Pour Trichet, la situation financière est aussi dangereuse qu'avant la crise de 2008

mercredi 5 septembre 2018 à 12h08
Jean-Claude Trichet, ex-président de la BCE

(BFM Bourse) - Dix ans après la faillite de Lehman Brothers, l'ancien président de la BCE se montre très pessimiste sur la situation actuelle.

Le 15 septembre prochain, ce sera les 10 ans de la chute de Lehman Brothers. L'occasion pour Jean-Claude Trichet, président de la Banque centrale européenne (BCE) de 2003 à 2011, de revenir sur ces événements dans une interview à l'AFP publiée mardi.

"Le vrai début de la crise financière qui allait déferler sur le monde, je l'ai perçu le 9 août 2007 au matin lorsque nous avons été confrontés à une interruption complète du fonctionnement du marché monétaire de la zone euro", se souvient Jean-Claude Trichet.

Plusieurs signaux avaient déjà laissé entrevoir une fragilité du marché hypothécaire américain, mais à l'été 2007 les événements s'accélèrent et les premières faillites se produisent aux Etats-Unis. La crise des subprime a commencé.

Le 9 août 2007, BNP Paribas gèle trois de ses fonds aux Etats-Unis, dont l'encours a fondu de 400 millions d'euros en quelques jours. Les banques ne se font plus confiance entre elles et la panique gagne le marché monétaire, la BCE doit réagir.

"Une situation sans précédent"

"La situation était sans précédent depuis la deuxième guerre mondiale : il n'y avait plus aucune activité normale, plus aucune transaction entre banques, plus de taux d'intérêt sur le marché. (...) Je prends alors avec mes collègues la décision de donner toute la liquidité demandée par les institutions financières sans limite".

"Cette décision a été considérée comme très importante par tous les observateurs et les participants du marché car elle démontrait que la BCE pouvait prendre très rapidement des décisions extrêmement audacieuses", raconte l'ancien banquier central.

"Il y avait deux écoles : ceux qui pensaient que la crise des subprime annonçait quelque chose de grave et de majeur à venir et ceux qui estimaient qu'il ne s'agissait que d'une simple correction du marché, plutôt saine et sans gravité systémique. J'appartenais à la première école", poursuit Jean-Claude Trichet.

Mais la crise n'est pas terminée, elle n'en est qu'à ses débuts. Les marchés avaient fait des plus hauts en juin 2007, à 6168 points pour le CAC, et ont ensuite violemment corrigé jusqu'à un plus bas en mars 2009 à 2465 points pour le CAC 40.

La faillite de Lehman Brothers, un tournant

En mars 2008, la faillite de Bear Stearns avait déjà marqué les esprits. La banque d'affaires est alors racheté pour 10$ par action par JP Morgan avec l'aide de la Fed pour éviter la faillite. Beaucoup d'observateurs pensaient encore que c'était un événement isolé, même si certains alertaient sur la situation du marché dès fin 2006 - début 2007.

Pour Lehman Brothers, l'impensable se produit. La Fed et les grandes banques d'affaires laissent tomber l'établissement, créant un dangereux précédent. Dans les jours qui précèdent, nous explique Jean-Claude Trichet, "je suis en contact avec Ben Bernanke (le patron de la Banque centrale américaine, la Fed), avec Tim Geithner (chef de la Fed de New York), avec mes collègues du monde entier. Nous sommes en conférence permanente". "Nous expliquons que le dépôt de bilan de Lehman aurait des conséquences catastrophiques, mais je comprends que le gouvernement américain ne sauvera pas Lehman au cas où il n'y aurait pas de solution privée ", poursuit l'ancien banquier central.

Le dimanche 14 septembre au soir la décision est prise, et le 15 septembre Lehman fait faillite, créant une accélération de la violente correction sur les marchés et de la crise jusqu'à des plus bas sur les indices en mars 2009.

Trichet très inquiet pour l'avenir

Quand on lui demande si la situation pourrait se reproduire sur les marchés d'ici quelques mois, la réponse de Jean Claude Trichet est inquiétante et même s'il faut la replacer dans une perspective à moyen terme, pour les prochains mois, voire les prochaines années, elle incite à la prudence. Pour lui, la situation financière actuelle est "aussi dangereuse" qu'au moment de la faillite de Lehman Brothers.

"Il est maintenant admis que le surendettement massif des économies avancées a été un facteur essentiel dans le déclenchement de la crise financière mondiale des années 2007 et 2008", commente-t-il.

L'ancien président de la BCE nous dit que "la croissance de l'endettement - en particulier privé - des pays avancés a ralenti, mais ce ralentissement est compensé par une accélération de l'endettement des émergents. C'est ce qui rend aujourd'hui l'ensemble du système financier mondial au moins aussi vulnérable sinon plus qu'en 2008",

(avec AFP)

Sébastien Duhamel - ©2020 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+296.80 % vs +22.94 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat