Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
4 929.28 0.00 % Temps réel Euronext Paris

Cac 40 : En proie à la volatilité, le CAC 40 ploie de nouveau en clôture

jeudi 24 septembre 2020 à 18h10
En proie à la volatilité, le CAC 40 ploie de nouveau en clôture

(BFM Bourse) - La conviction fait toujours défaut aux acheteurs sur le marché parisien, qui a reperdu 0,83% jeudi après n'avoir que maigrement rebondi la veille.

Parvenue la veille à interrompre une série de quatre séances consécutives dans le rouge en reprenant -poussivement- 0,62%, la Bourse de Paris est repartie à la baisse jeudi. Le marché est resté en proie à une volatilité assez marquée, avec une amplitude proche de 60 points sur la séance entre l'ouverture, une incursion de peu de durée à l'équilibre vers la mi-journée, avant de s'affaiblir de nouveau en fin de séance. Autrement dit, le degré d'incertitudes qui entourent la reprise économique paralyse toujours la plupart des initiatives des acheteurs.

Le bilan du jour se traduit donc par un recul de 0,83% à 4.762,62 points, dans un volume de transactions d'à peine plus de 3,2 milliards d'euros.

Une poignée d'indicateurs macro-économiques a donc brièvement détendu l'atmosphère vers la mi-séance: nouvelle légère amélioration du climat des affaires en France, l'indice équivalent concernant l'Allemagne progressant pour sa part un peu plus vigoureusement, et enfin la révision en hausse des projections de S&P Ratings à l'égard de la croissance en zone euro cette année et la suivante. Mais l'évolution cahoteuse des indices américains accompagnant la publication d'une hausse du nombre de nouveaux demandeurs d'emploi (870.000 personnes ayant déposé une demande d'allocation chômage la semaine dernière, davantage que prévu) a vite coupé court. Preuve qu'après le rebond phénoménal de l'été, la machine USA Incorporated peine actuellement à recréer des emplois.

Pourtant, la tendance s'améliorait outre-Atlantique au fur et à mesure de la séance, où les principaux indices s'inscrivaient en léger rebond au moment où les opérateurs européens éteignaient leurs écrans (+0,3% pour le Dow, +0,6% pour le S&P 500 et pratiquement 1% pour le Nasdaq Composite), notamment après que le leader de la majorité Républicaine au Sénat, Mitch McConnell, ait remis les choses à leur place en affirmant que le vainqueur de l'élection présidentielle de novembre serait bien intronisé le 20 janvier 2021. "La transition se fera en bonne ordre, comme c'est le cas tous les quatre ans depuis 1792", a-t-il indiqué, une référence transparente aux propos de Donald Trump qui ont jeté la discorde jusque dans son propre camp (dans le camp Républicain en tous cas).

Au sein des valeurs parisiennes, le feuilleton Suez / Veolia s'est enrichi d'un nouvel épisode avec la mise en place par Suez d'une fondation de droit néerlandais (Stichting) destinée à accueillir sa branche Eau France - une tentative pour la soustraire à la convoitise de son concurrent. Déjà tentée lors de précédentes OPA hostiles (Arcelor face à Mittal), la manœuvre est qualifiée d'"un peu pitoyable" par le PDG de Veolia Antoine Frérot, invité ce jeudi de Good Morning Business. Équivalent à une forme de pilule empoisonnée, l'annonce a du reste nettement pesé sur le propre cours de Suez (proche de -4%), ce qui ne semble pas le meilleur moyen de convaincre les actionnaires de ne pas céder aux sirènes du concurrent. Veolia a reculé de 2,3% et Engie de 2%, sans qu'on sache d'ailleurs ce que pense ce dernier de l'initiative plutôt exotique de Suez.

Toujours confronté à un bouleversement du marché aérien dans un monde pandémique, Airbus a perdu 3,4% alors que Delta Air Lines discuterait du report de la livraison d'une quarantaine d'appareils.

La publication des résultats semestriels de Solutions 30 a été fraîchement accueillie (-1,6%) et celle de Guerbet plus encore (-4,1%).

La bonne, voire l'excellente nouvelle du jour était à mettre à l'actif de Trigano. L'action du numéro 1 européen du camping-car a bondi de 13% après des résultats unanimement salués par les analystes. Perçu comme une "bulle sanitaire mobile", le camping-car suscite aujourd’hui un intérêt sans précédent, observe Trigano, qui peine à produire suffisamment pour répondre à une demande inédite.

Déjà favorablement orienté la veille en séance après ses résultats semestriels, avant de finir étonnamment dans le rouge, Orpea a cette fois réussi son échappée (+4,9% avec donc 24 heures de décalage sur la publication).

Les tarifs énergétiques repartaient à la baisse, avec un baril de Brent à 42,09 dollars (-0,4%) et un WTI à 39,89 dollars (-0,1%), après la progression inattendue du nombre d'inscriptions au chômage outre-Atlantique.

L'euro au contraire réduisait nettement son repli à 1,1658 dollar (-0,03%), le billet vert pâtissant en effet des statistiques de l'emploi du jour.

Guillaume Bayre - ©2020 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+331.60 % vs -0.84 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat