Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
6 568.82 +1.35 % Temps réel Euronext Paris

Cac 40 : Stoppé dans son élan vendredi par les quatre sorcières, le CAC 40 cède 0,56% cette semaine

vendredi 18 juin 2021 à 18h09

(BFM Bourse) - L'indice phare tricolore, plombé en particulier par le secteur bancaire, a connu vendredi une baisse d'ampleur inédite depuis mai, sous l'effet notamment des fameuses "quatre sorcières" qui désignent la conjonction d'échéances techniques provoquant chaque trimestre une volatilité plus forte qu'à l'accoutumée.

Le troisième vendredi du mois de juin a amené avec lui les proverbiales "quatre sorcières" qui n'ont pas manqué de perturber la trajectoire jusqu'ici métronomique du CAC 40. Avec l'arrivée à échéance au cours de la même journée de quatre types de produits dérivés, les opérateurs ayant pris des positions à terme ainsi que leurs contreparties ont multiplié les transactions en vue soit de solder, soit de renouveler les paris en cours jusqu'à la prochaine échéance. Pour dire les choses plus simplement, les volumes se sont emballés avec 7,2 milliards traités sur la journée et les cours sont partis un peu dans tous les sens. Le CAC 40 a lui décroché de 1,46% à 6.569,16 points (l'indice n'avait pas connu une baisse supérieure à 1% depuis le 19 mai !).

La semaine se solde donc par un repli hebdomadaire de 0,48%, après quatre semaines de hausse.

Alstom qui avait pris en matinée la tête de l'indice phare après un contrat de 2,4 milliards d'euros au total auprès des chemins de fer danois a terminé en léger repli, seules quelques valeurs du luxe (dont Hermès à +0,33%) et de la tech (Teleperformance à près de 1% et Dassault Systèmes à +0,36%) échappant aux remous du jour.

Sur Alternext, le titre du groupe de distribution spécialisée LDLC a flambé de 3,9%, les investisseurs saluant l'annonce d'un volume d'activité et d'une rentabilité records pour l'exercice clos fin mars. En bonus, le renforcement significatif du bilan financier permet le retour du dividende.

À l'autre bout du spectre, les financières ont vu plus que s'évaporer les gains décidément très éphémères enregistrés jeudi matin dans le sillage du durcissement du discours de la Fed. BNP Paribas a perdu 4,6%, Crédit Agricole 4% et Société Générale 3,4%.

La légère phase de prises de bénéfices sur le pétrole, après une multiplication par quatre des cours depuis avril 2020, semblait prendre déjà fin avec un rebond en fin de journée de 0,79% pour le Brent à 76,66 dollars (+1,22% à 71,91 dollars sur le WTI). Aux yeux de Martijn Rats, chez Morgan Stanley, l'envolée récente a déconnecté les prix de l'or noir du coût marginal de production. L'analyste estime qu'à partir d'environ 80 dollars le baril, la hausse des prix commence à saper la demande... tout en avertissant que les cours peuvent très bien se maintenir à des niveaux élevés pendant une période prolongée.

Après une journée difficile pour la monnaie unique dans le sillage de la dernière réunion de la Fed, l'euro reculait de nouveau en fin de journée vendredi (-0,22% à 1,1881 dollar) après une série de déclarations de dirigeants de la Fed destinés à souligner un peu plus le message de mercredi dernier.

Guillaume Bayre - ©2021 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+318.80 % vs +32.14 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat