Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
4 832.07 -0.23 % Temps réel Euronext Paris

Cac 40 : Petit bilan technique du CAC 40 pour bien aborder le mois d'octobre

mardi 1 octobre 2019 à 14h01
Vincent Ganne

Vincent Ganne Business Development Manager chez Tradingview France

Stratégiste de marché, analyse technique des marchés financiers, formateur, intervenant sur BFM Business.
Diplômé d’Audencia Nantes, l’école supérieure de commerce de Nantes, et du diplôme international d’analyse technique des marchés financiers (CFTe 2). Approche globale des …

(BFM Bourse) - Depuis la séance du 15 août dernier, les actions européennes et internationales ont enregistré une séquence haussière marquée, l’indice CAC 40 à titre d’exemple s'appréciant de près de 9% sur la période. C'est surtout l'ensemble des indices boursiers européens et américains qui ont progressé vers leurs records annuels -records historiques pour certains- portés par une conjonction de facteurs dont deux en forment la pierre angulaire.

L’apport des banques centrales est naturellement à nouveau considérable avec des anticipations estivales très fortes vis-à-vis de la Banque Centrale Européenne (BCE) et de la Réserve fédérale des Etats-Unis (Fed). La BCE de Mario Draghi n’a pas déçu le marché en engageant notamment un nouveau programme de Quantitative Easing (QE2).

Avec un programme T-LTRO renforcé, la BCE reste clairement en soutien des banques et les valeurs financières du CAC 40 (10,5% de la pondération totale) en ont profité en dernière partie d’été. Quant à la Fed, elle a baissé ses taux pour la seconde fois le 18 septembre mais ce cycle baissier ne devrait pas se poursuivre, avec des conséquences très haussières pour le dollar (donc une poursuite du développement de la tendance baissière du cours de l’euro/dollar).

La relative détente dans les négociations commerciales entre la Chine et les Etats-Unis est le second facteur à jouer un rôle important dans la reprise des actions les plus cycliques. En effet, le rebond du cours du CAC 40 depuis le support technique à 5200 points vers la résistance à 5660 points s’est essentiellement construit sur les actions à fort bêta, la hausse est donc importante sur un plan relatif et qualitative dans sa structure sectorielle. Rappelons que la configuration technique du CAC 40 depuis le printemps dernier est simple : c’est un trading range entre 5200 points et 5650 points.

Au stade actuel, les indices boursiers EuroStoxx 50, CAC 40, DAX, S&P500, Nasdaq… sont tous revenus au contact de leurs sommets annuels/historiques. Sur ce sujet, rappelons que le cours du CAC 40 teste ses sommets pluriannuels (la moyenne des plus hauts annuels depuis l’année 2016) lorsqu'on lui retire les dividendes mais qu’il évolue clairement à des records historiques avec réintégration des coupons de dividende détachés, c’est le CAC 40 Global Return (CAC 40 GR).

Le graphique ci-dessous vous propose une juxtaposition de ces deux indices boursiers, le cours du CAC 40 et le cours du CAC 40 GR :

(CAC 40 GR – source TradingView)

Vous pouvez constater à gauche que le CAC 40 avec ses dividendes est dans la même situation que l’indice américain S&P500, soit sur ses records historiques. Sans ses dividendes, les sommets des années 2007 (6000 points en amont de la crise financière) et plus encore 2001 (6350 points en fin de bulle Internet) sont encore éloignés.

L’indice CAC 40 n’existe que parce que des actions le composent. Quelles sont les valeurs qui ont porté la hausse depuis la mi-août et y a-t-il encore du potentiel technique haussier ?

La séquence haussière a commencé le 15 août dernier, quand l’indice parisien avait préservé le support à 5200 points, soit la partie basse du trading range 5200/5600 qui se déploie depuis la fin du printemps dernier.

Le rebond de 5200 points à 5670 points s’est construit sur les valeurs à fort bêta (les titres des actions Arcelor, Renault, Société Générale) fortement vendues dans la période précédente, ainsi que les grandes entreprises exportatrices françaises (nouveau record historique de Safran par exemple ou encore du titre Schneider), les valeurs financières qui pèsent 10% de la pondération (suite à la nouvelle coalition gouvernementale en Italie et au programme TLTRO de la BCE) et les poids lourds de la cote (le secteur du Luxe, 26% du CAC 40, et Total ont largement contribué au rebond).

La hausse du CAC 40 depuis les 5200 points est donc forte sur un plan relatif et qualitative sur le plan de sa structure sectorielle comme nous l’avons dit plus haut.

Les taux d’intérêt tendant largement vers zéro, ou négatifs, et le soutien additionnel de la BCE ne semblent donc pas suffisants pour établir de nouveaux records. Pour se faire, le marché a besoin d’autres facteurs d’importance considérable autour du Brexit, de l’accord commercial en attente Chine/Etats-Unis et de la Fed.

D’un point de vue de la hiérarchie titres, il est nécessaire que les valeurs qui ont généré la hausse (les poids lourds de la cote et les valeurs hautement cycliques) conservent encore du potentiel haussier. Après avoir fait un tour d’horizon de ces actions (Peugeot, Arcelor, Renault, Société Générale, Safran, Schneider, Michelin, Total, Bouygues, BNP Paribas, LVMH, L'Oréal, Airbus, Hermes, Kering), elles conservent pour une bonne moitié du potentiel, mais l’autre moitié (notamment celles ayant signé de nouveaux sommets historiques, comme Safran) est clairement surachetée sur le plan technique .

L’action du pétrolier Total (8% du CAC 40), les financières et une partie du luxe recèlent encore du potentiel, mais d’autres actions cycliques et poids lourds en pondération ont besoin de respirer.

Le secteur financier du CAC 40 (voir graphique ci-dessous) a aussi contribué à la hausse et le cours de l'indice phare ne pourra pas dépasser la résistance à 5650 points sans une confirmation du retour de la surperformance du secteur bancaire. Cette donnée de marché n’est pas encore acquise.

CONCLUSION : Afin que le cours du CAC 40 puisse s’affranchir de ses sommets annuels, il est impératif que l’ensemble des secteurs cycliques soit homogène dans la hausse. Dans l’immédiat, cela me semble compliqué eu égard au surachat technique général après plusieurs semaines de hausse. J’estime donc que le marché parisien devrait se maintenir sous les 5650/5700 points ce mois d’octobre 2019. Les évolutions de ce mois seront largement conditionnées par le Brexit et des scénarios de report, de no-deal ou d’accord.

©2020 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+333.20 % vs -2.80 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat