Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
6 111.24 +0.90 % Temps réel Euronext Paris

Cac 40 : Cinquième séance de surplace pour le marché parisien

jeudi 16 janvier 2020 à 18h10
Le CAC 40 grignote 0,11% jeudi

(BFM Bourse) - Voilà une semaine que la Bourse de Paris semble atteinte de paralysie, ne variant pas de plus d'une dizaine de points en clôture depuis cinq séances. Dans des volumes limités, le CAC 40 s'est contenté d'une progression symbolique de 0,11% jeudi.

Si longtemps espérée, la signature de l'accord commercial de phase 1 entre Pékin et Washington n'a pas vraiment permis au CAC 40 de reprendre de la hauteur. Jeudi, au lendemain du paraphe, la Bourse de Paris a terminé sur un gain presque symbolique de 0,11% à 6.039,03 points (quasiment à son niveau d'ouverture, qui s'était faite en hausse de 0,12%)

Les volume d'échanges sont restés limités (2,9 milliards d'euros), témoignant du peu d'inclinaison des opérateurs à la prise de risque, alors que débute à peine la saison des résultats annuels.

Si soulagement a semblé dominer le marché dans les premiers échanges, avec jusqu'à 0,44% de gains en début de matinée, les investisseurs n'ont pas manqué de "s'interroger sur sa portée [de l'accord] et ce qu'il signifie réellement, aussi bien d'un point de vue économique que politique", comme le pronostiquait Tangi Le Liboux, stratégiste du courtier Aurel BGC, dans une note matinale.

Dans le cadre de cet accord partiel paraphé mercredi à Washington, Pékin s'est engagé à acheter pour 200 milliards de dollars de produits américains supplémentaires au cours des deux prochaines années, afin de réduire le déséquilibre commercial entre les deux pays - une grande revendication de Donald Trump. L'accord contient également des dispositions relatives à la protection de la propriété intellectuelle et aux conditions de transfert de technologies, autres grandes exigences de Washington.

Sauf qu'à peine signé, celui-ci soulève déjà de nombreuses interrogations, notamment sur les produits de base américains (matières premières et énergie) sur lesquels la Chine s'est engagée à acheter pour près de 95 milliards de dollars supplémentaires sur les deux prochaines années. Mais la signature de l'accord pourrait se révéler l'étape la plus facile, le faire respecter étant encore une toute autre affaire. De fait, des questions demeurent, l'accord ne précisant pas si Pékin a prévu de lever les droits de douanes imposés sur les produits américains tels que le pétrole, le soja et le gaz naturel liquéfié, instaurés en rétorsion aux sanctions douanières américaines.

Dans le reste de l'actualité, le vice-Premier ministre chinois a affirmé que la croissance chinoise sera supérieure à 6% en 2019 alors qu'outre-Atlantique, celle-ci est "restée modérée" au cours des dernières semaines de 2019, selon le livre beige publié mercredi par la Fed, qui note que les entrepreneurs américains font preuve d'un "optimisme prudent".

Dans le sillage, Wall Street faisait preuve d'un peu plus d'entrain, avec un gain de 0,6% sur le Dow Jones vers 18h00, alors que le S&P 500 gagnait 0,5% et le Nasdaq 0,6%.

Les notes d'analystes continuent à faire et défaire le palmarès

Si l'Association des constructeurs européens d'automobiles (ACEA) a fait état d'une reprise des ventes de voitures en Europe (+21,4% à 1,26 million de véhicules), cette progression -due à une base de comparaison favorable- n'a pas profité aux constructeurs tricolores en Bourse. Renault a cédé 1,16% (-6% en l'espace d'une semaine) alors que Jean-Dominique Senard a réaffirmé jeudi matin sa confiance en l'alliance qui, "une fois redressée, sera suffisamment attractive pour d'autres partenariats", tout en affirmant que rien ne pressait pour nommer un nouveau DG. Peugeot a finalement limité son recul à -0,2%, après avoir abandonné plus de 1% lui aussi.

Orange a accusé la plus forte baisse de l'indice phare (-1,7%), après une salve de recommandations plutôt dans le mauvais sens.

À l'autre bout du palmarès, Kering a lui bénéficié d'une note favorable de Deutsche Bank, qui a relevé son objectif de cours et atteint un nouveau plus haut historique, à 608,29 euros en séance (605,10 en clôture). Les autres changements de recommandation sont à retrouver ici.

En dehors de l'indice phare, Alstom qui se repliait fortement en matinée a complètement renversé la vapeur, concluant la séance sur un bond de 1,24%, malgré une progression du chiffre d'affaires qui ressort en-deçà du consensus (et des objectifs à moyen terme fixés par le groupe), le carnet de commandes s'établit tout de même à 43 milliards d'euros, un record.

Alors qu'il arrête ses annuaires papiers, Solocal stabilise ses prises de commandes de son pôle Digital après avoir enregistré un net repli lors de l'exercice précédent, et rebondi de 5%.

Au rayon biotech, ce sont AB Science (+4,8%), Innate (+4,3%) et Genkyotex (+3,9%) qui se sont distinguées, alors que Amoeba (-7%) et Abionyx (-5,4%) ou encore EOS Imaging (-4,3%) ont fini aux derniers rangs du SRD.

Les cours pétroliers évoluaient en progression jeudi soir, soit +1,41% pour le baril de Brent, à 64,90 dollars, et +1,7% à 58,76 dollars pour le WTI.

Sur le marché des devises, l'euro s'affaiblissait de 0,16% à 1,1133 dollar.

Guillaume Bayre - ©2020 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+296.80 % vs +22.94 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat