Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
4 929.28 0.00 % Temps réel Euronext Paris

Cac 40 : Le CAC recule de 1,11% sur la semaine et repasse sous les 5.000 points

vendredi 18 septembre 2020 à 18h06
Le CAC rechute sous les 5.000 points

(BFM Bourse) - Après avoir cédé 0,69% jeudi, le baromètre de la place parisienne reflue de 1,22% supplémentaires vendredi, ce qui le ramène sous le seuil symbolique des 5.000 points, au-dessus duquel il a tenté de consolider en début de semaine. Les investisseurs restent notamment préoccupés par l'évolution de la situation sanitaire.

Séance animée à la Bourse de Paris, où 8,8 milliards d'euros de titres ont changé de mains au sein de l'échantillon principal, une activité anormalement élevée (dans le top 20 des séances avec le plus gros volume d'échanges depuis 2010) qui s'explique par la multiplication des ordres en vue du débouclage simultané de quatre types de produits dérivés, occurrence qui n'intervient qu'une fois par trimestre.

En repli limité à la mi-journée (-0,39% vers 12h30), le CAC 40 a nettement creusé ses pertes au cours de l'après-midi sous l'effet de la nouvelle ouverture en baisse des indices new-yorkais pour terminer sur un recul prononcé de 1,23% à 4.978,18 points. Sur la semaine écoulée, l'indice vedette de la Bourse tricolore lâche 1,11%, malgré trois premières séances bouclées en légère hausse.

Les investisseurs restent soucieux de l'évolution sur le front sanitaire, alors que la reprise de l'économie mondiale pourrait être affectée par la vigueur "alarmante" de la pandémie en Europe, selon les termes de l'OMS. De fait, les nouvelles ne sont guère réjouissantes: la France a enregistré jeudi un nombre quotidien record de nouveaux cas d'infection par le coronavirus et au Royaume-Uni, le ministre de la Santé a souligné l'accélération des admissions à l'hôpital. Paris et Londres ont donc annoncé un durcissement des mesures de prévention de la propagation du virus dans plusieurs régions.

"Les discussions autour de potentielles mesures de confinement ciblées, les couvre-feux et les mesures de quarantaine deviennent une nouvelle norme, rendant les investisseurs inquiets au sujet de la reprise économique en Europe", observe Michael Hewson, analyste marchés en chef pour CMC Markets UK. "Les marchés voient d'un très mauvais œil la perspective d'un reconfinement en Europe qui imposerait un coup d'arrêt dans la dynamique de reprise observée par l'économie depuis le mois de mai", abonde en ce sens Guillaume Dejean, analyste de Western Union Business Solutions.

Les craintes sur l'intensité de la reprise économique sont également nourries par les déclarations de la Réserve fédérale américaine sur le ralentissement de la reprise, celles de la Banque d'Angleterre sur un possible recours à des taux d'intérêt négatifs, ou les chiffres toujours élevés des inscriptions au chômage publiés jeudi aux Etats-Unis.

Wall Street reflue encore

Éprouvée par le repli des grands noms de la tech', sous pression depuis deux semaines, la Bourse de New York a terminé dans le rouge jeudi, alors que les opérateurs digéraient aussi les décisions de la Fed promettant une politique de taux d'intérêt proches de zéro pour longtemps mais soulignant "l'incertitude" de la reprise. Après avoir oscillé entre le vert et le rouge en début de séance vendredi, les principaux indices new-yorkais évoluent en baisse à la mi-journée, de -0,08% pour le Dow à -0,84% pour le Nasdaq, "les tensions autour de la saga TikTok préoccupant également le marché" selon Fernanda Horner, analyste chez Schaeffer.

Les foncières s'effondrent, Euronext tutoie son sommet historique

Deux jours après l'annonce d'un vaste plan de "renforcement du bilan" d'Unibail-Rodamco-Westfield (URW), les opérateurs de centres commerciaux sont délaissés par les investisseurs. Et la saignée est violente, tant pour le leader du secteur URW (-10,5%) que pour Klépierre (-9,5%), Mercialys (-10,7%), Icade (-6,6%), Covivio (-3,2%) ou encore Gecina (-2,5%).

Autre secteur à la peine ce vendredi, celui du tourisme qui subit les craintes liées à l'évolution de la pandémie. ADP lâche 4,1%, Air France - KLM recule de 1,9% et Accor (qui sera remplacé lundi par Accor au sein du CAC) de 2,8%.

Dans l'autre sens, Euronext grimpe de 4,3% et avoisine son plafond historique après avoir annoncé l'ouverture de discussions exclusives avec LSE Group en vue du rachat de la Bourse de Milan. Également à signaler sur le SBF 120, la nouvelle progression de Sartorius Stedim Biotech (+2,3%), sa sixième consécutive, qui ramène le titre à proximité de son sommet historique. Autres progressions à signaler, celles de bioMérieux (+3,6%) ou encore FDJ (+3%).

Au sein de l'échantillon des 40 valeurs phares de la cote, le secteur technologique surnage avec des gains de 1,7% pour Worldline et de 1,1% pour Dassault Systèmes.

Sur le marché pétrolier, les prix du brut évoluent proche de l'équilibre, après trois séances consécutives de hausse, soutenus désormais par des prévisions de Goldman Sachs selon lesquelles le marché est déficitaire (demande supérieure à l'offre) et par la menace d'un nouvel ouragan dans le golfe du Mexique. Les cours pétroliers progressent également "après que le ministre saoudien de l'Énergie Abdel Aziz ben Salmane a insisté sur l'importance d'une conformité à 100%" des membres de l'Opep+ au regard de leurs quotas de production, explique Al Stanton, analyste de RBC. Peu après 18h, le baril de Brent affiche un repli marginal de 0,09% à 43,26 dollars quand celui de WTI gagne encore 0,63% à 41,23 dollars.

Enfin, le billet vert reprend un peu de vigueur face à la monnaie unique, qui cède 0,11% à 1,1857 dollar.

Quentin Soubranne - ©2020 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+331.60 % vs -0.84 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat