Connexion

Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
5 571.71 -0.76 % Temps réel Euronext Paris

Cac 40 : Le marché parisien digère le discours de Donald Trump en marquant une petite pause

mercredi 6 février 2019 à 18h30
Le CAC boucle la séance de mercredi proche de l'équilibre

(BFM Bourse) - Au lendemain d'une nette avancée (+1,66%), le CAC 40 a consolidé ses gains mercredi pour boucler proche de l'équilibre (-0,08%) une séance sans tendance et seulement rythmée par de nouvelles publications ainsi que par le rejet -salué par le marché parisien- de la fusion Alstom-Siemens.

La Bourse de Paris a clôturé la séance de mercredi en très léger repli (-0,08%), reprenant son souffle au lendemain d'une forte hausse (+1,66% mardi) alors que se poursuivent les publications d'entreprises. L'indice phare de place parisienne a clôturé la séance à 5.079,05 points, dans un volume d'échanges moyen de 3,4 milliards d'euros. Après avoir ouvert dans le rouge, des dégradations d'analystes pesant sur quelques poids lourds de la cote, le CAC 40 a progressivement effacé ses pertes.

Très attendu, le discours sur l'état de l'Union de Donald Trump devant le Congrès américain mardi soir n'aura finalement eu qu'un impact limité sur les marchés mondiaux. Si le président américain a tenté de se poser en rassembleur, il aura peiné à convaincre les opérateurs, déçus de ses propos sur la guerre commerciale, le shutdown ou encore le mur à la frontière mexicaine. Au sujet de la guerre commerciale, il a averti que la Chine ne pourra plus "voler les emplois et la richesse des Américains" et exigé des "changements structurels" de Pékin pour mettre un terme à ses pratiques commerciales "injustes".

Mercredi, de nouvelles déclarations du secrétaire américain au Trésor ont quelque peu contrebalancé le sentiment mitigé laissé par ce discours de Donald Trump, Steven Munchin assurant que Washington et Pékin "travaillaient dur" pour obtenir un accord commercial dans les temps. Le responsable américain se rendra d'ailleurs dans la capitale chinoise la semaine prochaine pour un nouveau round de négociations. Toujours sur ce sujet, le département du Commerce américain a fait part d'un déficit commercial en forte diminution sur le mois de novembre (-11,5%) sous l'effet d'une baisse sensible des importations, notamment en provenance de Chine.

Ouverture dans le désordre à Wall Street après des résultats contrastés

La saison des résultats bat son plein aux États-Unis et si les résultats de certains groupes (GM, Snap, New York Times) ont été largement salués par le marché, d'autres ont fortement déçu les opérateurs new-yorkais (Electronic Arts, Eli Lilly, Spotify). Vers 18h30, le Dow évoluait proche de l'équilibre, le S&P reculait de 0,2% et le Nasdaq lâchait 0,3%.

Alstom progresse après le rejet de la fusion par la Commission

Les publications d'entreprises ont aussi marqué l'actualité ce mercredi à la Bourse de Paris, avec un décollage de 10,1% de Dassault Systèmes à la suite des résultats 2018 et de l'annonce d'un contrat avec Airbus. L'Europe ne donnera pas naissance à un champion du ferroviaire, mais la France gardera le sien, puisque la Commission européenne a interdit la prise de contrôle d'Alstom par Siemens. Une décision qui profite à Alstom dont le titre a avancé de 4,1%, au contraire du groupe allemand toujours à la peine après une année 2018 déjà difficile.

Parmi les plus petites valeurs, Maisons France Confort a pris 3,7% après une hausse de 6% de son chiffre d'affaires annuel. Korian a gagné 3% après un relèvement de son objectif de marge au vu d'une croissance organique solide l'an dernier. Malgré la baisse de ses profits et de ses prévisions, pas forcément surprenants après des déboires similaires chez Natixis et Société Générale, BNP Paribas a également fini en hausse de 1,8%.

Ce sont les comptes de Derichebourg qui sont particulièrement mal accueillis, l'action cédant 16% à un plus bas depuis décembre. Le titre de l'éditeur de jeux vidéo Ubisoft dévisse aussi (-9,5%) en réaction aux mauvaises ventes de son concurrent américain Electronic Arts. Vinci a également quelque peu corrigé (-0,6%) après ses résultats 2018.

Du côté des analystes, la dégradation du conseil de Jefferies sur LVMH s'est traduit par un repli de 1%, tandis qu'au contraire le relèvement à l'achat de Kepler Cheuvreux a dopé Carrefour (+2,3%), tout comme la reprise de suivi de Faurecia (+2%) par Barclays.

Au chapitre pétrolier, le baril de Brent gagne 0,66% à 62,52 dollars et le WTI 0,39% à 53,97 dollars. Du côté des devises, l'euro poursuit sa correction à désormais 1,1377 dollar (-0,27%), sous 1,14 pour la première fois depuis le 25 janvier.

Quentin Soubranne - ©2019 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+281.50 % vs +12.08 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat