Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
6 612.76 -0.32 % Temps réel Euronext Paris

Cac 40 : Après un coup de mou vendredi, le CAC reconquiert déjà le seuil des 6.600 points

lundi 21 juin 2021 à 17h29
Le CAC repart déjà de l'avant

(BFM Bourse) - Le marché parisien a déjà mis derrière lui le coup d'arrêt à sa séquence haussière subi vendredi en réaction à des propos moins accommodants que prévu d'un responsable de la Fed. Le CAC 40 reprend 0,51% en cette première séance de la semaine.

Les ricanements des "quatre sorcières" se sont tus. Alors que le CAC 40 avait démarré la séance de lundi nettement dans le rouge, amplifiant le repli de 1,46% subi vendredi lors d'une séance un peu particulière, l'indice phare parisien a rapidement réduit ses pertes, pour se fendre d'une performance "intraday" (entre le plus bas et le plus haut du jour) proche de +1,4%. Après être repassé en territoire positif en fin de matinée, il a accru ses gains dans le sillage de l'ouverture de Wall Street pour afficher une avance de +0,51% en clôture à 6.602,54 points. Les volumes d'échanges ont atteint 3,2 milliards d'euros.

Le coup de semonce subi en fin de semaine est intervenu après que la Fed a clairement entériné une amélioration de la santé de l'économie américaine plus forte qu'anticipé, ce qui aurait dû conduire les opérateurs à intégrer un ralentissement à venir du généreux soutien que l'institution dispense actuellement. Mais dès jeudi, lendemain de la conférence de la Fed, les rendements obligataires se sont détendus, retombant même sous le niveau précédent l'intervention de la banque centrale des Etats-Unis, brouillant au passage les cartes sur ce que le marché avait finalement retenu de la conférence de presse... De sorte qu'il a fallu, vendredi, qu'une "colombe" de la Fed, James Bullard, sorte de son rôle habituel en se fendant d'une série de commentaires dignes d'un "faucon" pour faire comprendre que le biais avait bel et bien changé, comme l'explique Alexandre Baradez.

14 responsables de la Fed attendus cette semaine

Mais si la séance de vendredi a bien mené à une correction notable de part et d'autre de l'Atlantique, les opérateurs semblent juger que celle-ci est allée suffisamment loin, et sont repartis à l'achat, attendant de nouvelles indications de la part de la Fed alors que James Bullard, président de la Réserve fédérale de Saint-​Louis, ainsi que son collège de la Fed de Dallas, Robert Kaplan, devraient s'exprimer dans l'après-midi (et Jerome Powell mardi). "Aussi incroyable que cela puisse paraître, 14 discours de responsables de la Fed sont prévus cette semaine dans le sillage d'une "impressionnante volte-face du marché" entre vendredi et lundi, a souligné JJ Kinahan de TD Ameritrade.

"Si une poignée d'orateurs de la Fed a autant d'impact qu'en ont eu les commentaires du président de la Fed de St Louis James Bullard vendredi au sujet d'un possible hausse des taux directeurs en 2022 et du besoin moins important de la Fed de racheter des titres adossés à des créances hypothécaires, les prochains jours pourraient être intéressants" prédit-il.

Christine Lagarde réaffirme le biais accommodant de la BCE

En attendant, après avoir enregistré leur plus lourde chute hebdomadaire depuis octobre dans un marché soucieux de la révision à la hausse par la Banque centrale américaine (Fed) de ses prévisions d'inflation, les indices américains rebondissent nettement en ce lundi matin (+0,7% pour le Nasdaq, +1,2% pour le Dow Jones, +1,5% pour le S&P).

Côté BCE, Christine Lagarde répondait pour sa part en début d'après-midi aux questions de la commission des affaires économiques et monétaires du Parlement européen. Et les investisseurs ont visiblement été rassurés d'entendre la patronne de l'autorité monétaire européenne affirmer qu'un resserrement monétaire était prématuré en ce qu'il poserait un risque pour la reprise économique en cours.

Sur le marché parisien, l'actualité semblait déjà en vacances. M6 et TF1 (+3,5% chacun) connaissaient un regain d'intérêt, tandis que Michelin a gagné 4,8% à la faveur de deux relèvements d'objectifs - à 130 euros chez Exane BNP Paribas et 160 euros chez Oddo BHF, signant au passage la meilleure performance de l'indice phare devant Stellantis (+3,3%) et Air Liquide (+2%).

Parmi les biotechs, les déboires de Pharnext (qui a cédé 6,6%, soit sa dixième baisse sur les onze dernières séances) n'atteignaient pas GenSight (+2,5%) ni Lysogène (+1,1%). Plusieurs dossiers compliqués comme McPhy (+6,2%) ou Solutions 30 (+4,5%) s'inscrivent aussi en rebond, sans actualité particulière.

Le pétrole à de nouveaux sommets

Sur le marché des changes, l'euro remontait de 0,40% à 1,1910 dollars après avoir lâché plus de 2% au cours des trois dernières séances de la semaine précédente. Les cours pétroliers repartaient également brusquement de l'avant, profitant simultanément du repli du dollar, de la perspective d'une demande soutenue pendant la saison estivale de l'hémisphère nord et de l'interruption des discussions sur le nucléaire iranien. Le baril de Brent grimpait en fin de journée à un nouveau plus haut depuis fin 2018 à 74,68 dollars (+1,59%), tout comme le baril de WTI qui s'échangeait à 72,83 dollars, en hausse de 2,14% par rapport à la veille.

Quentin Soubranne - ©2021 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+318.90 % vs +33.02 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat