Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
5 566.79 -0.08 % Temps réel Euronext Paris

Cac 40 : Les marchés craignent le reconfinement

lundi 26 octobre 2020 à 18h15
La Bourse de Paris chute lourdement lundi

(BFM Bourse) - La Bourse de Paris -et les autres principales places boursières- tanguent violemment lundi, alors que planent désormais la menace d'un reconfinement, notamment dans plusieurs pays européens où la pandémie semble hors de contrôle.

Les marchés des deux côtés de l'Atlantique ont subi une sorte de petit "lundi noir" à l'entame d'une semaine qui sera marquée par les résultats trimestriels des GAFAM -à partir de ce soir puisque Google va lancer le bal à la clôture de Wall Street- et de la réunion de la BCE jeudi. Mais pour l'heure, les investisseurs font face à une vague d'inquiétude mondiale autour de l'aggravation de la pandémie de Covid-19. "Cette semaine sera placée sous le signe de la nervosité", prévenait lundi matin Tangi Le Liboux, analyste du courtier Aurel BGC, selon qui "les marchés vont avoir du mal à fermer les yeux sur la pandémie" et à ses conséquences économiques.

De nouveau au cœur des inquiétudes, la crise sanitaire a plombé l'ambiance sur les marchés ce lundi. À Paris, le CAC 40 a creusé ses pertes dans l'après-midi pour afficher un recul de 1,90% à 4.817,29 points en clôture, au plus bas depuis près d'un mois. Outre-Rhin, le Dax 30 a abandonné pas moins de 3,71%, plombé par le plongeon de 22,4% de SAP (première capitalisation allemande qui représente environ 11% de la valeur totale du Dax), le champion européen du progiciel ayant renoncé à ses perspectives de rentabilité à moyen terme.

Si le "Footsie" parvient à limiter ses pertes à 1,18% à Londres, les indices new-yorkais, eux, ne cessent de creuser leurs pertes depuis l'ouverture. Peu avant 18h, le Dow lâche près de 3%, le S&P 2,4% et le Nasdaq 2,2%. "L’impossibilité des démocrates et des républicains à se mettre d’accord sur un nouveau plan d’aide pour faire face aux méfaits économiques liés à la propagation du coronavirus" pèse aussi sur le moral des investisseurs américains, soulignait le directeur des investissements de Mirabaud John Plassard dans sa note matinale. Les opérateurs américains ont aussi pu prendre connaissance des ventes de logements neuf, en recul de 3,5% en septembre quand le consensus misait sur une hausse de 2,8%.

Mais ce sont donc les craintes sanitaires qui font leur retour au premier plan, L'OMS ayant annoncé dimanche avoir enregistré, sur la journée de samedi, un nouveau record mondial -465.319 cas- de contaminations pour la troisième journée consécutive. Les nouvelles restrictions pèsent en outre sur le moral des consommateurs, un des moteurs de la croissance des économies occidentales. En Europe, la France, l'Italie et la Belgique ont mis en place des mesures plus restrictives depuis samedi, alors que la situation s'avère aussi inquiétante en Europe de l'Est. "Le choc d'offre lié au Covid-19 est désormais pleinement un choc de demande avec des enquêtes d'opinion menées en octobre qui concluent toutes à un regain d'inquiétude des consommateurs concernant l'avenir", s'alarment les analystes de Saxo Banque.

L'augmentation incontrôlée des nouvelles infections au coronavirus en Europe fait que plusieurs pays européens imposent d'ores et déjà des couvre-feux et réfléchissent à des (re)confinements. "Ce qui était impensable cet été est désormais un scénario probable: un deuxième confinement", estime Jochen Stanzl, analyste chez CMC Markets. Et "la question se pose maintenant de savoir si la correction d'aujourd'hui laisse présager un crash majeur", s'interroge Timo Emden, analyste indépendant.

Ce sont désormais la peur et la prudence qui règnent sur le marché, comme le soulignent à la fois la flambée de 17% du VIX (indice de volatilité) et le volume de transactions resserré sur le marché parisien, à moins de 3 milliards d'euros.

Dans ce contexte, seulement 3 des 40 valeurs de l'échantillon principal parviennent à boucler la séance dans le vert. Peugeot grappille 0,4% dans le sillage de l'approbation, par la Commission européenne, de sa fusion avec Fiat en vue de créer le quatrième constructeur automobile mondial, tandis que Carrefour (+0,4%) et Hermès (+0,1%) terminent également de justesse en territoire positif.

Les valeurs du secteur technologique subissent le plongeon du n°1 européen du secteur et signent les plus fortes chutes de la séance (-6,3% pour Capgemini, -5,3% pour Worldline) . En dehors de ce compartiment, les valeurs pétrolières et parapétrolières subissent de leur côté le nouveau repli des cours des barils de référence, qui font les frais de la montée des chiffres de la pandémie et des craintes d'un durcissement supplémentaire des mesures de restriction de la circulation dans plusieurs pays, celles-ci pesant nécessairement sur la demande. qui pèserait forcément sur la demande. À 13h20, le baril de Brent cède 2,88% à 40,86 dollars, et celui de WTI recule de 3,16% à 38,38 dollars, au plus bas depuis trois semaines. Au sein du marché parisien, Total lâche 3,7%, TechnipFMC 7,3%, CGG 7% et Vallourec 5,1%.

Sur le reste de la cote, Europcar poursuit son parcours boursier 2020 calamiteux et abandonne 7,7% supplémentaires (-87% depuis le 1er janvier) en réaction à la chute de moitié de ses revenus au troisième trimestre.

Également à signaler, la dégringolade collective des smallcaps les plus entourées dernièrement, parmi lesquelles on peut citer Cybergun (-20%), Gaussin (-19%), Drone Volt (-19%), Europlasma (-17%), Navya (-16%), Novacyt (-13,7%), Neovacs (-12,8%), Gensight (-11%), Quantum Genomcs (-10,5%), DBT (-10,3%) ou encore Atari (-10%).

Enfin, sur le Forex, la monnaie unique rétrocède 0,37% face au billet vert qui profite du regain de prudence des cambistes, à 1,1825 dollar vers 18h20..

Quentin Soubranne - ©2020 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+328.90 % vs +11.98 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat