Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
6 639.52 +0.35 % Temps réel Euronext Paris

CAC 40 : Les taux s'échauffent, l'ambiance se rafraichit

vendredi 19 mars 2021 à 08h31

(BFM Bourse) - Rassuré par l'issue du FOMC la veille, mais contrarié par l'échauffement des rendements des obligations du Trésor américain, qui ont flirté avec les 1,75%, le CAC 40 n'a grappillé que 0,13% à 6 062 points jeudi.

Pour rappel, le ton de J. Powell ayant été jugé adéquat à l'issue de la réunion du Comité de politique monétaire.

La puissante Institution monétaire n'a pas touché au loyer de l'argent - c'était acquis - et a révisé ses perspectives économiques. En particulier, sur l'inflation, elle voit les prix progresser de 2% environ sur 2021, 2022 et 2023. En faisant à la fois montre d'optimisme sur le front économique, et en assurant son soutien dans la durée, la Fed a réussi son périlleux numéro d'équilibriste.

Pour le moment, selon les analystes de Financière Arbevel, "la Reserve fédérale a fait le choix de marcher main dans la main avec le Trésor à un moment où il en a le plus besoin. Si Jerome Powell reste vague quant à sa zone de confort sur l'inflation, c'est sans doute pour se laisser de l'espace pour agir en cas de poussée de fièvre." Les experts de la société de gestion y voient une "Fed résolument à l'offensive et qui ne voit dans la hausse des taux actuels que le reflet d'une normalisation de la croissance américaine."

Aurel BCG abonde: "La banque centrale ne « surréagira » pas à une augmentation de l’inflation avec la réouverture de l’économie. Les investisseurs actions peuvent donc compter sur des perspectives de forte croissance, validées par la forte hausse des attentes des membres du FOMC sur 2021 (croissance de 6,5% du PIB, contre + 4,2% attendu en décembre), et le maintien durable de taux directeurs bas, au moins jusqu’à fin 2023 (selon le dot chart)."

Hier soir en conférence de presse, le Premier Ministre français a annoncé la mise en place d'un nouveau confinement, en particulier pour les Hauts de France et l'Île de France, pour au moins 4 semaines.

Au chapitre statistique, les investisseurs ont pris connaissance des inscriptions hebdomadaires aux allocations chômage, en hausse à 770 000 pour la semaine passée. Mais l'écart à la cible est bien plus important pour le Philly Fed (indice manufacturier de la Fed de Philadelphie), qui explose à 51.8, au plus haut dans l'historique dont nous disposons (depuis 21 ans).

Côté valeurs, la nouvelle poussée de fièvre sur le marché obligataire a profité en premier lieu aux valeurs bancaires, Société Générale finissant en tête de l'indice phare (+3,9%), BNP Paribas suivant à +2,3% et Crédit Agricole +2,2%. D'autres valeurs cycliques ont également tiré profit de la poursuite de la rotation sectorielle, à commencer par les constructeurs automobiles (+3,1% pour Stellantis, +1,1% pour Renault), et quelques industrielles (+3,8% pour ArcelorMittal, +2,4% pour Saint Gobain). De l'autre côté, le secteur technologique est resté sous pression comme en témoignent les replis de Teleperformance (-1,4%) et Worldline (-1,3%) ou Dassault Systèmes (-0,8%). La plus mauvaise performance du jour revenait à URW (-3,3%), victime de son endettement, juste devant Alstom (-2,8%).

De l'autre côté de l'Atlantique, reflux très intense à signaler sur les poids lourds de la techno, le Nasdaq Composite perdant plus de 3% à 13 116 points, sous la pression de l'échauffement des rendement des obligations du Trésors américains. Le Dow Jones (-0,46% à 32 862 points) a limité ses pertes. Le S&P 500, baromètre de référence de l'appétit pour le risque aux yeux des gérants de fonds, s'est contracté de 1,48% à 3 915 points.

Un point sur les autres classes d'actifs à risque: vers 08h00 ce matin sur le marché des changes, la monnaie unique se traitait à un niveau proche des 1,1920$. Le baril de WTI, l'un baromètre de l'appétit pour le risque sur les marchés financiers, s'échangeait autour de 59,30$.

À l'agenda statistique ce vendredi, à suivre en priorité les ventes au détail au Canada à 13h30.

ELEMENTS GRAPHIQUES CLES

Le CAC 40 a désormais comblé intégralement le "Gap Covid "du 24/02, fossé de cotation ample. Cet événement est majeur sur le plan technique, et montre, par son absence d'hésitation lors du comblement un surcroit de confiance. Désormais, nous arrivons dans une zone dite d'allégement, entre le seuil symbolique des 6 000 points (borne haute de l'ancien gap recouvert) et 6 200 points. A savoir une zone où le questionnement sur une diminution du degré d'exposition aux actions s'intensifie pour nombre d'investisseurs. Sans que le directionnel ne change pour autant. Ces questionnements pourront se traduire momentanément par une phase très technique et hachée entre ces deux bornes. Avis neutre à l'échelle de la seule séance à venir.

PREVISION

Au regard des facteurs graphiques clés que nous avons identifiés, notre opinion est neutre sur l'indice CAC 40 à court terme.

On prendra soin de noter qu'un franchissement des 6200.00 points raviverait la tension à l'achat. Tandis qu'une rupture des 6000.00 points relancerait la pression vendeuse.

Le conseilLogo TradingSat

CAC 40
Neutre
Résistance(s) :
6200.00 / 6578.00
Support(s) :
6000.00 / 5800.00 / 5650.00

Graphique en données horaires

CAC 40 : Les taux s'échauffent, l'ambiance se rafraichit (©ProRealTime.com)

Graphique en données quotidiennes

CAC 40 : Les taux s'échauffent, l'ambiance se rafraichit (©ProRealTime.com)
©2021 BFM Bourse
TradingSat
Portefeuille Trading
+318.80 % vs +33.56 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat