Connexion

Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
5 367.62 -0.15 % Temps réel Euronext Paris

Cac 40 : Rattrapée par les incertitudes sur le Brexit, la Bourse de Paris repart à la baisse

jeudi 17 janvier 2019 à 13h10
Le CAC repart à la baisse, pénalisé par le secteur bancaire

(BFM Bourse) - Le CAC 40 lâche 0,35% jeudi après deux séances consécutives de hausses. Le marché parisien, comme les autres places boursières européennes, est rattrapé par les incertitudes politiques liées au Brexit et pénalisé par le repli des secteurs bancaires et automobiles.

La Bourse de Paris reperd du terrain en attendant de nouveaux développements outre-Manche concernant le Brexit. Vers 12h40, l'indice vedette du marché parisien abandonnait 0,37% à 4.793 points, quittant, au moins temporairement, le seuil des 4.800 points qu'il avait de nouveau franchi à la hausse mercredi. Le repli du jour est donc à mettre sur le compte du Brexit et des incertitudes qu'il engendre mais également des valeurs bancaires qui souffrent, comme celles du secteur automobile. Aussi, le shutdown des administrations américaines approche de sa quatrième semaine (le précédent record était de 21 jours) et son coût, pour l'économie américaine, avoisine les 4 milliards de dollars, selon Standard & Poors. Plus préoccupant encore, aucune solution ne se profile pour y mettre un terme.

Mercredi soir, la Première ministre britannique Theresa May a écarté de justesse une motion de défiance déposée la veille par le Parti travailliste dans la foulée du rejet (massif) par la Chambre des communes du projet d'accord qu'elle soutenait sur le Brexit. Elle a désormais jusqu'à lundi pour proposer un "plan B" aux parlementaires. "Les marchés vont encore se frotter à l'incertitude du Brexit, au "shutdown" américain et aux publications de résultats", a résumé Tangi Le Liboux, stratégiste chez Aurel BGC. "Le casse-tête du Brexit sera également une menace permanente dans les prochains jours, maintenant que l'accord de sortie a été rejeté", précise le stratégiste.

Dans la soirée, mercredi, les investisseurs ont pris connaissance du "livre beige" de la Fed, un rapport publié huit fois par an - et deux semaines avant la réunion de politique monétaire de la Fed - qui sert de référence pour les décisions de la banque centrale. Celui d'hier a fait état de nombreuses "incertitudes politiques et commerciales", ainsi que d'une "volatilité des marchés financiers" et de "hausses de taux d'intérêt" qui ont, selon ce rapport de conjoncture, "entamé l'optimisme des milieux d'affaires aux États-Unis au début de l'année".

Une bonne nouvelle est toutefois à relever sur le front commercial avec le vice-Premier ministre chinois Liu He, également négociateur en chef sur les différends commerciaux avec les États-Unis, qui se rendra à Washington fin janvier, selon une annonce jeudi matin du ministère chinois du Commerce. Même si, de l'autre côté, un groupe bipartisan de parlementaires américains a décidé de présenter mercredi un texte visant à interdire la vente de composants électroniques de fabrication américaine à Huawei, ZTE et aux autres groupes de télécommunications chinois qui ne respectent pas les lois et sanctions américaines.

Société Générale et STMicro en net repli

Sur le marché parisien, les valeurs bancaires souffrent jeudi matin au lendemain de leur forte hausse après la décision du Comité de Bâle de finalement leur imposer de nouvelles règles d'exigences en fonds propres, moins contraignantes et coûteuses que prévu. Jeudi matin, l'avertissement de Société Générale sur ses résultats de 2018 à cause d'une charge exceptionnelle de 240 millions d'euros au quatrième trimestre fait plonger le titre de la banque au carré noir et rouge (-4,5% vers 13h, pire performance du CAC). Dans son sillage, BNP Paribas (-2,9%) et, dans une moindre mesure, Crédit Agricole (-1,3%), reculent aussi.

Le secteur automobile est également mal orienté avec des baisses de 1,4% pour Peugeot et de 1,1% pour Renault vers 13h alors que l'Etat français a officiellement lâché mercredi soir le PDG de la firme au losange, Carlos Ghosn, deux mois après son arrestation, et demandé la nomination d'un successeur dans les prochains jours pour prendre la tête du constructeur automobile. Toujours sur l'indice phare du marché parisien, STMicroelectronics souffre (-2,4%) après l'avertissement du géant taïwanais du secteur.

Sur le reste de la cote parisienne, le titre Alstom perd 1,8% dans un contexte de craintes sur la fusion avec Siemens et malgré un carnet de commandes record à près de 40 milliards d'euros.

Des mouvements sur les biotechs sont également à signaler alors que le bureau d'études franco-allemand d'Oddo BHF a publié une vaste étude sectorielle dans laquelle il se penche sur une quinzaine de sociétés de R&D biopharmaceutiques. Vers 13h10, Genkyotex abandonne près de 8%, DBV technologies lâche 9,2% et Genfit 1,2%. Dans l'autre sens, les actions Innate pharma (+1,5%) et Cellectis (+0,2%) s'apprécient légèrement.

Sur le front pétrolier, les cours des barils de Brent européen et de WTI texan reculent respectivement de 1,2% et 1,5% vers 13h15, à 60,5 et 51,5 euros.

Enfin, l'eurodollar est stable à 1,1401 dollar (+0,05%).

Quentin Soubranne - ©2019 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+287.10 % vs +7.98 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat