Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
4 929.28 0.00 % Temps réel Euronext Paris

Cac 40 : Le marché parisien boucle sa pire semaine depuis la mi-juin

vendredi 25 septembre 2020 à 18h10
Le CAC lâche 5% sur la semaine

(BFM Bourse) - S'il a effacé une partie de ses pertes depuis la mi-journée, l'échantillon principal de la Bourse de Paris abandonne 5% sur la semaine, sa pire performance hebdomadaire depuis plus de 3 mois.

La Bourse de Paris termine la semaine comme elle l'avait commencé : dans le rouge. Les opérateurs ne sont en effet pas parvenus, vendredi, à se départir des inquiétudes sanitaires qui pèsent sur les marchés depuis le début de la semaine. S'il parvient finalement à limiter ses pertes à 0,69% en clôture à 4.729,66 points -après avoir lâché plus de 2% vers 13h- le CAC abandonne tout de même 4,99% en rythme hebdomadaire, sa plus mauvaise performance depuis la semaine bouclée le 12 juin (-6,8%). Depuis le 1er janvier, l'indice vedette du marché parisien perd 20,88%.

Au lendemain d'une séance américaine "agaçante, assommante, casse-pieds, chagrinante [...] ou encore lassante" au cours de laquelle les indices new-yorkais ont changé plusieurs fois de coloration pour finalement terminer légèrement dans le vert, le responsable des investissements de Mirabaud, le toujours éloquent John Plassard, prévenait avant l'ouverture que "la volatilité devrait à nouveau être le grand vainqueur du jour et les marchés évoluer en fonction des déclarations des responsables monétaires". L'euphorie estivale semble en tout cas bel et bien oubliée, la résurgence pandémique étant passée par là.

Ce sont en effet pour l'essentiel les craintes liées à l'évolution de la situation sanitaire qui ont dicté leur conduite au marché cette semaine, les reculs successifs observés depuis lundi ayant été "précipités par les fortes inquiétudes de l'OMS concernant la situation en Europe au moment où le taux d'infection monte en flèche", selon Michael Hewson, analyste en chef pour CMC Markets UK. La France, qui a annoncé de nouvelles restrictions dans ses métropoles jeudi, a enregistré 16.096 nouveaux cas de Covid-19 en 24 heures, un record depuis le lancement des tests à grande échelle dans le pays, selon les données publiées jeudi soir par Santé publique France. La barre des 5 millions de contaminés sur le Vieux continent a par ailleurs été franchie cette semaine alors que celle du million de morts à travers le monde devrait être atteinte dans les jours qui viennent. L'Union européenne a appelé jeudi ses Etats membres à durcir leurs mesures de contrôle "immédiatement" face aux nouveaux foyers d'épidémie de Covid-19.

Wall Street dans le vert

Face à ces préoccupations sanitaires persistantes, certains investisseurs tentent de trouver des raisons d'espérer dans la perspective de nouvelles mesures de relance. Aux Etats-Unis, les élus démocrates de la Chambre des représentants travaillent à un plan de soutien de 2.200 milliards de dollars (1.885 milliards d'euros) qui pourrait être soumis au vote la semaine prochaine et la présidente de la Chambre, Nancy Pelosi, s'est dite prête à négocier avec la Maison-Blanche.

Toujours préoccupée par les inquiétudes politiques, économiques et sanitaires, la Bourse de New York tente néanmoins de s'appuyer sur les négociations encourageantes au Congrès pour bien terminer la semaine. Après avoir ouvert en ordre dispersé, les principaux indices de Wall Street sont bien orientés peu avant 18h, le Dow grappillant 0,2%, le S&P 0,45% et le Nasdaq 1%. "Ce serait un grand jour si le marché boursier parvenait à éviter de terminer sur des pertes pour la quatrième semaine consécutive", a affirmé Patrick O'Hare de Briefing qui s'attendait comme la veille à une séance volatile.

Lagardère s'envole

Parmi les rares actualités du jour sur le front des valeurs, l'arrivée -surprise- de Bernard Arnault au capital de Lagardère (créant de facto un front commun contre le tandem Amber/Vivendi) propulse le titre du groupe, qui boucle la séance sur un gain impressionnant de 32%.

Bien orienté également, Suez gagne 5,8% après les propos d'Antoine Frérot, le PDG de Veolia (+2,1%) confirmant que ce dernier va améliorer le prix de son offre à Engie sur l'essentiel de sa participation. Au sein du CAC, les secteurs automobile (-2,4% pour Renault, -1,7% pour Peugeot) et bancaire (-3,5% pour Crédit Agricole, -2,9% pour BNP Paribas, -2,7% pour Société Générale) refluent encore. L'indice Stoxx 600 des banques européennes a d'ailleurs chuté ce vendredi à un plancher historique.

Air France-KLM limite finalement son recul à 1,9% après que la CFE-CGC et la CFDT de la compagnie aérienne ont signé l'accord de plan de départs volontaires-plan de sauvegarde de l'emploi négocié avec la direction pour le personnel au sol, le rendant valide selon des sources concordantes interrogées par l'AFP. En queue de palmarès sur le SBF 120, on retrouve une fois n'est pas coutume Europcar (-4,8%) qui abandonne désormais près de 90% de sa valeur depuis le début de l'année.

Parmi les plus petites valeurs, l'équipementier automobile Akwel rebondit nettement (+18,9%) dans le sillage de résultats semestriels bien meilleurs qu'anticipé par le marché. Drone Volt (+15,5%) repart également de l'avant.

Les cours pétroliers refluent légèrement dans un marché dominé par les craintes de voir la résurgence de la pandémie peser sur la demande, le Brent cède 0,55% à 41,71 dollars et celui de WTI lâche 0,50% à 40,11 dollars.

Sur le Forex, la monnaie unique poursuit son repli amorcé en fin de semaine dernière face au billet vert et lâche encore 0,44% à 1,1622 dollar.

Quentin Soubranne - ©2020 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+331.60 % vs -0.84 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat