Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
5 598.18 +0.56 % Temps réel Euronext Paris

Cac 40 : La Bourse de Paris salue l'annonce par la BCE d'un retour du QE, à durée indéterminée

jeudi 12 septembre 2019 à 12h49
Le CAC 40 accélère à la hausse après la BCE

(BFM Bourse) - Porté depuis plusieurs séances par les signes d'apaisement sur le front commercial sino-américain, le CAC 40 a accéléré jeudi en début d'après-midi dans les secondes suivant la publication du communiqué de la Banque centrale européenne. L'institution monétaire a de nouveau diminué le taux de rémunération des dépôts bancaires, comme largement attendu, et a surtout annoncé le retour de son programme de rachat d'actifs, à hauteur de 20 milliards d'euros d'achats nets, et ce sans se fixer de limite temporelle.

Redevenue relativement prudente à la mi-journée dans l'attente de la teneur des annonces de la Banque centrale européenne, la Bourse de Paris a instantanément franchi un pallier à la hausse à la publication du communiqué de l'institution exauçant l'essentiel des attentes des opérateurs, voire davantage. Vers 14h00, le CAC 40 affiche ainsi 0,57% de gains à 5.650,15 points, tout proche de son plus haut niveau de l'année.

Une pause dans la guerre des tarifs douaniers

Bien aidés par Apple et des gestes d'apaisement dans le conflit commercial qui oppose Pékin à Washington, les indices américains ont terminé en hausse mercredi à Wall Street. Le Dow a gagné 0,85%, le S&P a pris 0,72% et le Nasdaq, à dominante technologique, s'est adjugé 1,06%. Quelques heures après que Pékin a annoncé que 16 catégories de produits américains seraient exemptées de nouveaux droits de douane initialement prévus en représailles aux taxes additionnelles de Washington, Donad Trump a déclaré que les États-Unis avaient accepté de reporter de deux semaines, du 1er au 15 octobre, le relèvement de cinq points de pourcentage des droits de douane sur 250 milliards de produits chinois importés en guise de "signe de bonne volonté".

Débutées il y a désormais 18 mois, les négociations entre les deux plus grandes puissances économiques mondiales vont reprendre ce mois-ci avec une première réunion à niveau ministériel depuis mai dernier, à Washington.

Bingo sur toute la grille de la BCE

Outre ces nouvelles rassurantes sur le front commercial, le comité de politique monétaire de la BCE a ajouté du carburant supplémentaire au moteur des indices boursiers, grâce à une série d'annonces de mesures de relance.

Comme prévu, la BCE abaisse encore son taux de dépôt, de -0,4% à -0,5% (conformément aux prévisions d'une majorité d'économistes, même si certains attendaient une baisse encore un peu plus marquée). Pour la première fois, l'institution (comme le font déjà d'autres banques centrales) mettra en place un système de taux différentiels. Grosso modo, le principe sera d'exempter les banques de l'application d'un taux négatif dans la limite d'un certain montant (seules les sommes au-delà de ce seuil seront frappée d'un taux négatif), ce qui permet de ne pas pénaliser les établissements plus petits n'ayant que de faibles réserves à placer.

Surtout, la banque centrale annonce qu'elle va relancer son programme de rachat d'actifs, en injectant chaque mois l'équivalent de 20 milliards d'euros sur les marchés à partir de novembre. Et cette fois, le conseil des gouverneurs s'attend à ce que ce programme se poursuivre "aussi longtemps que nécessaire pour renforcer l'effet accommodant de sa politique monétaire", alors que la précédente vague de QE comprenait toujours une date butoir indicative.

Dans le reste de l'actualité, qui passe clairement au second plan, le Premier ministre Boris Johnson a essuyé un nouveau revers mercredi, la justice écossaise ayant déclaré "illégale" la suspension controversée du Parlement jusqu'au 14 octobre, soit deux semaines seulement avant la date du Brexit au Royaume-Uni. "Déçu", le gouvernement a aussitôt annoncé faire appel auprès de la Cour suprême à Londres, et l'audience doit se dérouler mardi.

Alstom recule après avoir cédé 13% d'Alstom

Sur le terrain des valeurs, Alstom abandonne 4,8% après le placement de 13% de son capital par Bouygues auprès d'investisseurs institutionnels, à 37 euros par action. Le conglomérat de BTP et de médias a obtenu plus d'un milliard d'euros dans l'opération.

Au sein du CAC 40, Accor lâche 2,4% à la suite d'un abaissement de recommandation de JPMorgan sur le groupe hôtelier français.

Sur le SBF 250, le titre Chargeurs prend 5,6% après avoir chuté en matinée jusqu'à toucher un plus bas depuis novembre 2016 en début de matinée dans le sillage de ses comptes semestriels faisant état d'un bénéfice net presque divisé par deux.

Les prix du pétrole poursuivent leur baisse entamée mercredi en fin d'après-midi après une information de l'agence Bloomberg évoquant la volonté du président américain Donald Trump d'alléger les sanctions sur l'Iran. À 12h40, le baril de Brent recule de 1,07% à 60,16 dollars et celui de WTI cède 0,79% à 55,31 dollars.

Enfin, sur le marché des changes, la monnaie unique accuse nettement le coup du paquet monétaire accommodant livré par la BCE, cédant 0,37% à 1,0969 dollar.

G. B. - ©2020 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+329.20 % vs +12.61 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat