Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
5 566.79 -0.08 % Temps réel Euronext Paris

Cac 40 : Au plus bas depuis un mois, le CAC poursuit sa chute face aux craintes de reconfinement

mardi 27 octobre 2020 à 13h22
Le CAC toujours en proie aux craintes sur le plan sanitaire

(BFM Bourse) - L'échantillon principal du marché parisien repart à la baisse et tombe à un creux depuis le 25 septembre dernier, les craintes de mesures plus restrictives et l'absence de plan de relance aux États-Unis prévenant tout rebond.

Le rebond aura tourné très court. Au lendemain d'une chute de 1,9%, le CAC a bien tenté d'ouvrir en hausse (+0,06%), mais il n'aura affiché une variation positive que quelques secondes, avant de replonger brutalement. Les craintes et incertitudes qui pesaient lundi dans l'esprit des investisseurs sont toujours bien présentes. Les opérateurs auraient pu choisir de temporiser "à quelques heures de la publication des résultats de Microsoft, à deux jours de celles de Facebook, Amazon, Alphabet et Apple, de la réunion de la BCE et de la publication de la croissance américaine pour le 3ème trimestre, à 3 jours de la publication de la croissance européenne pour le 3ème trimestre et finalement à exactement une semaine des élections présidentielles" résumait John Plassard, dans sa note matinale. Mais le retour au premier plan des préoccupations sanitaires continue de faire tanguer les marchés. À 12h30, le CAC 40 cède 0,62% à 4.786,39 points, au plus bas depuis le 25 septembre dernier après avoir cédé jusqu'à 1,6% peu après 10h.

"Nous entrons dans une période de marché où l'aversion au risque pourrait être plus importante et se traduire a minima par une hausse de la volatilité", expliquent les analystes chez Saxo Banque. En témoigne l'envolée de près de 18% lundi de "l'indice de la peur", le VIX (pour "Volatiltily Index"), à un plus haut depuis le 3 septembre dernier.

"S'attendre à des décisions difficiles"

Sur le plan sanitaire, l'accélération de la propagation du virus pousse les gouvernements dans le sens de nouvelles mesures de restrictions. En France, un reconfinement constitue désormais une option plausible pour des membres de la communauté scientifique, comme Jean-François Delfraissy, le président du Conseil scientifique, l'instance qui guide le gouvernement. "Il faut s'attendre à des décisions difficiles", a également prévenu le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, en écho aux propos alarmants tenus par la communauté scientifique au cours des derniers jours. Dans le même temps en Allemagne, le ministre de l'Economie évoque une progression "exponentielle" du nombre de nouveaux cas d'infection, une rhétorique qui rappelle la période de tension du printemps. Pour rappel, Plus de 43 millions de personnes ont désormais été contaminées depuis le début de la pandémie, et au moins 1.160.000 en sont mortes.

L'actualité n'est guère plus réjouissante au niveau macroéconomique, où la déception domine chez des investisseurs qui désespèrent de voir la conclusion d'un plan de relance économique aux Etats-Unis, pour lequel les négociations entre démocrates et républicains piétinent depuis plus de trois mois. L'approche du scrutin présidentiel nourrit aussi le regain de la nervosité qui s'observe depuis quelques séances.

La BCE sous pression

Cet environnement "va considérablement augmenter la pression sur la Banque centrale européenne pour qu'elle adresse un message suffisamment accommodant", jeudi, à défaut d'annoncer des mesures, continuent les analystes de Saxo Banque.

En attendant le probable renouvellement du soutien sans faille de l'autorité monétaire aux marchés, il faut (encore une fois) se pencher au niveau microéconomique pour trouver des nouvelles un peu plus enthousiasmantes. Pénalisé lundi par le plongeon de l'allemand SAP, le champion français des services informatiques Capgemini domine le palmarès du CAC mardi à la mi-journée avec un rebond de 3,7% à 12h50 après l'annonce d'un rebond plus marqué qu'attendu de son activité au troisième trimestre. Il entraîne Atos (+1,1%) et Dassault Systèmes (+0,8%) dans son sillage.

Ces valeurs plus exposées à un reconfinement

Parmi les plus fortes chutes, on retrouve les valeurs qui ont le plus à craindre un reconfinement, dont Unibail-Rodamco-Westfield (-3,9%), Renault (-3,4%) ou Michelin (-2,5%).

Malgré les résultats rassurants de BP (qui a renoué avec un léger bénéfice net au troisième trimestre), Total lâche encore 1,9%, pénalisé par la perspective de cours pétroliers durablement bas si de nouvelles mesures restrictives empêchent la demande de repartir. Après leur net repli de la veille, ceux-ci tentent d'ailleurs un léger rebond (+0,76% à 41,12 dollars pour le Brent et +0,86% à 38,89 dollars pour le WTI à 13h).

Sur le reste de la cote parisienne, le spécialiste du "luxe accessible" SMCP (Sandro, Maje, Claude Pierlot) a dévoilé un nouveau plan stratégique qui vise à accroître son exposition en Asie et au commerce en ligne, mais lâche 2,6% dans le sillage d'un point trimestriel faisant état d'un nouveau repli des ventes au 3e trimestre.

Porté lundi par le regain généralisé d'aversion au risque, le billet vert rétrocède une partie de ses gains face à la monnaie unique, qui reprend 1,14% à 1,1812 dollar.

Quentin Soubranne - ©2020 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+328.90 % vs +11.98 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat