Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
4 962.93 -1.58 % Temps réel Euronext Paris

Cac 40 : Le CAC recule sur fond de tensions entre la Chine et les Etats-Unis

jeudi 16 juillet 2020 à 13h34
Le CAC temporise avant la BCE

(BFM Bourse) - Au lendemain d’une séance marquée par les espoirs dans la mise au point d’un vaccin contre le Covid-19 (+2,03%), la prudence reprend ses droits sur le marché parisien, notamment en raison des données économiques publiées ce matin en Chine. Le CAC temporise aussi dans l'attente de la nouvelle réunion de la BCE, même si aucune annonce majeure n'est attendue.

Après avoir touché la veille un sommet depuis plus d'un mois, le marché parisien revient à plus de circonspection jeudi sous l'effet conjoint du nouveau regain de tensions entre Pékin et Washington et de statistiques chinoises contrastées incitant les opérateurs à la prudence. Le responsable des investissements chez Mirabaud John Plassard s'attendait à ce que la Bourse de Paris ouvre en baisse, "la raison de la faiblesse du jour étant à mettre sur le compte de la publication de la croissance chinoise (+3.2%) du deuxième trimestre et des ventes au détail en dessous des attentes qui laissent penser que le rebond de l’économie ne sera pas en forme de V".

De fait, si l’économie chinoise a renoué avec la croissance au deuxième trimestre et signé un rebond supérieur aux attentes (le consensus misait sur +2,5%), les investisseurs doutent d’une reprise économique rapide après que les ventes au détail ont marqué un recul inattendu, suggérant que la demande des consommateurs reste faible. Preuve que le rebond du PIB chinois n'est pas convaincant, l'indice composite de la Bourse de Shanghai a dévissé de 4,5% ce matin (-5,2% pour la Bourse de Shenzhen). Dans leur sillage, la Bourse de Paris a ouvert dans le rouge et affiche encore un repli de 0,77% à 5.069,49 points peu avant 13h, dans un volume d'échanges resserré inférieur à 900 millions d'euros.

Selon John Plassard, "la réunion de la BCE sera aussi l'un des moments phares de la journée". Ce rendez-vous est comme toujours très attendu, même si l'institution monétaire devrait s'abstenir d'annoncer de nouvelles mesures anti-crise en zone euro, en espérant que les dirigeants européens réunis dans la foulée prendront le relais face à l'impact économique du coronavirus.

Trump menace la Chine de nouvelles sanctions

Dans le reste de l'actualité, le différend entre les États-Unis et la Chine concernant entre autres la protection des libertés civiles à Hong Kong préoccupe toujours les investisseurs. Donald Trump n’a pas exclu de prendre des sanctions supplémentaires contre de hauts représentants chinois dans le cadre des mesures qu’il a engagées mardi pour punir la Chine de son attitude à l’égard du territoire autonome. Le secrétaire d'État Mike Pompeo a ajouté que les États-Unis imposeraient des restrictions en matière de visa aux employés des entreprises chinoises qui, comme Huawei Technologies, sont soupçonnées de faciliter les atteintes aux droits de l’homme.

Enfin, sur le plan sanitaire, la situation reste toujours aussi tendue. Les États-Unis ont battu de nouveaux records quotidiens de cas de coronavirus, notamment dans le Sud du pays, tandis que l'Inde a reconfiné jeudi quelque 125 millions de personnes, soit près d'un dixième de sa population.

McPhy poursuit son rallye spectaculaire

À Paris, aucun mouvement sectoriel ne se dégage mais le secteur automobile résiste bien alors que le marché européen est parvenu à limiter la casse en juin, les immatriculations ayant reculé de "seulement" 22,3% sur un an, à 950.000 unités, notamment grâce au plan de soutien français. Renault grappille 0,1% et Peugeot cède 1,2% à 13h15.

Danone lâche 1,5% dans la foulée de l'annonce d'un investissement de 100 millions d'euros en Chine pour "renforcer ses activités de nutrition spécialisée". Airbus (-3,2%) et Safran (-1,8%) rétrocèdent une partie de leurs gains de la veille.

Au sommet du palmarès du SRD trône encore l'inarrêtable McPhy avec un bond de 12,9% (qui porte sa progression à près de 700% depuis le 1er janvier), en réaction au décrochage d'un nouveau contrat. Sartorius (+10,6%) et Cerenis (+10,1%) avancent nettement aussi.

Les cours pétroliers reculent au lendemain de la décision de l'Opep et de ses alliés d'assouplir à partir du mois prochain le pacte de baisse coordonnée de leur production de pétrole. Le baril de Brent lâche 0,62% à 43,51 dollars et celui de WTI cède 0,97% à 40,80 dollars.

Enfin, sur le Forex, la parité eurodollar est quasi-stable (-0,06% à 1,1403 dollar).

Quentin Soubranne - ©2020 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+310.00 % vs -0.16 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat