Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
5 566.79 -0.08 % Temps réel Euronext Paris

Cac 40 : Les groupes du CAC 40 n'affichent, en cumulé, plus aucun bénéfice au premier semestre

mardi 20 octobre 2020 à 15h53
Les groupes du CAC n'ont dégagé aucun bénéfice au premier semestre 2020

(BFM Bourse) - C'est en compilant les résultats semestriels présentés par les groupes du CAC 40 qu'un constat saute aux yeux: la crise sanitaire a nettement plus affecté les mastodontes de la cote parisienne que ne l'avait fait la crise financière de 2008. En cumulé, les 40 groupes de l'échantillon principal ont en effet enregistré une perte nette de 125 millions d'euros sur la période, contre un bénéfice net de 47,6 milliards en 2019.

Du jamais-vu. Entre début janvier et fin juin 2020, les groupes cotés au CAC ont dégagé un résultat net cumulé... négatif. Si les données compilées par EY (ex-Ernst & Young) ne remontent pas au-delà de 2006, les pensionnaires de l'indice vedette de la cote parisienne, pris dans leur ensemble, n'avaient jamais vu leur résultat net tomber dans le rouge depuis. Au plus fort de la crise bancaire et financière de l'automne 2008, les sociétés du CAC étaient tout de même parvenus à dégager 6 milliards d'euros de bénéfices au deuxième semestre 2008, ce qui constituait jusqu'ici un plancher semestriel. Sur un premier semestre, jamais les groupes de l'indice vedette n'avaient engrangé moins de 20 milliards d'euros (en 2009 en l'occurrence).

Selon la dernière édition du "Profil financier du CAC 40" publiée par EY, les groupes du CAC 40 n'ont donc généré aucun profit au premier semestre, leur résultat net cumulé s'établissant à -125 millions d'euros sur la période. "La chute de l'activité est drastique au premier semestre, ce qui est d'autant plus notable que les perspectives étaient bien orientées après quatre années de hausse continue", constate Nicolas Klapisz, associé France chez EY et auteur de l'étude. S'ils n'avaient cessé d'augmenter en rythme annuel, les bénéfices nets cumulés des stars de la cote parisienne avaient toutefois légèrement reculé au premier semestre 2019 par rapport à l'année précédente (-2,4% à 47,6 milliards d'euros).

Après avoir "atteint en 2019 son plus haut niveau (à 1.391 milliards d'euros) depuis la création de ce "Profil" en 2006", les chiffres d'affaires cumulés des pensionnaires du CAC ont "significativement chuté" au premier semestre 2020 (-19% par rapport à la même période de 2019). Une contraction de l'activité qui a "diversement affecté les secteurs" selon le baromètre d'EY qui note que les secteurs de l'industrie et du BTP, de l'énergie, des matières premières, des services aux collectivités ou encore du luxe ont enregistré des baisses de revenus comprises entre 20 et 30%, tandis que d'autres (technologie, médias, télécoms, biens de consommation) ont bien mieux résisté, avec des chiffres d'affaires en repli de moins de 5%, voire en progression.

Pas tous logés à la même enseigne

S'ils ont, dans leur globalité, connu un premier semestre noir, les poids lourds de la cote parisienne ont néanmoins connu des fortunes diverses sur la période. 25 d'entre eux sont parvenus à dégager un bénéfice net quand les 15 autres ont affiché une perte nette (contre 4 seulement sur les six premiers mois de 2019). À noter que le "Profil" établi par EY prend en compte les sorties de Sodexo et de TechnipFMC de l'indice phare entre les premiers semestres 2019 et 2020, au profit de Teleperformance et Worldline.

Parmi les plus fortes chutes de résultats entre les premiers semestres 2019 et 2020, on trouve notamment Total (-12,57 milliards, à mettre sur le compte de dépréciations d'actifs pour un montant total de 8,1 milliards), Renault (-8,26 milliards, plombé par les 4,8 milliards d'euros de perte nette de son partenaire Nissan), URW (-4,70 milliards), Société Générale (-3,33 milliards), Airbus (-3,116 milliards), Atos (-2,90 milliards) ou encore LVMH (-2,74 milliards).

Dans l'autre sens, rares sont les groupes qui ont vu leur résultat net progresser mais la performance de Sanofi est tout de même à mettre en exergue, le géant pharmaceutique ayant dégagé un bénéfice net de 9,28 milliards d'euros sur la période, en hausse de 8,23 milliards d'euros, principalement grâce à un "gain de 7,225 milliards d’euros généré par la cession d’une grande partie de sa participation dans Regeneron finalisée le 29 mai" comme le souligne le groupe dans ses résultats semestriels. STMicro (+282 millions), Vivendi (+237 millions) ou encore Air Liquide (+19 millions) et Pernod Ricard (+9 millions) ont également fait croître leur bénéfice net. À noter que, dans le cas du groupe de spiritueux dont l'exercice est décalé, le premier semestre correspond à la période allant de début avril à fin octobre.

Sanofi a ainsi logiquement dégagé le bénéfice net le plus important au premier semestre (9,28 milliards), devant BNP Paribas (3,58 milliards) et L'Oréal (1,82 milliard).

Rentabilité et dividendes en chute libre

La crise sanitaire n'a pas seulement grippé l'activité des groupes mais a aussi rogné leurs marges. "En 2019, les marges opérationnelles étaient de 7,9% (contre 8,1% en 2018) et ont chuté au premier semestre 2020 à 6,4% (contre 8,1% au premier semestre 2019). Elles s’éloignent du niveau d’avant la crise de 2008 (marges supérieures à 10%), qui n’a jamais été retrouvé" observe Nicolsa Klapisz. Les secteurs du BTP et de l'industrie (-84%) ainsi que ceux du luxe et de l'hôtellerie (-56%) ont notamment vu leurs marges s'affaisser sensiblement.

Quant aux dividendes proposés au titre de l'exercice 2019, 80% des sociétés du CAC 40 les ont annulés ou revus à la baisse. Le montant global proposé à la distribution est ainsi passé de 54 milliards à 30 milliards d'euros selon l'étude d'EY (29,8 milliards d'euros selon les chiffres compilés par BFM Bourse). "Cette baisse des dividendes traduit la prudence des sociétés devant le caractère potentiellement durable de la pandémie et témoigne de leur volonté de disposer de liquidités pour faire face aux incertitudes futures", interprète l'auteur de l'étude.

Quentin Soubranne - ©2020 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+328.90 % vs +11.98 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat